^

Notre classe

Malgré le contexte réactionnaire

Régionales. Lutte Ouvrière en progression, en toute indépendance de classe !

Dans des élections régionales marquées par une abstention record, les listes de Lutte Ouvrière, seule liste d'indépendance de classe présente au scrutin, ont réalisé des scores modestes mais non négligeables, faisant mieux en pourcentage qu’en 2015, tout en maintenant le nombre de voie en termes absolu, une gageure en ces temps d’abstention !

lundi 21 juin

Photo : Révolution Permanente

Ces élections régionales ont été marquées par une abstention, record la droite traditionnelle faisant une percée, le Rassemblement National faisant beaucoup moins bien qu’annoncé, et LREM se prenant une importante claque. La gauche institutionnelle est en trompe l’œil, tandis que les tractations et les compromis commencent à quelques jours du second tour pour arracher coûte que coûte des sièges de conseillers régionaux.

Dans une campagne marquée très à droite durant laquelle les médias et la classe politique ont imposé une thématique sécuritaire à laquelle s’est largement adaptée la gauche institutionnelle, seules les listes de Lutte Ouvrière se sont réellement démarquées en se positionnant clairement en faveur des travailleurs et des classes populaires, en toute indépendance de l’État, ses institutions et des classes dominantes.

Présente dans l’ensemble des régions, les listes de Lutte Ouvrière ont engrangé en moyenne 2,3 % des suffrages exprimés au niveau national, soit près de 320 000 voix au total en faveur de la seule organisation, représentant le monde du travail, ses listes étant composées à 100 % de travailleurs, d’ouvriers et d’enseignants. Dans les Hauts-de-France par exemple, LO dépasse les 3% avec un score de 3,6 %.

Aux dernières élections régionales de 2015, LO avait fait un score national de 1,45% avec là encore 320 000 voix, soit presque autant qu’en 2021. Ces scores, s’ils restent bien entendu modestes, montrent qu’en réussissant à se maintenir par rapport à 2015 dans un contexte marqué par l’offensive sécuritaire et les attaques contre le monde du travail, des listes ouvrières en indépendance de classe, peuvent réussir à mobiliser une partie de l’électorat populaire pour faire entendre le camp du « monde du travail ».

Les résultats des listes Lutte Ouvrière montrent aussi le potentiel qu’aurait pu exprimer un front anticapitaliste entre LO et le NPA - qui aurait pu exister si le NPA n’avait pas capitulé avec ses alliances avec LFI qui n’ont eu de bien maigres scores. De faite, LO a talonné l’alliance LFI-NPA en Nouvelle-Aquitaine.

Loin du scepticisme et du fatalisme, ces résultats au milieu de l’abstention et d’élections marquées à droite montrent à quel point notre camp social à besoin d’être représenté par lui-même, en toute indépendance de la bourgeoisie et de ses institutions, loin des compromis et des trahisons de la gauche institutionnelle. Des compromis qui commencent d’ores-et-déjà avec des unions au deuxième tour comme celle de la FI en Île-de-France avec des partis bourgeois comme le PS ou avec EELV qui défend un capitalisme vert tout aussi mortifère pour les travailleurs.

Dans un communiqué, Lutte Ouvrière a ainsi indiqué de manière très claire qu’elle « ne cautionnera pas la supercherie consistant à présenter aux travailleurs des hommes politiques qui sont souvent aussi réactionnaires, aussi anti-ouvriers que ceux d’extrême droite, comme un rempart contre la menace du RN au pouvoir. Il n’est pas question pour Lutte ouvrière de soutenir quelque variante que ce soit du Front républicain. Cette république est celle de la bourgeoisie ».

En ne donnant pas de consigne de vote au deuxième tour, LO refuse à juste titre d’entretenir toute illusion vis-à-vis de la classe politique bourgeoise. Les listes LO présentes au premier tour des régionales refusent ainsi toute logique de « front républicain » ou « d’union de la gauche » avec des partis comme le PS qui ont mené historiquement des politiques anti-ouvrière, avec dernière en date, la loi Travail qui a cassé le code du travail au service des grands capitalistes.




Mots-clés

Régionales 2021   /    Lutte des classes   /    Lutte Ouvrière   /    Notre classe   /    Politique