^

Écologie

"Sobriété volontaire"

M’Bappé et Galtier rient tout haut ce que la bourgeoisie pense tout bas

Pendant que Macron nous appelle à la « sobriété volontaire » en baissant nos chauffages cet hiver, ses amis du PSG prennent un fou rire quand on leur propose de se déplacer en train plutôt qu’en jet privé. La blague du char à voile : la provocation de trop de la part des ultra-riches du PSG qui ne font qu'exprimer la conscience profonde d'une bourgeoisie qui rêve de nous rationner pendant qu’elle bat des records de bilan carbone ?

mardi 6 septembre

© AFP - FRANCK FIFE

Quand l’ironie ne passe plus

Dans une conférence de presse ce lundi, Kyllian M’Bappé et Christophe Galtier ont été interpelés par un journaliste concernant la proposition du PDG de la SNCF de faire voyager le PSG en train plutôt qu’en jet privé, suite à la polémique de leur voyage Paris-Nantes en jet.

Le footballeur millionnaire n’a alors pu réprimer son fou rire tandis que son coach, fier par avance de sa blague, a ironisé : « Ce matin, on a discuté avec la société avec laquelle on fait nos déplacements pour savoir si on ne pouvait pas se déplacer en char à voile ». Silence dans la salle. Reprenant son souffle, M’Bappé a ensuite ajouté qu’il n’avait rien à dire sur le sujet, puis s’est levé pour quitter les lieux.

Si la séquence a été visionnée plus de trois millions de fois en cinq heure sur Twitter, c’est qu’elle a choqué largement parmi celles et ceux à qui, pas plus tard que la veille, Macron répétait que nous sommes « en guerre énergétique » et que, par conséquent, « la meilleure énergie est celle qu’on ne consomme pas ».

Et pour cause : comment accepter de limiter notre chauffage pour l’hiver ou de débrancher notre wifi comme le conseille Véran quand des M’Bappé éclatent de rire à l’idée de renoncer à leurs voyages en jets privés ? On peut dire que cette intervention a au moins eu le mérite d’illustrer ce que revêt réellement « l’unité nationale » promue comme solution à la crise moins de 24h après le discours de Macron. La seule unité possible pour faire face à la crise, c’est celle de ceux qui doivent dépenser plus de la moitié de leur budget pour se déplacer, se chauffer et se nourrir pour que des millionnaires puissent continuer de s’épargner 2h de voyage en train parmi la plèbe.

M’Bappé, un ultra-riche qui rie tout haut ce que la bourgeoisie pense tout bas

Ce mardi matin, le scandale ayant éclaté sur les réseaux sociaux n’a pas manqué de faire la une des JT dans les médias bourgeois, histoire de refermer la brèche en condamnant à l’unissions et jusqu’à l’absurde les « mauvais élèves » de la nouvelle règle de sobriété volontaire dictée par le gouvernement. Alors que BFMTV prolongeait l’ironie en invitant le responsable de la Fédération française du char à voile à commenter la séquence sur son plateau, les responsables de la classe politique n’ont pas manqué de dénoncer un par un sur twitter un comportement « irresponsable » voire « lamentable », appelant les deux figures du PSG à se ressaisir.

Il est toujours habile de la part de la bourgeoisie de chercher des boucs émissaires pour tenter d’apparaître raisonnable. Pourtant, le PSG n’est que l’arbre qui cache la forêt de jets privés. À titre d’exemple, les jets des milliardaires Bolloré, Pinault, Decaux et Bouygues ont émis à eux seuls 200 tonnes de CO2 au mois d’août, « un "petit" mois mais ça fait déjà la pollution d’un français moyen pendant 20ans », commente @i_fly_Bernard qui recense leurs déplacements sur twitter. Macron lui-même, entre deux sessions de jet-ski, n’est pas du genre à se refuser un petit voyage en avion – y compris quand il s’agit de parcourir 12 km, comme ce fut le cas au mois d’août selon le compte @flotteprésidentielle qui suit les vols des 7 avions chargés du transport du président tout au long de la journée (spoiler : il y en a beaucoup).

Un petit geste pour économiser de l’énergie : expropriation des patrons-pollueurs

Surtout, l’hypocrisie des réactions d’Élisabeth Borne ou de la ministre ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra face à la séquence du PSG est grande quand on sait que le gouvernement travaille dur à détruire d’une main les transports publics au profit des actionnaires de sociétés privés et, de l’autre, à protéger les patrons-pollueurs.

Alors que le gouvernement Macron est en train d’achever l’ouverture à la concurrence de la SNCF, les flux de transports aériens, maritimes et routiers qui sont les plus polluants vont nécessairement augmenter drastiquement. Pendant que nous devrions bientôt économiser des douches en plus de ne pas nous chauffer « pour faire face à l’inflation » comme les dirigeants politiques allemands cherchent actuellement à le promouvoir, la multinationale du transport maritime CMA-CGM fait encore plus de profits que Total Energie. Ne nous y trompons pas : M’Bappé et son équipe ne font ainsi qu’appliquer l’ordre néolibéral que la Macronie veut nous imposer. Le problème, c’est que ça s’est un peu trop vu sur ce coup.

Pour en finir avec les dépenses d’énergie aussi polluantes qu’inutiles et pouvoir organiser les flux selon un schéma rationnel qui permettrait à chacun de pouvoir se déplacer, mais aussi de se se chauffer et se nourrir selon ses besoins, il ne suffira pas de convaincre tous les M’Bappé et Bolloré du monde de voyager en OuiGo - quand bien même ce serait possible. Il est nécessaire de rompre avec toute forme « d’unité nationale » et de se doter d’un plan de bataille à la hauteur de la situation, en s’attaquant aux vrais coupables : les patrons-pollueurs.



Mots-clés

Inflation   /    Prix de l’énergie   /    Transport   /    Écologie   /    Politique