^

Jeunesse

#AssezDeViesBroyées

Un étudiant en chirurgie dentaire se suicide à l’Université Paris V

Le 13 Novembre 2015 a connu une autre tragédie, celle de Mathieu, 23 ans, étudiant en chirurgie dentaire à l'Université Paris V, à Montrouge. Le corps du jeune homme a en effet été retrouvé ce jour-là sans vie, dans le patio de l'Université, après s'être jeté dans le vide. Il a laissé une lettre expliquant son geste. Bouleversés, ses camarades se sont spontanément mobilisés pour lui rendre hommage. Rémi Babeuf

vendredi 20 novembre 2015

Si certains étudiants sont incrédules face à ce geste, d’autres l’expliquent par « l’acharnement » et le « harcèlement moral » dont était victime Mathieu lors de ses stages à temps partiel au sein d’un hôpital. Les pressions qu’il y a subies et les menaces qui planaient sur son diplôme ont conduit l’étudiant, décrit comme « brillant » par ses camarades, à se donner la mort.

Louis Maman, doyen de l’université, a appelé à ne pas tirer de conclusions trop hâtives lors d’une interview donnée au Parisien. Mais il est temps de faire comprendre aux autorités universitaires que ce que Mathieu vivait au quotidien est malheureusement le quotidien de nombreux étudiant-e-s dans ces filières élitistes, dont les étudiant-e-s en chirurgie dentaire font partie. La pression est constante pour ces étudiants, sélectionnés par un concours lors de le Première Année Commune aux Études de Santé (PACES) afin de satisfaire le numerus clausus, puis sanctionnés au terme de leurs cinq années d’étude par un deuxième concours, celui de l’internat d’odontologie. Sans parler de la pression exercée par une hiérarchie omniprésente à l’hôpital, qui vient s’ajouter aux responsabilités de ce métier en contact permanent avec des patients.

Cette affaire est symptomatique d’un fléau qui touche une majorité d’étudiants. Les stages non-rémunérés, que nous pouvons qualifier de stages esclavagistes, sont la réalité de deux étudiants sur trois en France. Des stages dont la seule issue est une précarité à outrance et un stress qui peuvent conduire à un geste comme celui de Mathieu.

Depuis lundi, les étudiants stagiaires dans des hôpitaux se sont mis en grève pour réclamer des comptes. Le mouvement a été très suivi dans certains hôpitaux, notamment celui de Charles-Foix, à Ivry, où Mathieu travaillait. Cette mobilisation naissante pourrait non seulement demander des explications par rapport à ce qui s’est passé avec Mathieu, mais aller plus loin et également porter sur les conditions d’études et de vie de l’ensemble des étudiant-e-s. Cela pourrait être une occasion pour que la jeunesse commence à relever la tête pour crier haut et fort qu’il y en a #AssezDeViesBroyées !




Mots-clés

#AssezDeViesBroyées   /    Education   /    Jeunesse