^

Jeunesse

Présentation à l'Université Paris 1

Revolution Permanente à Tolbiac. 40 personnes et beaucoup d’enthousiasme !

Renan Granger{} Marxisme. Féminisme. Organisation. Colères. Trostkysme. LGBT. Internationalisme. Voilà bien des mots que les murs de nos universités n’entendent pas souvent, et encore moins côte à côte. C’est pourtant bien ceux-ci qui ont résonné pendant quelques heures à Paris1, où une quarantaine de personnes se sont retrouvées pour la réunion de présentation de Révolution Permanente. Quelques mots qui ont repris leur belle couleur, celle de l’enthousiasme et de l’envie de se rassembler contre les violences de ce système.

jeudi 5 novembre 2015

L’introduction a été faite par un camarade de l’équipe de rédaction de Révolution Permanente et membre du Courant Communiste Révolutionnaire. Celui-ci est d’abord revenu sur le panorama actuel des médias en France, occupé largement par des médias aux mains des grands patrons et des actionnaires. Chaque jour, les grands titres de l’actualité ressassent la même propagande, comme on a pu le voir sur l’affaire des chemises déchirées à Air France ou sur la crise des migrants. Sur le terrain du net et des réseaux sociaux, c’est surtout l’extrême droite et les courants réactionnaires qui sont à l’offensive. Il y a certes Médiapart, un journal fondé il y a quelques années avec lequel nous partageons l’idée d’un quotidien d’actualité avec une ligne indépendante du patronat et du gouvernement. Mais, dans un monde d’exploitation et d’oppression, dominé par une classe dirigeante minoritaire, nous pensons que la neutralité affichée par ce média n’est pas suffisante.

Au contraire, Révolution Permanente se revendique comme un journal militant qui s’inscrit dans les rapports de force qui agitent notre société et qui relaie la voix des exploité-e-s et des opprimé-e-s, par exemple avec les différents témoignages sur les conditions de vie des exploité-e-s et des opprimé-e-s que nous avons publié : le témoignage d’une caissière, d’une étudiante en médecine soumise au sexisme, ou encore à propos d’un suicide d’une employée de Zara, des articles qui ont tous connu un succès important. Enfin, la séance s’est terminée par une présentation du site internet, de ses différentes sections, des articles qui ont reçu le plus d’écho. Puis par un appel à contribuer au quotidien, notamment dans les sections « Jeunesse » et « Genres et sexualités » qui mériteraient d’être davantage développées pour réellement refléter les souffrances et les luttes quotidiennes de la jeunesse, des femmes et des personnes LGBTI. En ce sens, nous avons lancé un appel à une campagne de témoignage sur les violences sexistes subies dans notre société, dans l’optique de la Journée internationale de lutte contre les violences du 25novembre.

Cette introduction a été suivie d’une discussion très dynamique entre les différents participant-e-s. De nombreuses interventions ont tenu à souligner la qualité du site, des articles et l’importance d’un tel média dans un contexte où les classes dominantes sont toujours plus à l’offensive et où les voix alternatives peinent à se faire entendre. La perspective internationaliste du site, avec un point de vue qui n’est pas centré sur la France, la place faite aux exploités et aux opprimés ont été soulignés comme des points forts du site internet.

Les questions ont principalement porté sur l’ancrage militant du quotidien, et ses liens avec le reste du milieu militant : « Pourquoi avoir choisi de revendiquer ouvertement une ligne marxiste et trotskyste ? » « Cela ne risque-t-il pas de vous enfermer dans un milieu strictement militant ? » « Pensez-vous collaborer avec d’autres médias militants en ligne à l’avenir ? »

Ces questions ont permis aux animateurs de Révolution Permanente présents dans la salle de revenir sur l’une des volontés premières du site internet : celle de redonner une vitalité aux idées du marxisme révolutionnaire que certains voudraient voir rester dans les caves et les musées ; de montrer aux exploité-e-s et aux opprimé-e-s que les idées marxistes sont un outil pour comprendre le monde dans lequel on vit ; de reconnecter les idées révolutionnaires aux situations de vie que connaissent aujourd’hui les travailleur-se-s, chômeur-se-s, précaires, étudiant-e-s, lycéen-ne-s ; et enfin de démontrer que l’extrême gauche révolutionnaire d’aujourd’hui est capable, sans renoncer à sa perspective révolutionnaire, de s’adresser à une partie toujours plus large des exploités et des opprimés. En ce sens, nous avons réitéré notre appel à contribuer à notre quotidien, une condition indispensable pour que Révolution Permanente devienne un véritable outil pour récréer une conscience commune des exploités et des opprimés, et à la création d’une organisation qui soit capable de former de nouvelles générations militantes prêtes à transformer le monde dans lequel nous vivons.



Mots-clés

Jeunesse