^

Notre classe

Violences policières

Saint-Florentin : justice pour Ayman, 19 ans, défiguré par un tir policier

Mercredi dernier, la police tire quatre fois sur la voiture d'Ayman, le touchant au menton après une tentative d’interpellation dans une station-service. Un drame suite auquel ses soutiens se sont mobilisés malgré la répression policière. Justice pour Ayman !

lundi 4 avril

Mercredi dernier, Ayman, 19 ans, fait la queue à la station-service quand des policiers en civil entourent sa voiture en le braquant avec leurs armes. Le jeune homme cherche à s’enfuir « par réflexe de survie, en voyant des hommes en civil, avec une arme à feu, ouvrir sa portière » raconte sa sœur à France 3 Région, la police tire alors à quatre reprises, le blessant au menton avant de le rattraper et de l’interpeller violemment.

Plusieurs vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent l’intervention de la police :

Puis la violente interpellation, Ayman étant plaqué au sol et menotté, malgré sa blessure :

Quelques heures plus tard, le Parquet confirmera qu’Ayman n’était pas la personne recherchée par la police lors de cette interpellation. « C’est en réalité l’un des deux passagers que les policiers voulaient arrêter » rapporte ainsi France 3. Ayman de son côté a été « défiguré », traumatisé et devra subir une greffe de peau rapporte sa famille.

Mais le drame de ces violences policières scandaleuses ne s’arrête pas là. Le soir-même, des habitants rapportent sur Twitter que la police s’est rendue dans le quartier de Ayman pour intimider les habitants. Le lendemain, une marche est organisée par la famille et les amis d’Ayman pour demander justice pour ce dernier. L’arrivée de dizaines de camions des forces de l’ordre enveniment la situation, ces derniers gazant le cortège selon plusieurs témoignages d’habitants sur Twitter, donnant lieu à des affrontements. France 3, de son côté, affirme que « le rassemblement a dérapé lorsque le cortège est arrivé devant la gendarmerie de Saint-Florentin : feux de poubelles, matériel de chantier incendié, obstacles déposés sur la route, projectiles. En face, les forces de l’ordre ont répliqué avec des jets de gaz lacrymogène. »

Le bilan est le même : après avoir tiré sur un homme à trois reprises, les forces de répression répriment la solidarité et la colère de ceux qui revendiquent « Justice pour Ayman ». Un drame qui rappelle l’interpellation l’an passé d’un couple dans une voiture à Stains, criblé de balles après avoir été interpellé par des policiers sans brassard de la BAC et dont l’un des deux, Nordine a été condamné il y a peu à deux ans de prison suite à cette affaire... Face à cette nouvelle affaire, il faut continuer à dénoncer les violences policières et l’impunité de leurs auteurs, et à se mobilier comme l’ont fait les habitants de Saint-Florentin. Justice pour Ayman et toutes les victimes de violences policières !



Mots-clés

Racisme d’État   /    Répression policière   /    Quartiers populaires   /    Racisme   /    Violences policières   /    Répression   /    Notre classe