×

Solidarité

« Vertbaudet montre que les précaires aussi peuvent mener des grèves dures et gagner » Alexis, raffineur

Ce lundi 6 juin, une délégation de raffineurs de la plateforme Normandie est venue apporter son soutien aux grévistes de Vertbaudet. Pour Alexis Antonioli, cette victoire est « une démonstration que la reconductible marche et gagne » et pose la question de la construction d'un plan de bataille offensif pour les retraites et salaires, auquel se refuse toujours l'intersyndicale.

Arthur Nicola

6 juin 2023

Facebook Twitter
Audio

Alors que les salariées de Vertbaudet viennent de terminer leur grève, une délégation de raffineurs s’est rendue sur leur piquet de grève pour fêter avec elles leur victoire. Une occasion pour le secrétaire de la CGT Total Normandie, Alexis Antonioli, de saluer leur combat :

« La lutte que vous avez menée elle est à la fois exemplaire et déterminante pour l’ensemble de notre classe. Je le dis clairement : vous êtes un exemple pour l’ensemble de la classe ouvrière. Certains disent que les plus précaires de notre classe ne peuvent pas relever la tête, parce qu’ils ne peuvent pas faire grève, parce que les salaires les en empêchent. Votre détermination a permis, malgré tous les mauvais coups du patronat, de la préfecture, de certains de vos collègues, de gagner. Trois mois de grève démontrent que c’est lorsqu’on est unis, déterminés, et qu’on use de l’arme que le patronat redoute, la grève reconductible et pas celle des journées de 24 heures que c’est ça qui les gêne. Sans nous ils ne sont rien, sans vous, votre patron il n’est rien. C’est la démonstration la plus flagrante de ça. »

Mais face aux grèves reconductibles, c’est souvent la répression qui s’abat sur les piquets de grèves, avec un patronat et un gouvernement qui ne veulent pas laisser une grève se poursuivre : « ces grèves reconductibles sont systématiquement réprimées. On l’a vu au printemps contre les retraites où l’on s’est fait soulever par les CRS sur notre piquet de grève puis réquisitionner. Vous le voyez avec tous les mauvais traitements que vous avez subi, on voit qu’ils ne tiennent plus que par ça. Le gouvernement et le patronat ne tiennent plus que par la force. »

Les raffineurs ont mené, durant cette année 2022-2023 deux grèves reconductible en arrêtant à chaque fois leur raffinerie, fait particulièrement rare : une pour leurs salaires et la seconde contre la réforme des retraites. Deux sujets que les grévistes tenaient à lier : « la question des salaires touche tout le monde, qu’on soit raffineurs en Normandie, chez Vertbaudet, chez Tisséo à Toulouse explique Alexis. Elle est importante et on doit la mettre au cœur de la bataille, parce qu’on court tous derrière l’inflation. La proposition du patronat et du gouvernement ce n’est que gratter deux ans de plus et votre victoire représente un vrai espoir pour notre classe, parce que c’est votre méthode qu’il faut employer. Vous faites la démonstration que la grève reconductible elle marche, elle gagne et on vous en félicite chaleureusement. »

Mais pour le raffineur, la grève des Vertbaudet doit aussi poser question : « on court tous après l’inflation et il est grand temps que nos salaires soient indexés sur l’inflation. Sinon le combat que vous avez mené cette année il faudra le remener l’année prochaine, et on sait très bien qu’on ne pourra pas mener ces batailles tous les ans. Au lieu de le mener boîte par boîte, il va falloir que les confédérations se saisissent de ce sujet-là et qu’on ait un vrai plan de bataille sur la question des salaires. On n’est pas loin de la frontière belge et là-bas on a un patronat qui est contraint par la loi d’indexer les salaires sur l’inflation. Chez Total à Anvers, ils ont obtenu 12,6% d’augmentation, sans que le patron ne bronche parce que c’est la loi. Il faut leur tordre le bras pour aller chercher cette indexation : elle est nécessaire pour tous et pour ça il faudra déployer un vrai plan de bataille et que les confédérations s’en saisissent. »

Pour le membre du Réseau pour la grève générale, la nécessité de coordonner les grèves pour les salaires est centrale, pour ne pas rester isolés, mais aussi pour repartir à l’offensive, c’est-à-dire cesser de lutter pour des augmentations de salaires en dessous ou égales à l’inflation.


Facebook Twitter

Arthur Nicola

Journaliste pour Révolution Permanente.
Suivi des grèves, des luttes contre les licenciements et les plans sociaux et des occupations d’usine.
Twitter : @ArthurNicola_

Acharnement : InVivo relance une procédure de licenciement après sa défaite aux Prud'hommes

Acharnement : InVivo relance une procédure de licenciement après sa défaite aux Prud’hommes

Fusion de l'audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

Fusion de l’audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

« L'impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l'acharnement d'InVivo

« L’impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l’acharnement d’InVivo

Débrayages quotidiens, journées fortes : l'AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Débrayages quotidiens, journées fortes : l’AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Répression à l'usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Répression à l’usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Victoire : les Prud'hommes ordonnent la réintégration de Christian Porta, délégué CGT

Victoire : les Prud’hommes ordonnent la réintégration de Christian Porta, délégué CGT

Grève à la RATP : la colère grandit, quelle perspective pour massifier la mobilisation ?

Grève à la RATP : la colère grandit, quelle perspective pour massifier la mobilisation ?

4 grévistes de Rougier & Plé menacé·es de licenciement suite à leur mobilisation

4 grévistes de Rougier & Plé menacé·es de licenciement suite à leur mobilisation