^

Politique

Ecologie

Privatisation de l’ONF : un désastre écologique et social

En 2020, l'association Canopée , membre de la fédération des Amis de la Terre, alertait sur les risques de privatisation de l’ONF (Office Nationale des Forêts) qui risquait de dégrader fortement les conditions de travail des agents forestiers et qui annonçait aussi des licenciements. D’autre part, cette privatisation pouvait avoir des effets dramatiques sur la façon dont seraient entretenues les forêts en raison de la volonté croissante du directeur général de réaliser des profits.

vendredi 26 février

Crédits : AFP/Thierry Zoccolan

L’ONF est un établissement public de la gestion des forêts publiques. Sa gestion se veut multifonctionnelle : production de bois, préservation de l’environnement et accueil du public. Une gestion qui nécessite donc des compétences multiples et une mise en place de moyens conséquents. L’importance de ces forêts est grande, représentant 25% de la surface forestière française, elles correspondent aux forêts anciennes préservées du Moyen-Âge et sont donc précieuses quant à la préservation du patrimoine naturel et des espèces animales y vivant. Mais la dualité entre production de bois et préservation de l’environnement finit par poser problème entre recherche de profit et lutte contre le changement climatique.

En 2020, plusieurs annonces de la part du gouvernement et du directeur général, Bertrand Munch, vont faire l’effet d’une douche froide aux agents forestiers. Une première annonce la modification du code forestier qui invite à « généraliser l’accès des personnels sous contrat de droit privé à l’ensemble des métiers et fonctions de l’établissement ». Quelques jours plus tard, la loi ASAP est validée par le Conseil des ministres et modifie directement le code forestier en encourageant le recrutement de salariés de droit privé. Or, c’est en généralisant le statut de contractuel et en diminuant le nombre de personnes siégeant au conseil d’administration que cela permet de légaliser des pratiques prohibées aux salariés du privé, comme les missions de police de l’environnement.

Mais ces mesures ont un objectif financier bien connu du gouvernement : réaliser des économies. Cette privatisation permet d’abaisser les coûts de fonctionnement, sachant qu’un fonctionnaire "coûte" 20% de plus qu’un contractuel. Une bonne façon de multiplier les emplois précaires et de tuer à la tâche des milliers de personnes pour être payé une bouchée de pain. Ces mesures représentent aussi un mépris envers l’expérience des agents de l’ONF et de leurs compétences. Mais aussi de leur indépendance.

D’un autre point de vue, le directeur général signalait un autre objectif dans sa missive : sa volonté de réaliser des profits en développant les activités commerciales pour optimiser les recettes. En parallèle, on néglige les moyens mis en place pour les bonnes conditions de travail des agents forestiers afin de réaliser des profits : “L’agent forestier n’est plus doté des moyens ni de la structure pour assurer ses priorités comme l’adaptation des écosystèmes et le maintien du couvert forestier” constate Frédéric Bedel, Doyen de la Faculté des Sciences & Sciences de l’Ingénieur. Un constat qui se remarque dans d’autres secteurs : au manque de moyens on fait des économies tout en optimisant les activités afin de réaliser des profits.

Ces moyens sont pourtant nécessaires. Un rapport sur l’état de l’environnement en France (2019), montre que l’état de conservation des forêts françaises est mauvais : ce rapport estime que 32% des forêts sont dans un état défavorable mauvais et 45% dans un état défavorable. Sans compter le risque préoccupant d’extinction de certaines espèces. L’exploitation actuelle des forêts ne s’accorde pas avec les impératifs écologiques : l’ONF produit 40% du bois en France, sur 25% de la surface forestière. Mais encore faut-il réaliser cette exploitation de façon correcte. Cette privatisation et gestion productiviste des forêts met à mal les compétences des agents forestiers : Bernard Debargue, membre de l’association les veilleurs de la forêt de Compiègne, explique que l’état de la forêt de Compiègne est mis à mal : « comme si on avait massacré, littéralement, balafré la forêt ». Ces coupes d’arbres traduisent le dépérissement rapide des arbres. Des dépérissements qui peuvent être causés, à première vue, par l’âge des arbres, le changement climatique, les dégâts causés par les hannetons... Or beaucoup d’habitants pensent qu’il existe une autre raison : la situation économique de l’ONF qui ne donne pas assez de moyens aux agents pour réaliser correctement leur travail. Un habitant explique que les bûcherons laissent des chantiers “immondes” derrière eux. Or, une coupe d’arbre mal effectuée détruit le sol et nuit au reste du peuplement forestier.

Les exigences de rentabilités impactent donc fortement le service public dans son ensemble de manière générale, mais aussi l’ONF. Finalement, en 20 ans ce sont 5000 postes perdus à l’ONF avec 1200 pertes de postes ETP depuis 2016. Sans compter le rétablissement de la suppression de 95 postes prévue par le projet de loi de finances et des 500 autres prévus par le contrat État-ONF d’ici 5 ans. Par ailleurs, le projet de privatisation de l’ONF avance bien : depuis 2020 on recense 40% des employés dans le droit privé. Les employés de l’ONF alertent aussi sur le danger de la filialisation vers laquelle les activités de l’ONF glisseraient (Arbre conseil, Ateliers bois, Grands comptes…). Les postes en vue d’être supprimés iraient vers la filiale. Plusieurs syndicats, dont FO , demandent ainsi que les personnels filialisés puissent revenir à l’ONF.

Alors que l’accélération du réchauffement climatique perdure, la préservation des forêts et le travail autour de cette tâche va devenir de plus en plus important et va nécessiter de plus en plus de moyens. Pourtant aucun des enjeux environnementaux et sociaux ne sont pris en compte par le gouvernement et la direction de l’ONF. En réalité, cette privatisation ne concerne pas seulement l’office. C’est une dynamique plus large qui met à mal la sécurité des postes des fonctionnaires. Il apparaît donc urgent d’exiger l’interdiction des licenciements des agents forestiers et de la privatisation subite par l’ONF.




Mots-clés

Ecologie   /    Politique