^

Notre classe

18 octobre

Les raffineurs montrent la voie : construisons un mouvement d’ensemble pour les salaires !

Ce 18 octobre, nous serons en grève et dans la rue pour construire un mouvement d'ensemble pour les salaires. Les raffineurs ont ouvert une brèche, il faut s'y engouffrer : 400€ d’augmentation pour tous ! Indexation des salaires sur l'inflation !

lundi 17 octobre 2022

Tract diffusé lors de la manifestation du 18 octobre

Ces dernières semaines, la grève des raffineurs de Total et ExxonMobil a changé la situation dans le pays. Face à l’inflation et aux milliards de profits des géants pétroliers, cette mobilisation a remis au centre du débat la question des salaires et la méthode de la grève reconductible. De quoi soulever la nécessité d’une mobilisation d’ensemble pour les salaires face à la crise.

Le gouvernement en a bien conscience, et a cherché à contenir par tous les moyens cette dynamique. L’enjeu est de taille pour Macron qui veut pouvoir s’attaquer tranquillement aux chômeurs, au RSA et à nos retraites. Après avoir tenté d’invisibiliser la grève en important du carburant pour casser le mouvement, en isolant les grévistes du reste de la population en les traitant de « preneurs d’otage » ou de « privilégiés », il a voulu briser la grève par les réquisitions.

Une offensive autoritaire qui a eu l’effet contraire : inspirés par la force de frappe et les revendications des raffineurs, les travailleurs de la SNCF et des centrales nucléaires se sont mis en grève pour les salaires. Une extension du mouvement et une solidarité de classe qu’il faut renforcer. Dans ce contexte, la journée du 18 octobre appelée par les directions syndicales sous la pression de la base doit être un point d’appui pour lier les secteurs en grève et préparer la reconductible.

Alors que des grèves pour les salaires éclatent depuis bientôt deux ans dans de nombreuses entreprises, celles-ci sont jusqu’ici restées isolées. Aujourd’hui, il est plus que jamais possible de construire un mouvement d’ensemble pour les salaires. Les raffineurs l’ont montré, pour cela il faut un plan de bataille. Or, ni les journées de grève de 24 heures des directions syndicales ni la lutte parlementaire de la NUPES ne permettront de construire un véritable rapport de forces contre le patronat et Macron : il faut coordonner les différents secteurs et construire une grève reconductible.

Pour cela, il nous faut aussi un programme qui unifie nos revendications sur les salaires autour duquel frapper ensemble. Un programme offensif face à la crise, alors que les maigres hausses de salaires proposées par le patronat dans certaines entreprises ne suffisent même pas à rattraper l’inflation :

Augmentations immédiates des salaires, des pensions et des minimas sociaux d’au moins 400€ nets

Indexation des salaires et pensions sur l’inflation

Par ailleurs, alors que la crise énergétique va s’approfondir dans les mois à venir pendant que les multinationales comme Total se gavent, avec Révolution permanente nous revendiquons l’expropriation des grands groupes de l’énergie, sous contrôle des travailleurs !

Pour discuter de toutes ces questions et des bilans des dernières grèves, nous vous invitons à l’Assemblée que nous organisons jeudi à 19h30 à l’AGECA. Animée par Anasse Kazib, Adrien Cornet et des militant·e·s de Révolution Permanente, elle aura pour objectif de discuter des suites à donner à la journée du 18 octobre mais aussi de dresser les tâches des révolutionnaires dans une séquence de reprise de la lutte des classes.



Mots-clés

Salaires   /    Inflation   /    Crise économique   /    mouvement ouvrier   /    Notre classe