^

Notre classe

Crime d'Etat

Scandaleux : la police bloque le cortège hommage aux morts du 17 octobre 1961 à Paris

Alors qu'une manifestation devait se rendre jusqu'au pont Saint-Michel pour rendre hommage aux Algériens massacrés par l'Etat français le 17 octobre 1961 et dénoncer ce crime d'Etat. La police a décidé de bloquer le cortège avant son point d'arrivée.

dimanche 17 octobre

Ce 17 octobre, on commémore les 60 ans d’un massacre perpétué par l’Etat français contre des centaines d’Algériens qui manifestaient contre le couvre-feu qui leur était imposé et pour leur émancipation nationale. En ce sens, une manifestation est partie à 15h du Grand Rex à Paris pour se rendre jusqu’au Pont Saint-Michel sous le slogan "17 octobre 1961, crime d’Etat" ou encore "Violences policières, massacre d’État. On n’oublie pas, on pardonne pas !".

Or, arrivés à la Place du Châtelet aux alentours de 17h30, les centaines de manifestants réunis ont été bloqués par la police avant de pouvoir rejoindre le Pont Saint-Michel. Les forces de répression empêchent ainsi le cortège de rejoindre le lieu traditionnel d’hommage aux centaines d’Algériens tués, dont une partie ont été noyés dans la Seine.

Une répression scandaleuse qui prive les manifestants de l’hommage traditionnel, lancer des roses depuis le pont dans le fleuve. « Ma mère chaque année c’est elle qui vient jeter une rose sur la Seine, cette année je devais le faire à sa place et la police m’en empêche » raconte ainsi Mehdi, manifestant.

Une répression d’autant plus marquante que ce matin Didier Lallement s’est permis une commémoration aussi hypocrite qu’insultante sur ce même pont. L’Etat français organise ses propres hommages, qui réduisent à l’évènement à Maurice Papon pour mieux absoudre De Gaulle et la République, mais interdit aux manifestants qui dénoncent ce crime d’Etat d’honorer leurs morts.




Mots-clés

France   /    Impérialisme   /    Algérie   /    Notre classe