×

Grève Reconductible

Réforme des retraites : « La CGT Métallurgie doit rejoindre l’appel des raffineurs ! »

A la veille de la grève du 19 janvier, Vincent Duse de la CGT PSA Mulhouse revient sur la nécessité de construire la grève reconductible dans la métallurgie. Dans un secteur particulièrement touché par la réforme des retraites et par l’inflation, il s’agit de s’appuyer sur le plan de bataille impulsé par les raffineurs.

Vincent Duse

17 janvier 2023

Facebook Twitter

Manifestation de soutien aux travailleurs de la SAM en novembre 2021. Crédits photo : AFP

Le bras de fer sur la réforme des retraites est engagé. Alors que le gouvernement veut aller très vite pour ne pas se retrouver face à une longue séquence de lutte, le mouvement ouvrier va devoir trouver les moyens de faire reculer Macron.

Les ouvriers de la métallurgie sont parmi ceux les plus impactés par les questions de pénibilité : la plupart sont cassés avant 60 ans, et un départ à la retraite à 64 ans n’est rien d’autre qu’une mise à mort de milliers de métallurgistes. Avec le travail à la chaîne dans l’automobile, l’aéronautique, les forges ou les fonderies, cette attaque est surement une des plus violentes depuis la réforme de Sarkozy en 2010. Ce secteur, qui rassemble près d’1,5 millions de travailleurs dans 43 000 entreprises, a beau voir ses effectifs se réduire d’année en année et voir l’intérim exploser, il n’en reste pas moins un secteur stratégique pour le capitalisme français.

Face à cette attaque, le CGT Métallurgie semble pourtant rester l’arme au pied : ce n’est que le lundi 16 janvier que la fédération a appelé à manifester et faire grève le 19 janvier, alors que l’immense majorité des fédérations prépare la grève depuis dix jours. Si le mouvement de 2010 nous apprend une chose, c’est que les journées de grève saute-mouton, appelées toutes les deux ou trois semaines, ne permettront pas de faire plier le gouvernement.

Si pour l’instant beaucoup de fédérations et confédérations syndicales se cantonnent à la date du 19 janvier sans proposer de lendemain, les syndicats CGT du pétrole ont proposé une alternative : un calendrier de grève progressif, commençant par 24h de grève le 19 janvier, puis 48h le 26, 72h le 6 février, puis un départ en reconductible. Pour faire reculer le gouvernement, il faudra que le pays et l’industrie soient impactés par la grève, et seules des grèves reconductibles pourront réellement toucher les patrons au portefeuille. Devant une telle attaque, il ne faut pas seulement un plan de bataille pour montrer notre opposition à la réforme, mais se donner les moyens de battre le gouvernement et l’obliger à retirer la réforme.

Canal Telegram : @revolution_permanente

Le gouvernement comme le patronat se préparent à un vaste mouvement social. Nous nous devons de faire de même, et de préparer dès maintenant les conditions pour une grève reconductible dans tous les secteurs. Cela passera non seulement par la mise en place de caisses de grèves pour soutenir les grévistes, mais aussi par des coordinations entre les usines en grèves. Dès maintenant, les fédérations syndicales devraient préparer des caisses de solidarité et les alimenter en partie avec leurs réserves, qui sont le fruit des cotisations des adhérents. Cette réforme est une question de vie ou de mort pour de nombreux travailleurs, et il faut plus que jamais jeter toutes nos forces dans la bataille.

Depuis le début de l’année, de nombreux ouvriers de la métallurgie ont repris le chemin des luttes, notamment pour des augmentations salariales. Chez PSA, 4300 ouvriers ont débrayé fin septembre pour des augmentations de salaire, une première depuis 1989. Dans l’aéronautique, rares sont les entreprises qui n’ont pas vu de mouvement de grève : Airbus, Daher, Safran, Dassault, sans compter de nombreux sous-traitants. Ce retour des grèves montrent que les salariés sont prêts à se battre, pour obtenir des augmentations de salaires, et pour ne pas mourir avant la retraite.

Face à cette réforme qui va tuer des milliers de métallurgistes, les fédérations syndicales se doivent de proposer une stratégie gagnante pour tous les ouvriers qui veulent se battre pour leur retraite. Dans ce sens, le plan proposé par les syndicats du pétrole pourrait être à même de préparer une grève reconductible pour début février, en utilisant le 19 et le 26 pour rassembler des forces, constituer des collectifs de grévistes et créer les liens entre les entreprises nécessaires pour gagner. Il faut que la fédération des métallos se joigne à cet appel, la vie de milliers d’ouvriers en dépend.


Facebook Twitter

Vincent Duse

Ouvrier PSA-Stellantis Mulhouse, militant CGT

Scandale : l'inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

Scandale : l’inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l'austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l’austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis