^

Du Pain et des Roses

Un couple d’hommes tabassé par 5 jeunes à la sortie d’une boite gay

Dans la nuit de samedi à dimanche, deux hommes ont été agressés par 5 jeunes en sortant de boîte de nuit rapporte Le Républicain Lorrain. Une agression homophobe comme il en existe que trop. Xavier Dolan Z

jeudi 22 décembre 2016

Il est 2h30 du matin lorsque Christophe, 42 ans et Jean, 50 ans sortent de L’Endroit, un club gay qui figure parmi les derniers sur la listes des lieux où peut se retrouver la communauté LGBTI, les établissements fermant tous les un après les autres. C’est dès le sortir du club, situé juste derrière le palais de Justice, que Jean fut le premier touché, comme il le relate lui-même :

« Nous sortions de L’Endroit et nous nous dirigions vers le parking de la République, lorsque nous avons croisé cinq jeunes à hauteur du tribunal. L’un d’eux m’a frappé au visage sans prévenir tandis que les autres ont commencé à crier : "On va casser du pédé". »

C’est alors que Christophe, son compagnon, tente de s’interposer avant de lui-même être victime de violents coups qui lui seront portés à la tête :

« Il a réussi à appeler la police. Et comme nous ne prenions pas la fuite, les agresseurs se sont comportés comme des furies. Ils ont tabassé Christophe. Il était à terre, ils l’ont roué de coups de pied. Son visage était en sang. Trois portaient les coups et deux autres nous criaient de déguerpir et de ne pas en rajouter »

Une fois la police arrivée, il était déjà trop tard, les agresseurs avaient pris la fuite. Mais pas en courant comme on pourrait le penser, mais en hurlant qu’ils allaient « en trouver d’autres ». Comme le rappelle Jean, « il ne s’agit ni plus, ni moins d’une expulsion punitive envers les homosexuels ».

Le couple est immédiatement pris en charge par les sapeurs pompiers et conduit au centre hospitalier de Mercy. Le diagnostic parle de la violences des coups : double fracture du nez, fracture du sinus et du plancher orbital, œdèmes oculaires. Sans compter la violence psychologique et morale.

Dans un contexte où La Manif pour Tous réunissait des milliers de personnes dans la rue il y a deux mois et où des affiches de prévention contre le SIDA font l’objet d’un scandale national, tantôt retirées, tantôt parodiées, comme ce fut le cas par le maire de Béziers, il n’est rien d’étonnant à ce que les attaques physiques se fassent aussi de plus en plus nombreuses.

Autres faits notables d’ailleurs, à peine quinze minutes après l’agression en question, deux jeunes hommes de 23 et 24 ans ont également été pris à partie par un individu, au même endroit. L’un, blessé au cou par un coup de couteau, a été transporté à l’hôpital de Mercy par les sapeurs-pompiers de Metz. L’autre a reçu un coup de poing au visage. Selon la police de Metz qui a identifié l’auteur, les deux événements ne seraient pas liés. A l’heure actuelle, aucun des cinq jeunes n’ont pu être interpellés.




Mots-clés

homophobie   /    discrimination   /    Du Pain et des Roses