×

Grève reconductible

Marseille, Le Havre, Nantes... Les principaux ports toujours bloqués contre la réforme des retraites

Au deuxième jour de grève, la mobilisation dans les ports et docks est forte ce mercredi 8 mars. Au total pas moins de dix ports sont bloqués en France. Il faut étendre la grève reconductible partout !

Yann Causs

8 mars 2023

Facebook Twitter
Marseille, Le Havre, Nantes... Les principaux ports toujours bloqués contre la réforme des retraites

Au même titre que les cheminots, les raffineurs ou les énergéticiens, les travailleurs des ports et docks ont reconduit le mouvement de grève contre la réforme des retraites. A l’appel de la fédération CGT du secteur, une journée « port noir » est organisé dans tout le pays. Depuis ce matin, les ports de Saint-Nazaire, Bayonne, Lille, Marseille, Brest, La Réunion, Dunkerque, Le Havre, La Rochelle ou encore Rouen, sont bloqués par les dockers. Dans plusieurs ports, la CGT annonce 100 % de grévistes.

C’est le cas par exemple à Marseille où le Grand port maritime – dont la superficie fait l’équivalent de Paris - est à l’arrêt, bloquant en conséquence le transport de marchandises, de voyageurs mais également le dépôt pétrolier de Fos. À ce titre, un gréviste assure à France Bleu Provence que « personne ne sort, ni ne rentre, aujourd’hui, on bloque toute l’activité ».

C’est le cas également au Port Nantes – Saint Nazaire entièrement bloqué par les grévistes, duquel Tony Hautbois, secrétaire général de la fédération CGT Port et Docks, a déclaré à France bleu que la journée « port mort va bien au-delà des agents de manutentionnaires ou des dockers, ce sont toutes les entreprises sur le port qui sont pénalisées ».

Au Havre, là aussi, le taux de grévistes est à 100 % et les grévistes bloquent l’ensemble des terminaux. François Brisot, secrétaire général adjoint de l’union locale CGT du Havre, déclare au Courrier Cauchois, « les manifestations successives ne font pas plier le gouvernement. Nous n’avons pas d’autre choix que de taper au portefeuille en bloquant l’économie ».

De son côté, le port de Bayonne Tarnos est bloqué depuis 8 heures avec l’aide d’énergéticiens et de cheminots. Ces derniers ont également convergé avec les travailleurs de Safran non loin de là, en lutte pour l’augmentation de leur salaire.

A Brest, les dockers sont là depuis 5 h 30 du matin pour bloquer le port de commerce « pour empêcher l’économie de tourner en rond », selon les propos rapportés par Télégram. Yoann Iguer, secrétaire CGT des dockers de Brest, assure à ces derniers que « d’autres opérations sont prévues la semaine prochaine, si rien ne bouge. Et on ira crescendo ».

À Rouen, Yann Mallet, secrétaire générale de la CGT dockers Rouen, déclarait à l’AFP, « environ 300 dockers, portuaires et territoriaux, organisent le blocage de la zone portuaire via 11 points de blocage qui seront tenus jusqu’à 15 h 00. Nous laissons passer les véhicules légers, mais pas les camions ».
Selon France 3 régions, au sud de Lyon, le port Édouard Herriot est bloqué depuis ce matin par un regroupement interprofessionnel de travailleur et syndicaliste des ports et docks, de la chimie, de la santé, l’éducation, mais également des égoutiers.

À la Réunion les dockers bloquent le Port Est.

À Dunkerque, avec un fonctionnement de roulement, c’est l’ensemble du Port Est qui se trouve totalement à l’arrêt. Plus aucun navire ne peut amarrer et le terminal méthanier est bloqué.

À Lille, troisième port fluvial interne de France, le port a été bloqué ce matin pour la deuxième journée consécutive.

Du côté de La Rochelle, c’est, selon Sud-Ouest, une centaine de dockers qui bloquent les accès du Grand Port maritime à la Pallice. Depuis hier, pas moins de trois cargos restent en attente de manutention.

Ainsi, les dockers sont massivement mobilisés à l’appel de la fédération des Ports et des Docks à reconduire la grève ce mercredi 8 mars avec la perspective de durcir le mouvement. L’intersyndicale doit maintenant appeler clairement à une grève reconductible et ne pas laisser isolés les cheminots, les travailleurs de la pétro-chimie, les dockers et les autres secteurs qui sont partis en grève reconductible. Si ces secteurs ont lancé une grève reconductible, c’est parce qu’ils savent par expérience que les simples journées isolées nous conduisent à la défaite. Alors que le gouvernement veut accélérer, il faut aussi pousser le mouvement de grève plus loin et ne pas disperser les forces, il faut élargir la grève reconductible. Pour la construire, l’organisation à la base entre secteurs déjà mobilisés est essentiel, afin d’aller chercher les travailleurs des boîtes qui ne sont pas encore en grève ou n’ont pu le faire que ponctuellement.

Pour toucher les secteurs moins syndiqués, précaires de notre classe, il faut évidemment lier le combat des retraites à celui des salaires. Comme le déclarait Anthony Tétard de la CGT des dockers du Havre, lors d’une assemblée interprofessionnelle le 7 mars, ce combat est aussi celui du pouvoir d’achat, d’ l’inflation, la sécurité sociale et la santé. Le combat qu’on est en train de mener aujourd’hui, il est pour l’avenir de nos enfants ».


Facebook Twitter
Plus de 130 plans de licenciement, 90 000 emplois menacés : « 2024 pourrait atteindre le record de 2008 »

Plus de 130 plans de licenciement, 90 000 emplois menacés : « 2024 pourrait atteindre le record de 2008 »


Licenciement illégal : InVivo à nouveau devant la justice mardi pour son refus de réintégrer Christian Porta

Licenciement illégal : InVivo à nouveau devant la justice mardi pour son refus de réintégrer Christian Porta

Deux syndicalistes licenciées, plusieurs autres intimidés : Soutien aux grévistes de Rougier & Plé !

Deux syndicalistes licenciées, plusieurs autres intimidés : Soutien aux grévistes de Rougier & Plé !

Répression à l'usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Répression à l’usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Toulouse : la menace d'une privatisation sème le chaos dans un centre d'aide sociale à l'enfance

Toulouse : la menace d’une privatisation sème le chaos dans un centre d’aide sociale à l’enfance

« L'impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l'acharnement d'InVivo

« L’impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l’acharnement d’InVivo

Débrayages quotidiens, journées fortes : l'AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Débrayages quotidiens, journées fortes : l’AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Fusion de l'audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

Fusion de l’audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron