^

Politique

Retraites

Macron déterminé sur la retraite à 65 ans, le message est clair : il nous faut un plan de bataille !

Ce mercredi la macronie était réunie autour d’Emmanuel Macron pour s’accorder sur le contenu de la réforme des retraites et la méthode. Conclusion : le gouvernement est bien déterminé à nous faire travailler jusqu’à 65 ans.

jeudi 8 décembre 2022

Crédits photo : AFP

Membres du gouvernement, cadres de LREM et dirigeants de la majorité se sont réunis avec Emmanuel Macron pour affiner le contenu et la stratégie avec laquelle ils entendent mener l’attaque sur les retraites. Comme annoncé la semaine dernière, Elisabeth Borne doit présenter la réforme des retraites le 15 décembre prochain.

Concernant le contenu de la réforme, une chose semble bien avoir été tranchée : Macron est résolu à attaquer l’âge de départ à la retraite en le reportant à 65 ans. Soit trois ans de plus que l’âge légal actuellement en vigueur qui est actuellement à 62 ans. Rien de nouveau depuis les récentes annonces d’Elisabeth Borne, mais la confirmation que le gouvernement est bien résolu à faire trimer les travailleurs plus longtemps pour des salaires toujours aussi faibles et aujourd’hui rognés par l’inflation.

Niveau méthode, la macronie a également donné des précisions. C’est vraisemblablement autour d’un projet de loi de financement de la sécurité sociale rectificatif (PLFSSR) que le gouvernement entend faire passer son projet de réforme des retraites. L’objectif ? Aller vite. Comme le rapporte Les Échos, « le temps de débat pour un PLFSSR est très encadré, ce qui permet d’éviter de voir s’enliser le texte et de donner longtemps du carburant à d’éventuelles manifestations. Et si le gouvernement est in fine contraint de passer par le 49.3 pour sa réforme, il peut le faire sur un texte financier sans perdre sa possibilité de recourir au 49.3 sur un autre texte, non financier, de la session parlementaire ».

Le message est donc plus que clair. Le gouvernement et Macron sont déterminés à faire passer leur projet de réforme des retraites et leur objectif est bien de mener une « guerre éclair » et d’éviter que puisse se consolider un mouvement de grève et des mobilisations massives. Face à cela toute opposition parlementaire apparaît clairement illusoire pour freiner Macron. Reste donc la mobilisation et la grève.

Dans un tel cadre posé par le gouvernement, les directions syndicales de la CGT et de la CFDT ont tout de même rencontré Elisabeth Borne ce jeudi matin. Philippe Martinez et Laurent Berger ont répété leur opposition à tout report de l’âge de départ à la retraite et qu’une date de mobilisation serait annoncée le soir du 15 décembre après la présentation officielle du projet de réforme. Mais face à la détermination du gouvernement de faire passer rapidement un projet de retraite à 65 ans et d’enjamber un potentiel mouvement de grève, les directions syndicales ne peuvent plus continuer à attendre de nouvelles annonces alors que le message du gouvernement ne fait aucune ambiguïté. Il faut annoncer un véritable calendrier de mobilisation, pas d’hypothétiques dates isolées !

Le gouvernement en est conscient : seul un mouvement de grève massif et reconductible, en capacité de bloquer le pays pourra les faire reculer dans leur attaque contre les retraites, comme on en a vu les prémices en 2019. Mais un tel mouvement doit se préparer dès maintenant. Les directions syndicales ne peuvent plus se permettre d’attendre pour commencer à mettre en ordre de bataille le mouvement ouvrier autour d’un véritable plan de mobilisation.



Mots-clés

Macronisme   /    Réforme des retraites   /    mouvement ouvrier   /    Emmanuel Macron   /    Politique