^

Politique

« Tout le monde déteste Éric Zemmour »

Metz. 200 manifestants au rassemblement contre la venue de Zemmour et ses idées réactionnaires

Ce vendredi 18 Mars, le candidat ultra-réactionnaire Zemmour était à Metz pour son premier meeting en Lorraine. En réponse à l'appel unitaire d’organisations de gauche et d'extrême gauche syndicales, politiques et associatives, plus de 200 personnes se sont rassemblées contre la tenue de meeting du candidat d’extrême-droite.

vendredi 18 mars

Ce 18 mars, Zemmour venait à Metz pour y faire un premier meeting en Lorraine. En réaction, plusieurs organisations de gauche et d’extrême gauche avaient appelé à se mobiliser. Au premier appel produit par le PS et la gauche institutionnelle, a succédé un second initié par Révolution Permanente et qui a réuni plus de dix « Organisations du mouvement ouvrier, féministes, anti-racistes et syndicales » appelant « à se mobiliser pour envoyer un signal fort : Zemmour et ses idées nauséabondes ne sont pas les bienvenues à Metz ! ».

Ce dernier a été largement suivi puisqu’en l’espace de deux jours, il a rassemblé plus de 200 personnes devant le centre Pompidou Metz. Entonnant les slogans « Tout le monde déteste Eric Zemmour » et « Macron nous fait la guerre et les fachos aussi, mais on reste déter pour bloquer le pays », les manifestants ont tenté de forcer l’important dispositif policier mis en place pour « protéger » le meeting du candidat d’extrême-droite

« Même si la police protège Eric Zemmour et qu’elle nous empêche d’accéder au meeting, on sera là tant qu’il le faudra ! » explique Christian Porta militant à la CGT Neuhauser et à Révolution Permanente. « On a pensé que c’était important de venir expliquer que Eric Zemmour et ses idées n’ont pas leur place à Metz ! » continue-t-il.

Dans une séquence extrême polarisée sur un terrain réactionnaire et marqué par l’omniprésence politique et médiatique des discours sur l’immigration et la sécurité, ce rassemblement a été l’occasion de rassembler des militants syndicaux et politiques dans la lutte contre l’extrême droite et ses idées, dont le quinquennat Macron a fait le lit. Un moyen de rappeler qu’à Metz, comme partout ailleurs, Zemmour et ses idées nauséabondes ne sont pas les bienvenues !



Mots-clés

Metz   /    Eric Zemmour   /    Police   /    Extrême-droite   /    Politique