^

Politique

Mélenchon, Greenpeace, Besancenot... : les soutiens des Grandpuits brisent le silence médiatique sur Twitter !

Les raffineurs de Grandpuits entament leur 4ème semaine de grève contre le géant Total dans un silence médiatique assourdissant. Pour faire entendre leurs revendications contre les suppressions d’emplois et le greenwashing de Total, les grévistes ont lancé une campagne Twitter ce lundi, avec les hashtags #Grandpuits et #SoutienRaffineursTotalGrandpuits, repris près de 6 000 fois en atteignant le top 4 des tendances de la soirée.

lundi 25 janvier

Les salariés de la raffinerie de Grandpuits sont en lutte depuis septembre dernier face à Total, qui annonçait alors son vaste plan de restructuration du site avec deux objectifs clairs : greenwashing et suppressions massives d’emplois. Et alors que 200 d’entre eux en sont désormais à leur 4ème semaine de grève, aucun média traditionnel ne leur a donné la parole. Dans une période de crise économique où les plans sociaux se multiplient, la perspective qu’offrent les grévistes, en tant qu’ouvriers qui se dressent contre un géant pétrolier, effraie la bourgeoisie redoutant toute étincelle qui pourrait réveiller la colère de toutes celles et ceux à qui elle fait payer la crise.

C’est pour cette raison que les grévistes de Grandpuits ont lancé une vaste campagne Twitter hier soir, afin de récolter des soutiens dans leur lutte face à leurs dirigeants, et dénoncer publiquement le projet de greenwashing destructeur de Total. Initiée par Adrien Cornet, délégué CGT des raffineurs, la campagne a été largement suivie et de nombreuses figures politiques de gauche et du mouvement écolo ont pu témoigner leur soutien aux grévistes. Au total plus de 6000 tweets ont été postés ce soir là, faisant monter le hashtag #Grandpuits à la quatrième place des tendances les plus populaires en France.

Les membres de la France Insoumise ont alors réaffirmé leur soutien aux raffineurs, à l’image de Clémentine Autain qui a été l’une des premières à participer, mais Jean-Luc Mélenchon, Bastien Lachaud député de Seine-Saint-Denis, Julie Garnier, député du 77 et Mathilde Panot ont également dénoncé la suppression d’emplois dans le bassin seine-et-marnais, par une multinationale comme Total qui verse des milliards de dividendes à ses actionnaires.

Parmi les représentants politiques, Olivier Besancenot a lui aussi partagé le hashtag.

Tout comme Fabien Gay, sénateur PCF du 93.

De nombreuses organisations du mouvement écolo ont appuyé les grévistes en pointant du doigt le greenwashing de Total.

Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts

Youth For Climate, collectif de jeunesse pour le climat

La jeunesse, non seulement consciente que ce n’est pas en laissant Total détruire ses unités de raffinage en France que l’on protégera l’environnement, a aussi exprimé toute sa solidarité envers les raffineurs qui relèvent la tête face à la vague de licenciements et la perspective d’une période de chômage de masse qui guette en premier lieu les étudiants.

À l’image des collectifs du Poing Levé :

Alberta, militante NPA Jeunes

Mais aussi de jeunes artistes ayant apporté leur soutien matériel pendant la grève :

Les raffineurs de Grandpuits ont même décroché le soutien de leurs homologues brésiliens !

Pour poursuivre le débat, QG a montré sa solidarité et invité Adrien Cornet à une émission consacrée à la lutte en cours contre Total, au côté de l’auteur de « De quoi Total est-il la somme ? ».

Face à une direction qui mise sur le retour d’un confinement pour tuer la grève, cette campagne porte un coup à la campagne de communication de Total qui tentait hypocritement de justifier la casse sociale par des semblants de préoccupations écologiques. Alors que la grève se durcit contre une direction qui persiste à ne rien céder, le soutien massif qu’ont reçu les raffineurs hier soir doit se poursuivre et se renforcer à travers leur caisse de grève et dans la rue, en coordination avec les différents secteurs en première ligne des plans de licenciements à l’image de la manifestation du 23 janvier.




Mots-clés

Raffinerie Grandpuits   /    Raffinerie   /    Total   /    Grève   /    Licenciement(s)   /    Jean-Luc Mélenchon   /    Grèves raffineries    /    Politique