^

Notre classe

Grande distribution

Suicide chez LIDL

Manuela Lopez A Rousset dans les Bouches-du-Rhône dans la nuit du samedi 30 au dimanche 31 mai, Yannick Sansonetti, un employé de 33 ans se donne la mort sur son lieu de travail : l'entrepôt d'un magasin LIDL où il exerçait la fonction d'agent de maîtrise. Ce suicide qui a eu lieu pendant une période politique particulière avec la lutte des Carrefour Market et les débats sur la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle , nous montre que la souffrance au travail, souvent quotidienne, débouche parfois sur des issues tragiques. Les collègues de Yannick ont eu une réponse courageuse et offensive, ils sont en grève depuis le jeudi 4 juin pour réclamer la démission de la direction.

lundi 8 juin 2015

Course aux profits

Yannick Sansonetti n’est pas un « dépressif », un « suicidaire ». Sa mort n’est pas un simple acte de souffrance subjective mais démontre plutôt toute une logique propre au capitalisme qui est exacerbée dans ce secteur. Effectivement, avant de passer à l’acte, Yannick a parlé de ses souffrances à diverses personnes, il s’est confié à ses collègues, a discuté avec les syndicats présents dans l’entreprise mais pas uniquement, il a aussi eu, quelques jours avant le drame, un rendez-vous avec sa hiérarchie pour demander sa mutation. Mais comme toujours, au lieu de prendre en compte les paroles de son employé, la direction a préféré continuer à imposer des cadences insoutenables ; le monde de la grande distribution et du hard discount est impitoyable. C’est à celui qui sera le moins cher pour le consommateur et qui pourra, dans le même temps, obtenir la plus grande marge de profit. Et cette logique mène concrètement à des conditions de travail inhumaines pour les « petites mains ».

Les collègues de Yannick Sansonetti parlent de « 70h de travail par semaine » et d’une pression à la productivité très forte. Christophe Polichettin quant à lui, secrétaire général CGT, déclare : « les salariés sont stressés, en sous-effectifs, brimés, sanctionnés, les chefs de magasin bossent quasi 70 heures par semaine, les plus jeunes partent chercher du travail ailleurs et sont remplacés ». C’est donc dans cet esprit que les employés ont décidé de se mettre en grève à partir du jeudi 4 juin, réclamant la démission de la direction et réparation pour ce drame. LIDL n’est pas un cas isolé, les Carrefour Market se sont mis en grève pour dénoncer eux aussi leurs conditions de travail et leurs salaires misérables.

Et la mort de Yannick en rappelle d’autres. Ainsi, il y a tout juste un an, le 13 juin 2014 un ouvrier de PSA Mulhouse s’est également suicidé dans son usine à cause de ses conditions de travail insoutenables. On voit bien que cet acte désespéré n’est effectivement pas dû à des faits extérieurs mais bien à l’aliénation et à l’exploitation que subissent les salariés sur leur lieu de travail.

Mouvement de grève de l’enseigne LIDL

Comme dit précédemment, suite à ce drame, les collègues de Yannick Sansonetti ont décidé de se mettre en grève. La direction a naturellement essayé de manœuvrer pour faire taire leur colère en appuyant notamment sur l’aspect psychologique. Ainsi, elle a mis en place une cellule de soutien, mais qui, en réalité, lui sert davantage à se dédouaner de toute responsabilité et surtout à transformer une possible colère de classe en une tristesse individuelle. Et cette opération de « blanchiment » s’exprime notamment à grand renfort de légalisme en assurant qu’une enquête (interne et externe) sera menée pour éclaircir les circonstances de ce suicide.

Mais que l’on se souvienne alors de l’ouvrier de PSA Mulhouse : l’affaire avait été classée sans suite. Néanmoins, malgré cette conclusion, les salariés ne sont pas laissés berner par cette justice de classe et ont décidé de prendre les choses en main pour dénoncer ce drame, montrer que ce n’est pas un fait isolé et faire apparaître les conditions objectives de la mort de leur collègue.

Carrefour Market et LIDL, tous ensemble ?

La lutte des LIDL aurait toute sa place au sein des bagarres qui sont en train de se mener au sein de la grande distribution, avec les Carrefour Market en fer-de-lance. Les témoignages de collègues de Yannick sont actuellement relayés par des grévistes de Carrefour Market. Si les LIDL maintiennent leurs revendications et leur combattivité alors ce pourrait être l’ébauche d’une réelle convergence des luttes. C’est bien sûr tout ce que l’on peut souhaiter de meilleur aux patrons de la grande distribution à un moment où les opérations de fusion-concentration se multiplient et dont, le plus souvent, les salariés font les frais.

09/06/2015.




Mots-clés

Grande distribution   /    #AssezDeViesBroyées   /    Notre classe