^

Notre classe

Devant le siège, à Boulogne-Billancourt (Vidéo)

Rassemblement réussi pour les salarié-e-s en lutte de Carrefour Market !

Marah Macna A Boulogne-Billancourt, dans ce quartier où se côtoient nouveaux immeubles design et sièges des grandes entreprises, c'est cette fois les travailleur-se-s qui reprenaient la rue. Jeudi 28 mai, pour la seconde fois, et après près de 4 mois de lutte pour leurs salaires et leurs conditions de travail, plus d'une centaine de salarié-e-s de Carrefour Market sont venu-e-s crier leur colère à une direction qui continue à faire la sourde oreille.

vendredi 29 mai 2015

Le rassemblement est à l’image de cette lutte exemplaire  : les salarié-e-s sont venu-e-s, par équipes, d’un peu partout en France, représentant chacun un magasin, une ville, une région, ainsi que les différents statuts de salarié-e-s (caissier, rayonnage) et leurs différentes situation (mère célibataire, étudiant travaillant à Carrefour pour payer ses études, salarié depuis 1 an, 15 ans, 38 ans...) Tou-te-s ont donné de leur corps et de leur temps à la boîte, jusqu’à se casser le dos aux rayons où à dormir dans sa voiture lorsque les fins de mois sont trop durs.

Malgré leur détermination depuis près de quatre mois, la direction ne les écoute pas. Elle s’appuie pour ce faire sur la signature de l’accord salarial paraphé par FO et la CFDT (deux syndicats pourtant minoritaires dans le groupe) : « ceux-là, ils ont au moins quatre stylo dans chaque poche, ils sont toujours prêts à tout signer ! » ironise une salariée. Mais les 30 centimes d’augmentation que prévoit l’accord, à savoir l’équivalent « d’une demi-baguette », comme le disent les grévistes, les salarié-e-s n’en veulent toujours pas.

Pour marquer le coup face à la direction, ils ont donc décidé de refaire le déplacement devant le siège, pour faire entendre une bonne fois pour toute qu’« On lâche rien ! » comme le dit le message inscrit sur les tee-shirt sortis pour l’occasion. La fédération CGT Commerce a fait le déplacement, de même que différentes organisations syndicales et politiques (UL CGT Malakoff et Massy, CGT Territoriaux, Sudptt, Solidaires étudiant-e-s Paris 1, Femmes égalité, PCOF, NPA...), pour ne pas laisser seul-e-s les salarié-e-s de Carrefour, qui se battent en réalité pour tous les bas salaires, pour tous les métiers « invisibles » et pourtant si nécessaires aux profits de certains.

Après quelques heures de slogans, entrecoupés de prises de parole, la direction a accepté de recevoir une délégation. Face à la direction, les salarié-e-s leurs conditions : si vous ne répondez pas à nos revendications, ce sont les Carrefour Market de la Côte d’Azur qui sont prêts à débrayer tout l’été s’il le faut, histoire d’attaquer la marque directement au portefeuille ! Parallèlement, c’est de l’autre côté de la Méditerranée que la convergence pourrait avoir lieu pour frapper fort, car les salarié-e-s ont commencé à prendre contact avec les Carrefour Market de Tunisie, eux-elles aussi confronté-e-s à la même exploitation d’une multinationale qui fait des profits aux quatre coins du monde.

Que ce soit pour éviter que ces menaces ne soient mises à exécution, ou bien simplement pour relâcher la pression, toujours est-il que la direction s’est vue contrainte à quelques promesses concernant un protocole d’accord de fin de conflit. Sur le trottoir, on continue à crier, en attendant mercredi 3 juin, jour où des négociations portant à la fois sur les salaires et sur les conditions de travail devraient s’ouvrir. Quoiqu’il arrive, les salarié-e-s de Carrefour Market auront démontré ce dont bien d’autres secteurs auraient besoin en ce moment : leur colère, leur courage, leur solidarité, voilà ce qu’il ne faudra jamais lâcher !

29/05/15

Voir des photos du rassemblement ici.



Mots-clés

Grande distribution   /    Notre classe