^

Monde

Régularisation de tous les sans-papiers !

Soutien aux sans-papiers bruxellois en grève de la faim ! Tous à l’ambassade le 17 juillet !

A Bruxelles, cela fait 53 jours que 475 sans-papiers ont entamé une grève de la faim pour leur régularisation. Alors que l’État reste immobile, c’est une question de vie ou de mort qui se pose aujourd’hui.

jeudi 15 juillet

Crédits : AFP/Kenzo TRIBOUILLARD

Depuis février, ces sans-papiers occupent l’église du Béguinage à Bruxelles et des locaux d’universités bruxelloises. Après quatre mois d’un dialogue de sourds avec les autorités de l’immigration, plus de 450 personnes sans papiers ont cessé de s’alimenter le 23 mai pour réclamer une régularisation collective.

Ils mettent en avant des années de séjour en Belgique au cours desquelles ils ont contribué à la vie économique. « Ce sont des travailleurs et travailleuses sans papiers qui peuvent travailler pour des métiers en pénurie. Nous contribuons au tissu économique de la Belgique. » déclare Ahmed, sans-papiers et coordinateur des sans-papiers. En effet, la plupart vivent en Belgique depuis 5, 10, 15, voire plus de 20 ans ! Une situation absurde qui les force à accepter des travails informels et précaires et qui est largement dénoncée par la mobilisation.

Mais une grève de la faim étant ce qu’elle est physiquement – mais aussi psychologiquement - particulièrement dans un contexte de pandémie mondiale, Ahmed explique que « La situation devient très critique. Ils sont à bout de forces et il convient de trouver une solution au plus vite ».

En effet, les sans-papiers demandent une régularisation collective. Or l’État belge ne souhaite pas céder à cette revendication « par crainte d’ouvrir la voie à une régularisation massive ». Pour la plupart marocains ou algériens, ils ne sont pas admissibles à l’asile, car issus de pays jugés « sûrs » ; ils sont donc considérés comme des migrants économiques. « C’est une situation qui nous préoccupe et sur laquelle nous travaillons tous les jours. Chaque jour, on essaie de trouver une situation définitive. Mais j’ai précisé dès le début de cette grève la ligne du gouvernement : il n’y aura pas de régularisation massive », réaffirmait Sammy Mahdi, secrétaire d’État à la Migration, à l’antenne de DH Radio vendredi 9 juillet. Dès lors, c’est la solution au cas par cas que le gouvernement privilégie. « Mais cela conduit à des régularisations arbitraires », déplore Ahmed, qui fustige les lenteurs administratives.

Alors que chaque nouveau jour les rapproche de la mort, le gouvernement belge reste inactif. Un rassemblement se tiendra vendredi 16 juillet à l’ambassade de Belgique pour exiger la régularisation immédiate et collective des sans-papiers !




Mots-clés

Racisme d’État   /    Migrants   /    Belgique   /    Sans-papiers   /    Monde