×

Retraites

Le Havre, Niort, Nîmes, Limoges, Châlons, Poitiers : les blocages de zones industrielles se multiplient

Aux quatre coins de la France les blocages dans les zones industrielles et commerciales se multiplient. Au Havre, en Martinique, à Limoges ou encore à Châlons, de nombreuses grandes entreprises voient leur accès bloqué par les grévistes.

Maïa Maros

9 mars 2023

Facebook Twitter
Le Havre, Niort, Nîmes, Limoges, Châlons, Poitiers : les blocages de zones industrielles se multiplient

Crédits photo : Révolution Permanente

Depuis le départ en grève reconductible en début de semaine de nombreux secteurs les actions de blocages s’intensifient. Les travailleurs de différentes entreprises s’organisent pour mener ces actions pour freiner la production et la circulation. Si jusqu’au 7 mars, la lutte contre la réforme s’était concentrée dans des journées de manifestations éloignées, elle se couple désormais à une lutte par la grève et le blocage sur les lieux de production.

C’est le cas au Havre où 200 salariés bloquent depuis mardi les accès à la zone industrielle. Dans l’une des plus vastes zones industrialo-portuaires d’Europe, la production des entreprises est fortement ralentie suite au blocage. Des entreprises comme Lubrizol, Chevron, Renault Sandouville, Safran Nacelles ou encore la raffinerie de Normandie sont perturbées suite aux blocages.

En Martinique aussi, la zone industrielle de la Lézarde au Lamentin est bloquée par les grévistes. Pour le troisième jour, les travailleurs ont mis en place le blocage à 5h00. Sur La 1ère, un syndicaliste affirme : « La stratégie reste la même, c’est le blocage économique de tous ceux qui font du profit sur la tête des malheureux et qui font que Macron continue ses saloperies par le biais du Medef  ».

Aux alentours de Nîmes, sur la Zone Industrielle de Grézan, un barrage filtrant est organisé par une union interprofessionnelle venue tracter contre la réforme des retraites. Sur le rond-point de la zone, une centaine de grévistes ont largement ralenti la zone.

Du côté de Niort dans les Deux-Sèvres, alors que 15 000 manifestants étaient réunis mardi dans la petite ville, une centaine de grévistes bloquent la zone industrielle aujourd’hui. Le secrétaire général de la CGT 79, David Bodin, affirme sur France Bleu : « Nous resterons mobilisés jusqu’au retrait du texte. On est déterminé à discuter avec le gouvernement pour faire bouger les choses et qu’il retire ce teste. On a le sentiment qu’il se fout un peu de nous ».

Au sud de Limoges, les travailleurs ont mis en place un barrage filtrant en interprofessionnel avec les énergéticiens et les travailleurs de Legrand dans la zone industrielle. L’entreprise cotée au CAC40 compte encore 2500 travailleurs dans le Limousin, dans de nombreuses usines autour de Limoges.

A Chasseneuil-du-Poitou, près de Poitiers, l’intersyndicale de la Vienne a organisé un barrage dans la zone commerciale. « Cette action coup de poing contre la réforme des retraites vise à avoir un impact sur l’économie et les entreprises de la zone comme Itron, Schneider Electric ou Forsee Power mais aussi sur les enseignes dont beaucoup appartiennent à de grands groupes  » déclare un Yohan Goujon de l’énergie à la Nouvelle République.

Réunis depuis 5h30 ce matin l’union locale CGT de Châlons a mis en place un barrage filtrant qui laisse passer les usagers mais bloque la livraison des marchandises en arrêtant les camions. « On cible le capital, c’est ce qui va pousser l’Etat à retirer cette réforme » déclare un syndicaliste CGT au micro de Châlons Agglo TV.

Partout en France ces initiatives réunissant différents secteurs autour de blocages pose la perspective d’une grève dure qui bloque l’économie. Ces actions commencent aussi à rompre avec l’isolement que subissent les cheminots, les travailleurs de la pétrochimie, les dockers, l’énergie dans leur grève reconductible. Partout en France, avec les actions des électriciens et gaziers qui ont coupé l’électricité dans de nombreuses industries et lieux symboliques, ces blocages montrent la volonté d’un nombre très importants de grévistes de dépasser le calendrier et la méthode de lutte proposée par l’intersyndicale, qui continue de proposer des journées saute-mouton.


Facebook Twitter
Plus de 130 plans de licenciement, 90 000 emplois menacés : « 2024 pourrait atteindre le record de 2008 »

Plus de 130 plans de licenciement, 90 000 emplois menacés : « 2024 pourrait atteindre le record de 2008 »


Licenciement illégal : InVivo à nouveau devant la justice mardi pour son refus de réintégrer Christian Porta

Licenciement illégal : InVivo à nouveau devant la justice mardi pour son refus de réintégrer Christian Porta

Deux syndicalistes licenciées, plusieurs autres intimidés : Soutien aux grévistes de Rougier & Plé !

Deux syndicalistes licenciées, plusieurs autres intimidés : Soutien aux grévistes de Rougier & Plé !

Répression à l'usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Répression à l’usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Toulouse : la menace d'une privatisation sème le chaos dans un centre d'aide sociale à l'enfance

Toulouse : la menace d’une privatisation sème le chaos dans un centre d’aide sociale à l’enfance

« L'impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l'acharnement d'InVivo

« L’impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l’acharnement d’InVivo

Débrayages quotidiens, journées fortes : l'AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Débrayages quotidiens, journées fortes : l’AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Fusion de l'audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

Fusion de l’audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron