×

Pour l'honneur des travailleurs

Les cheminots reconduisent la grève partout en France : « il faut élargir les revendications ! »

Ce mardi, les cheminots ont reconduit la grève partout en France, à l'instar des raffineurs et des énergéticiens. Pour faire reculer Macron, il faudra être en mesure de durer et surtout d'entraîner d'autres secteurs dans la reconductible, en s'organisant à la base et en élargissant les revendications du mouvement.

Mahdi Adi

8 mars 2023

Facebook Twitter
Les cheminots reconduisent la grève partout en France : « il faut élargir les revendications ! »

Assemblée Générale des cheminots à Toulouse votant la reconductible ce mardi. Crédit photo : Révolution Permanente

Pour la première fois depuis le début du mouvement contre la réforme des retraites, les cheminots – comme les raffineurs ou les énergéticiens – ont reconduit la grève partout dans le pays. Si les syndicats ont annoncé 39% de grévistes ce mardi sur l’ensemble de l’entreprise selon le site Rapports de Force – un chiffre en baisse par rapport au 19 janvier où il s’élevait à 46,3% – les taux restent importants dans de nombreux corps de métiers, tels que les conducteurs (76%) ou les contrôleurs (55%).

A Toulouse, ils étaient plus de 150 à se réunir en Assemblée Générale et à voter la reconduction à l’unanimité. Suite à l’assemblée générale, les cheminots toulousains ont mené une action devant les locaux de la direction pour dénoncer les attaques contre le droit de grève. Avant de participer le soir à une AG interpro locale devant les locaux syndicaux de la SNCF.

Du côté de Bordeaux, plus de 150 cheminots en grève toutes étiquettes syndicales confondues se sont aussi réunis pour décider de la reconductible, tandis qu’à Périgueux ils étaient 80 sur 82 présents à voter pour reconduire le mouvement.

« On a des gros taux de grévistes, mais il y a peu de monde dans les AG, donc ça nous rend dépendant des dates fixées par les organisations syndicales », témoigne de son côté Denis, militant lyonnais CGT Cheminots, à l’occasion d’une AG interpro organisée sur le parvis de la gare de Lyon Part-Dieu. Il explique notamment que les initiatives prises pour « s’adresser vers l’extérieur », en organisant par exemple des tournées dans le centre commercial voisin, ont permis de motiver les collègues et de tisser des liens avec de nouveaux secteurs.

Même problématique en Île-de-France,où plusieurs Assemblées Générales ont également voté la reconductible. A l’image de l’AG inter-services de Paris Nord, où 90 grévistes étaient présents. Un chiffre relativement faible malgré des taux de grévistes importants, qui montre qu’il est nécessaire d’aller chercher les collègues pour organiser le mouvement à la base, et surtout entraîner d’autres secteurs dans la reconductible pour ne pas laisser le gouvernement isoler les grévistes.

« Il faut élargir les revendications pour ramener tout le monde dans la bataille », défend ainsi Anasse Kazib, militant SUD-Rail et agent de circulation au Bourget. En effet, dans ce triage de banlieue parisienne, les salariés mènent une lutte locale pour les salaires depuis plusieurs mois, et ont donc voté pour lier les deux revendications : salaires et retraites, même combat. Avant de reconduire eux-aussi la grève jusqu’à vendredi, en décidant de faire une journée noire ce jour-là, coordonnée avec les aiguilleurs du Poste à Commande à Distance (PCD) de Saint-Denis.

Pour inscrire la grève reconductible dans la durée et entraîner d’autres secteurs, à rebours de la stratégie des journées de grèves « saute-mouton » adoptée par l’intersyndicale, les cheminots doivent s’organiser à la base et élargir les revendications du mouvement. A l’instar du Réseau pour la grève générale, composé de syndicalistes, militants associatifs, politiques et intellectuels, qui cherche à coordonner les différents secteurs et vient de publier une pétition à signer largement pour interpeler l’intersyndicale sur la nécessité de lier urgemment lutte contre la réforme des retraites et lutte pour les salaires.


Facebook Twitter
Scandale : l'inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

Scandale : l’inspection du travail refuse le licenciement de Christian Porta, InVivo tente de passer en force

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

SNCF : 300 personnes en soutien à Régis, menacé de licenciement pour avoir dénoncé des VSS

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d'un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Roissy : face à la pression patronale, les salariés d’un sous-traitant de Sixt en grève reconductible

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Éducation : la grève du 22 avril ne peut rester isolée, il faut un plan pour élargir la lutte !

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l'austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

Pour un 1er mai contre leurs guerres et l’austérité : rejoins les cortèges de Révolution Permanente !

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis