http://www.revolutionpermanente.fr/ / Voir en ligne
La Izquierda Diario
21 de janvier de 2020 Twitter Faceboock

L’offensive se poursuit
Depuis l’Assemblée Nationale, Edouard Philippe appelle à la répression des grévistes
Julian Vadis

Ce mardi 21 janvier, Edouard Philippe s’est lancé dans une tirade appelant à sanctionner les grévistes procédant à des coupures du courant. Au nom de la « démocratie », bien entendu...

Link: http://www.revolutionpermanente.fr/Depuis-l-Assemblee-Nationale-Edouard-Philippe-appelle-a-la-repression-des-grevistes

Interpellé par un député sur la question des actions de coupures de courant, Edouard Philippe n’y est pas allé de main morte dans l’appel à la répression judiciaire des grévistes, ce 21 janvier. Dans une tirade enflammée, au nom de la défense de la « démocratie » et en faux défenseur des « usagers », le premier ministre à avancer une ligne dure. « Vouloir bloquer un certain nombre de sites, ne pas respecter la loi en s’introduisant dans telle ou telle enceinte privée, procéder à des coupures sauvages de courant, tout cela c’est méconnaître la démocratie, tout cela c’est méconnaître la loi et tout cela doit être sanctionné car ça n’est pas acceptable » a t-il notamment indiqué.

Soulignons au passage le lapsus, révélateur, du « lorsqu’on procède à des grèves... lorsqu’on procède, pardon, à des coupures sauvages d’électricité ». Sur le fond, sous couvert de défense démocratique, c’est aux méthodes légitimes des travailleurs en lutte que Philippe s’attaque. Dans la droite lignée de la sortie d’Emmanuel Macron lui même après l’action des grévistes de la coordination SNCF-RATP au siège de la CFDT et, en définitive, de l’ensemble de la macronie qui mène une opération de bashing total sur ce terrain.

Face à ces menaces directe des plus hautes sphères du pouvoir contre les travailleurs en lutte, la plus large des solidarités doit s’exprimer. C’est en ce sens que les prises de positions des directions syndicales, en premier lieu de la CGT, se désolidarisant des actions prises par la base, et plus encore le fait que Laurent Berger porte plainte contre les grévistes, doivent être dénoncés et combattus. La grève appartient aux grévistes, et c’est ce message envoyé par la base du mouvement qui est aujourd’hui sous les feux nourris de la macronie, de la classe politique en général et des grands médias. Une contre-attaque qui appelle à une réponse à la hauteur, avec la poursuite des actions de ce type et une mobilisation massive dans la rue ce 24 janvier.

 
Revolution Permanente
Suivez nous sur les réseaux
/ Révolution Permanente
@RevPermanente
[email protected]
www.revolutionpermanente.com