×

Grève des éboueurs

Les éboueurs du SIVOM en grève reconductible : « impossible de faire ce métier jusqu’à 64 ans ! »

Depuis jeudi, les éboueurs du SIVOM de la Vallée d'Yerres et des Sénart (91) sont en grève reconductible contre la réforme des retraites, mais aussi pour les salaires et les conditions de travail. Alors que trois déchetteries du secteur seront fermées lundi, ils appellent à venir les soutenir sur leur piquet de grève dès 7h à la déchetterie de Varennes-Jarcy.

Mahdi Adi


et James Draoust

1er avril 2023

Facebook Twitter
Les éboueurs du SIVOM en grève reconductible : « impossible de faire ce métier jusqu'à 64 ans ! »

Crédits photo : Révolution Permanente

Les salariés ont voté pour reconduire la grève depuis jeudi 30 mars.

Depuis jeudi, les salariés du SIVOM en charge de la collecte des déchets et de la propreté urbaine du secteur de la Vallée d’Yerres et de Sénart en Essonne (91) sont en grève reconductible contre la réforme des retraites, mais aussi pour des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail.

Sur le piquet du site de Varennes-Jarcy, Mezad Hadj, représentant du personnel (FO) et membre du CSE, explique en effet : « En tant que ripeur [les travailleurs à l’arrière du camion qui remplissent les bennes, ndlr], on est payé 1.270 euros par mois, donc on peine à survivre. Avec l’inflation, certains de mes collègues ne peuvent plus payer l’essence pour aller travailler, acheter de la viande, etc. » Par conséquent, les grévistes revendiquent 9% d’augmentation de salaire pour tou.te.s.

L’impact de la grève témoigne de l’ampleur du mouvement : trois déchetteries liées au SIVOM seront à l’arrêt ce lundi, celles de Moissy-Cramayel, Combs-la-Ville et Brie-Comte-Robert. Alors que les salariés du SIVOM sont divisés entre les agents territoriaux au statut de fonctionnaire et les salariés contractuels de droit privé, ce sont majoritairement ces derniers qui sont actuellement en grève.

Mezad Hadj, dont le syndicat est majoritaire parmi les travailleurs contractuels de l’entreprise, explique que la colère des salariés a été exacerbée par le mépris de la direction. En effet, face aux revendications salariales en germe depuis plus de trois mois, cette dernière aurait simplement répondu à leur sujet que « malheureusement, dans ce pays on appelle ça des ouvriers pauvres ».

Par ailleurs le représentant du personnel raconte également que la charge de travail a considérablement augmenté : « Aujourd’hui, on gère la collecte de déchets de 15 communes sans qu’on puisse discuter du rythme de travail ». Avant de faire le lien avec la lutte contre la réforme des retraites : « Dans un métier très éprouvant, travailler jusqu’à 64 ans dans ces conditions est impossible : les retraites font aussi partie de nos revendications ».

Très présents dans la manifestation organisée ce vendredi par l’intersyndicale du Sud 77, les grévistes en ont profité pour faire connaître leur grève et inviter les manifestants à participer à leur caisse de grève. A rebours de la stratégie perdante de l’intersyndicale qui refusent d’appeler à la grève reconductible et va négocier avec Élisabeth Borne, ce mouvement offensif montre donc que les plus précaires peuvent relever la tête à condition de s’organiser à la base en préparant les caisses de grève pour tenir, et en liant luttes pour les retraites et les salaires, avec des revendications qui donnent envie de se battre.

Lundi 3 avril, ils appellent à venir les soutenir dès 7h00 sur leur piquet de grève devant la déchetterie de Varennes-Jarcy (route du Tremblay 91480 Varennes-Jarcy).
Soyons nombreu.ses.x à les soutenir !


Facebook Twitter
Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

Toulouse. Marche blanche en mémoire d'Adrien, employé de l'ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Toulouse. Marche blanche en mémoire d’Adrien, employé de l’ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale