^

Genres et sexualités

Manoeuvre réactionnaire

Offensive homophobe aux États-Unis : l’État du Tennessee manœuvre pour interdire le mariage homosexuel

Dans un contexte de fortes offensives réactionnaires contre les droits des femmes et des LGBTI par le Parti Républicain aux États-Unis, l’État du Tennessee a proposé la reconnaissance par l’État des mariages « de common law », une institution qui ne reconnaît pas le mariage homosexuel mais reconnaît les mariages de mineurs, et qui viendrait concurrencer le mariage par licence délivrée par l’État. Une manœuvre visant à contourner la jurisprudence de la Cour Suprême qui garantit le droit au mariage des couples de même sexe.

jeudi 7 avril

Crédit photo : Un défenseur du mariage gay agite un drapeau arc-en-ciel devant la Cour suprême, à Washington, le 25 juin 2015. (MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Le Parti Républicain, parti de gouvernement conservateur des États Unis mène continuellement des attaques contre les droits des femmes et des personnes LGBTI. Ces attaques n’ont fait que se renforcer au cours de la présidence de Trump et qui a nommé assez de nouveaux juges à la Cour Suprême pour donner une majorité de 6 contre 3 juges aux Républicains. Un grand nombre de droits fondamentaux reconnus aux citoyens américains tels que le droit à l’avortement ou la reconnaissance des mariages homosexuels dérivent de la jurisprudence de cette Cour, et la nouvelle majorité qui y a été acquise par les conservateurs les met dans une position de force encourageant les offensives réactionnaires. Bien que ce parti ait perdu le pouvoir au niveau fédéral, il conserve par ailleurs le pouvoir dans un certain nombre d’États notamment au sud du pays où il a pu mener des attaques importantes au droit à l’avortement au Texas par exemple, ou encore interdire de mentionner l’existence des personnes LGBTI dans les écoles en Floride sous le regard complaisant du gouvernement fédéral démocrate.

C’est à présent l’État du Tennessee qui cherche à contourner la jurisprudence de la Cour Suprême qui a reconnu le droit égal au mariage pour les couples homosexuels. Actuellement le mariage dans cet État se fait sur autorisation de l’administration, mais le Parti Républicain cherche à donner une valeur légale à une forme de mariage privé, le « mariage de common law ». Le mariage de common law lui, échapperait au principe d’égalité entre les couples homosexuels et hétérosexuels et ne serait pas soumis à une condition d’âge. Cela reviendrait donc à reconnaître le mariage de mineurs de façon beaucoup plus large qu’il ne peut l’être actuellement (l’État du Tennessee peut délivrer des autorisations de mariage à des mineurs d’au moins 17 ans avec l’accord de ses parents si la différence d’âge avec l’autre époux n’est pas trop importante). Les couples homosexuels pourraient toujours se marier, mais uniquement sous le régime du mariage par autorisation administrative. Les défenseurs de la loi introduisant la reconnaissance du mariage de common law mettent en avant qu’elle offre une alternative aux candidats au mariage ou aux pasteurs « objecteurs de conscience » au mariage homosexuel. Une rhétorique homophobe tout à fait assumée dans un contexte où Alliance Defending Freedom, un groupe de pression chrétien, continue à lutter contre l’abrogation des dernières lois criminalisant les relations homosexuelles consenties entre adultes.

Derrière ce dédoublement des formes de mariage l’idée est que si le recours au mariage de common law devient majoritaire, il sera envisageable de supprimer le mariage par autorisation et donc la possibilité pour les couples homosexuels de se marier. Le Parti Républicain a déjà tenté une telle stratégie dans plusieurs États dans les années 90 en créant des formes de mariage plus difficiles à dissoudre pour attaquer le droit au divorce, sans grand succès. Toutefois la tentative de contourner la jurisprudence garantissant le droit au mariage pour les couples homosexuels témoigne du degré d’offensive auquel est passée la droite conservatrice aux États Unis, et la possibilité d’une reconnaissance de mariages de mineurs sans limite d’âge en plus d’être scandaleuse laisse un goût d’autant plus amer que des sénateurs républicains de Floride accusaient continuellement les militants LGBT et leurs alliés de vouloir « détourner des mineurs » en revendiquant de la sensibilisation contre les LGBTI phobies en milieu scolaire, alors que ce sont ici ces mêmes Républicains qui sont prêts à donner une valeur légale à des mariages de mineurs. Encore une fois la protection des enfants est une valeur invoquée de façon hypocrite pour servir une stratégie réactionnaire d’attaques contre les personnes LGBTI.

Le niveau d’offensivité des conservateurs est tel que la députée Lauren Boebert peut par exemple déclarer que personne ne devrait pouvoir faire de coming out avant l’âge de 21 ans, des pressions qui vont jusqu’au suicide.

Face à ces offensives, les personnes LGBTI ne peuvent pas espérer se reposer sur le Parti Démocrate qui se contente de quelques dénonciations pour la forme alors même qu’il est au pouvoir au niveau fédéral ! Le Parti Républicain engager son électorat par une surenchère réactionnaire et le Parti Démocrate cherche à espère conserver les secteurs opprimés de son électorat par stricte intérêt électoral, mais aussi comme une manière de canaliser sur le terrain institutionnel les aspirations à plus de droits. Les personnes LGBTI ne peuvent pas laisser leurs droits et leurs vies dépendre de ces calculs électoralistes de politiciens bourgeois, plus que jamais il est urgent de riposter par des mobilisations et l’auto-organisation de ces secteurs opprimés.



Mots-clés

LGBTphobie   /    LGBT   /    homophobie   /    LGBTQI   /    Etats-Unis   /    Genres et sexualités