^

Du Pain et des Roses

États Unis

Révocation de l’avortement : les démocrates tentent de canaliser la colère sur un terrain électoral

Après la révocation du droit à l'avortement, le parti Démocrate tente de récupérer la contestation et de la canaliser vers les urnes et vers ses finances. Au passage, le parti de Biden tente de faire oublier sa lourde responsabilité dans ce recul historique.

lundi 27 juin

Crédits photo : AFP

Vendredi dernier, la Cour suprême menait une attaque historique contre le droit des femmes et des personnes en capacité de porter un enfant en révoquant le droit à l’avortement. Suite à cette décision, plusieurs États gouvernés par les réactionnaires ont rapidement interdit l’accès à l’IVG, via une série de Trigger Laws qui n’attendaient que ce signal, tandis que l’offensive pourrait s’élargir aux droits LGBT.

Un drame face auquel la première réaction de Joe Biden dans une allocution donnée le soir même a été clair : « premièrement, j’appelle chacun à manifester calmement, calmement, calmement, calmement ». L’urgence pour les démocrates et leur chef semble claire : appeler au calme à travers le pays, frappé de plein fouet par cette décision et traversé par de premières dynamiques de protestations.

Un appel au calme et au pacifisme qui va de pair avec une énième stratégie électoraliste au profit des démocrates. Dans le même temps, ceux-ci ont en effet enjoint les américain·e·s à voter massivement pour eux lors des élections de mi-mandat qui auront lieu le 8 novembre. « Avec le revirement de la Cour contre Roe, le Sénat est notre dernière ligne de défense » soutenait ainsi Catherine Cortez Masto sénatrice dans le Nevada, qui tente de sauvegarder son siège. La tactique des démocrates est claire, ils tentent de se dresser en seul et unique rempart contre l’abolitions de droits fondamentaux, et encouragent à faire confiance à l’État et aux institutions, celles-là mêmes qui ont justement été incapables de garantir et protéger le droit à l’avortement.

Comble de leur morgue politique, en plus de vouloir désactiver les luttes en les canalisant vers les urnes, les démocrates en profitent également pour remplir leurs caisses. Ils ont ainsi lancé des campagnes d’appel aux dons par mails dans une scandaleuse tentative de récupération du mouvement de mobilisation des femmes visant à profiter financièrement de la détresse qui peut toucher une partie d’entre elles. Une attitude qui a scandalisé. "Mes droits ne sont pas un outil de levée de fonds pour les Démocrates" s’est ainsi indignée une jeune américaine interviewée sur NBC.

L’attitude des démocrates est d’autant plus scandaleuse que, depuis la jurisprudence Roe, ceux-ci ont plusieurs fois été en position de faire passer des lois qui auraient pu garantir le droit à l’avortement au niveau fédéral. Alors que Biden promet maintenant qu’il s’agira de leur premier objectif en cas de victoire aux élections de mi-mandat, ils se sont en réalité toujours gardés de faire voter une telle loi. Les démocrates préféraient en effet largement utiliser l’argument du droit à l’avortement comme outil de chantage auprès de millions d’États-Uniennes, en exigeant d’elles de voter pour eux aux élections, au risque de voir ce droit supprimé par les Républicains.

Contre ces logiques politiciennes, il est nécessaire d’affirmer que seule la lutte, dans la rue, aura la force nécessaire pour faire plier l’offensive réactionnaire. Ce qui fait trembler autant les démocrates que les républicains, ce sont les alliances puissantes qui peuvent se former entre les mobilisations pour les droits des femmes, le mouvement Black Lives Matter et les initiatives d’organisation syndicales dans les entreprises, comme c’est actuellement le cas à New York. Contre les tentatives de récupération, de cooptation et de canalisation, opposons l’organisation et la mobilisation. Les droits des opprimé.e.s ont été obtenus par la lutte, et ne pourront être défendus que par la lutte.



Mots-clés

Avortement   /    Joe Biden   /    IVG   /    Etats-Unis   /    Du Pain et des Roses   /    Monde