^

Politique

Répression

Marche pour Adama : « la gendarmerie a arrêté le bus pour nous empêcher de manifester »

Encore un nouveau scandale. Des bus affrétés en vue de la marche pour Adama ont été arrêtés par les forces de police. Par suite d’une réquisition émise par le parquet de Pontoise, des contrôles d’identité ont été mis en place visant les voies d’accès à la marche pour Adama. Des contrôles visant à la recherche d’auteurs d’« acte de terrorisme », d’« infractions de vol de recel et de stupéfiants ». Après l’intervention de Youssef Brakni et d’Assa Traoré munis d’une caméra, le bus a pu repartir. Témoignage.

samedi 20 juillet

« Dans un bus affrété d’Ivry, en direction de Persan-Beaumont, le bus a été arrêté par 7 à 8 policiers de la gendarmerie », explique un manifestant présent dans le bus. « La police a demandé au conducteur du bus de s’arrêter, ainsi que les papiers du véhicule, la provenance, le nombre de clients ». Un peu plus d’une quarantaine de personne se rendant à la marche pour exiger justice et vérité pour Adama étaient présents dans le bus.

« Tout le monde porte le t-shirt Adama à l’entrée du bus »

« Les policiers étaient armés comme par habitude, matraque, arme de service, gilets par balle » explique le témoin présent à l’intérieur du bus. « Ils ont demandé leur carte d’identité à tout le monde empêchant ainsi le bus de repartir ». Des renforts ont été dépêchés avec la venue de « 8 policiers supplémentaires » continue-t-il. Les policiers ont menacé d’immobiliser le bus pendant 4h si la totalité des personnes présentes dans le bus refusaient d’accepter le contrôle d’identité.

Une opération visant les bus affrétés pour la marche…

C’est par suite d’une réquisition du parquet du tribunal de grande instance de Pontoise que le procureur de la République a émis que ces contrôles d’identités ont été spécifiquement mis en place « ce samedi 20 juillet de 14h à 15h » sur 7 intersections quadrillant ainsi tous les accès à la manifestation pour exiger vérité et justice pour Adama. De Bernes-sur-Oise à Beaumont-Sur-Oise en passant par Nointel, Presles, Champagne-sur-Oise et Persan avec des noms de code de « Romeo 1 » à « Roméo 7 ».

…visant la recherche d’auteurs d’ « actes de terrorisme », « vol » et « trafics de stupéfiants »

L’opération vise à procéder « à une opération de contrôle d’identité et de visite des véhicules circulant, arrêtés ou en stationnement sur la voie publique ou dans les lieux accessibles au public. » Et précisément elle vise à « rechercher les auteurs » d’« actes de terrorisme », « d’infractions en matière d’armes d’explosifs » ou encore « infractions de vol de recel faits de trafics de stupéfiants ».

L’opération est menée par le « commandant des groupements de gendarmerie départementale du Val d’Oise 95, et en présence des militaires du groupement de gendarmerie départementale du Val d’Oise, renforcés par des gendarmes Mobiles des gardes Républicains en sécurisation et des militaires du groupement de gendarmerie départementale de la Seine et Marne (77) et des Yvelines (78) »

L’acharnement judiciaire et policier continue.

Ainsi, c’est encore un déploiement impressionnant de la gendarmerie qui a été mis en place pour quadriller tous les accès à la manifestation ce samedi de 14h à 15. Encore une nouvelle expression de l’acharnement judiciaire et policier qui visent ceux qui exigent vérité et justice pour Adama.

Mais sous pression de la venue de Youssef Brakni et d’Assa Traoré munis d’une caméra que le bus a pu repartir.




Mots-clés

Comité Vérité pour Adama   /    Adama Traoré   /    Politique