^

Du Pain et des Roses

Pologne. Plus de 80 000 personnes à Varsovie contre l’interdiction de l’IVG et le gouvernement du PiS

Ce vendredi avait lieu une nouvelle journée de manifestation nationale à Varsovie. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour défendre le droit à l'avortement, contre le gouvernement nationaliste et conservateur.

samedi 31 octobre

Crédits photo : Kacper Pempel/Reuters

Ce vendredi 30 octobre, au moins 80 000 personnes ont défilé dans les rues de Varsovie, après 9 jours de mobilisation. Depuis le 22 octobre, la Pologne est en ébullition suite à l’interdiction presque totale par le Tribunal constitutionnel de l’avortement. Après une semaine de mouvement, malgré les réglementations liées à la crise sanitaire, dont l’interdiction des rassemblements publics de plus de 5 personnes, des dizaines de milliers de Polonaises et Polonais se sont une fois de plus montrés prêts à en découdre avec le gouvernement du PiS.

Monsieur Kaczyński on vient te chercher chez toi !

La manifestation qui s’est tenue vendredi, principalement à Varsovie mais à laquelle répondaient de plus petites marches dans les autres villes du pays, était la troisième journée de mobilisation massive et organisée à grande échelle, après des jours de blocages de route, de piquets de grève, de manifestations ou encore d’actes de vandalisme dans des églises.

Après la grande manifestation de vendredi dernier, puis la grève nationale de mercredi qui a mobilisé environ 500 000 personnes, cette journée de manifestation nationale a ainsi été l’occasion pour ceux qui s’affrontent au gouvernement et à sa nouvelle loi réactionnaire de durcir le ton. Dans une ambiance que le Courrier d’Europe Centrale note « moins festi[ve] que lors des précédentes actions cette semaine », la foule s’est ainsi dirigée vers le domicile de Kaczynski, le vice-premier ministre du gouvernement et dans les faits homme fort de la Pologne.

L’ambiance radicale et durement révoltée contre le gouvernement n’a, elle, aucunement perdu en intensité au fil des jours. « Nous avons l’impression que notre gouvernement nous crache au visage ! C’est une honte de faire passer une telle loi dans de telles périodes ! » témoigne auprès de Révolution Permanente une étudiante polonaise sur place, mobilisée depuis le début du mouvement.

L’extrême droite appelée par le gouvernement s’en prend aux manifestants

Et si les manifestants sont toujours déterminés et que leur colère ne connaît pas d’affaiblissement, la polarisation entre la révolte sociale et les forces réactionnaires devient elle aussi de plus en plus tendue. Pour cette soirée de manifestation, le dispositif policier était particulièrement important notamment pour défendre le domicile du numéro 1 du PiS, et des militaires avaient été déployés en nombre dans la capitale.

Mais surtout, l’un des éléments de tension principaux de la manifestation était la présence de groupes identitaires d’extrême droite, venus s’affronter aux manifestants. Appelés à « défendre les églises » par Kaczyński, ils étaient présents en nombre au sein de la foule, cherchant au minimum à intimider, mais surtout à attaquer physiquement tous ceux - représentants du « nihilisme » selon les mots de Kaczynski - venus défendre ce soir le droit à l’avortement dans la rue. « Kaczyński a dit aux gens de protéger les églises et maintenant il y a des nationalistes radicaux qui courent partout pour essayer de nous faire peur ou de se battre » nous rapporte, révoltée, Zofia, une étudiante elle aussi mobilisée à Varsovie.

Des manœuvres du gouvernement qui semblent avoir bien peu d’effet sur la volonté des manifestants à en découdre avec le gouvernement et l’ensemble des formes réactionnaires et conservatrices qui dirigent le pays. C’est cette détermination, alliée à la massivité de la mobilisation en cours, qui menace aujourd’hui le parti au pouvoir et sa vermine d’extrême droite.




Mots-clés

IVG   /    Pologne   /    Du Pain et des Roses   /    Du Pain et des Roses   /    Monde