^

Politique

"Du fric pour l'hôpital public"

Toujours plus ! Castex annonce 900 millions de budget supplémentaire pour la police

Alors que la crise sanitaire a laminé l'hôpital public et révélé à tout le monde l'état de délabrement des infrastructures de santé, alors que le chômage et la précarité explosent, le gouvernement vient d'annoncer ce lundi 26 juillet que le budget du ministère de l'intérieur va recevoir 900 millions d'euros supplémentaires.

mardi 27 juillet

Crédits photo : François Nascimbeni / AFP

Alors que la crise sanitaire a laminé l’hôpital public et révélé à tout le monde l’état de délabrement des infrastructures de santé, alors que le chômage et la précarité explosent, le gouvernement vient d’annoncer ce lundi 26 juillet que le budget du ministère de l’intérieur va recevoir 900 millions d’euros supplémentaires.Un choix ouvertement revendiqué par Macron et Castex, qui a réitéré les promesses d’embauches faites en 2017. C’est-à-dire, 10.000 postes supplémentaires de policiers et gendarmes crées entre 2017 et 2022.

« De la police avant toute chose, et autant que possible partout » : voilà le message délivré par Jean Castex ce lundi, lors de son déplacement avec Darmanin à Saint Dizier (Haute Marne) où il a signé un contrat Territoire de sécurité urbain et rural (TSUR). Sur place, revendiquant « ouvertement une politique de sécurité publique qui part des territoires et passe par les territoires et qui repose sur un lien de confiance pour assurer plus efficacement les responsabilités régaliennes prééminente de l’État » Castex laisse entendre qu’il s’agit d’organiser la présence de l’Etat dans le moindre recoin du territoire, par le jeu des emboîtements d’échelle, et de multiplier les moyens matériels et humains de ce qui est en effet en train de devenir la seule fonction de l’Etat : la répression.

Priorité absolue donc pour la police et les policiers, quand en revanche on a continué à supprimer, en pleine crise sanitaire, des lits dans les hôpitaux : en juin dernier FO dénonçait la suppression de près de 2000 lits. Cette augmentation du budget de l’intérieur, qui s’ajoute aux 2’5 milliards supplémentaires pour la période 2017-2022, peut être comparée à la mesure du Ségur de la santé qui, comme le relate France Info, a accouché de « la création d’une enveloppe de 50 millions d’euros par an pour financer l’ouverture de 4000 lits ponctuels lors des pic d’activité ». Pour l’hôpital et en plein pandémie, des investissements au coup par coup, ponctuellement, mais pour les forces de l’ordre, des investissements spectaculaires et massifs. Alors que le gouvernement cherche à culpabiliser la population non-vacciné de l’échec de sa politique sanitaire, ses choix nous montrent bien qu’elle est sa priorité.

Dans cette situation de crise économique, sociale et sanitaire, le gouvernement reste attentif à la préservation de ses intérêts et trouve de « l’argent magique » autant qu’il en faut quand il s’agit de défendre cet ordre social inégalitaire. Alors que les mobilisations contre le pass sanitaire et la politique sanitaire du gouvernement commencent à se développer il est important que les organisations du mouvement ouvrier investissent la rue pour exiger que l’argent n’aille pas à la police mais qu’il soit destiné dans un plan d’investissement massif pour l’Hôpital Public.




Mots-clés

Jean Castex   /    Répression policière   /    Police   /    Gérald Darmanin   /    Casse de l’hôpital   /    Répression   /    Politique