^

Politique

Gestion répressive de la crise

Répression. Castex interdit les rassemblements de plus de 5000 personnes jusqu’à octobre

Face à la recrudescence des cas de Coronavirus, le gouvernement continue les mesures répressives. Jean Castex, en plus de l’élargissement de l’obligation du port du masque dans l’espace public et les amendes en cas de non-port, a annoncé l’allongement jusqu’au 30 octobre de l’interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes.

mardi 11 août

 Crédits photo : AFP 

Jean Castex, en visite ce mardi 11 aout au CHU de Montpelier a décidé de deux nouvelles mesures pour faire face à la reprise du virus. Le premier ministre a à la fois demandé aux préfets : « d’étendre le plus possible l’obligation du port du masque » et prolongé l’interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes jusqu’au 30 octobre. Le but de ces mesures : éviter absolument un reconfinement pour que l’économie puisse continuer de tourner.

De plus, il s’agit encore une fois d’individualiser et de responsabiliser la population pour les dégâts de la crise sanitaire. En effet, au lieu de moyens pour les hôpitaux ou la prévention, le gouvernement choisit encore la voie de mesures répressives. Dans le même temps, la revendication des masques gratuits n’a pas été satisfaites et les soignants ont clairement montré leur désaccord quant aux budgets proposés par le gouvernement.

Pourtant en première ligne, certains travailleurs n’ont pas toujours les moyens de se protéger et ce sont eux, les plus précaires, souvent issus des quartiers populaires, qui vont subir la répression lié à ces mesures coercitives. Au lieu de fournir des soins, le gouvernement offre aux policiers municipaux de donner des amendes.

Ainsi, comme l’écrit le journal 20 Minutes : « Jean Castex a par ailleurs annoncé un renforcement des contrôles « sur le respect de l’ensemble des règles destinées à prévenir la propagation du virus : respect des gestes barrières, du port du masque », notamment dans les restaurants, ou « des obligations de déclaration des rassemblements de plus de 10 personnes ». »

Pourtant, c’est bien la gestion de crise du gouvernement et non le comportement de la population qui est en cause. De fait, le déconfinement victorieux du 11 mai, sans aucun bilan de l’état de l’hôpital public, ni budget pour la prévention, pour accélérer la reprise économique, voit aujourd’hui ses limites avec la possibilité d’une seconde vague épidémique. Pour qu’elle n’arrive pas, il faut de véritables campagnes de test gratuites et généralisés et offrir des moyens de protection largement.

Surtout, allonger l’interdiction de se rassembler, c’est en dernière instance permettre de renforcer la répression sur les possibles mouvements de contestation à venir. Dans une période ou le patronat et le gouvernement veulent nous faire payer la crise et ont peur d’une réponse par la rue, une prolongation aussi longue peut légitiment nous faire craindre l’extension de l’interdiction des manifestations.




Mots-clés

Jean Castex   /    #MasquesGratuits   /    Masques   /    Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Répression policière   /    Coronavirus   /    Montpellier   /    Répression   /    Politique