^

Politique

Islamophobie

Islamophobie : la mosquée de Bondy vandalisée, Darmanin est responsable

La mosquée de Bondy a été vandalisée par un individu motorisé qui a jeté des trophées de sport sur les vitres du lieu de culte. Une attaque qui s’ajoute à des dizaines d’autres et qui témoigne de l’intensification du climat réactionnaire et islamophobe.

vendredi 30 juillet

Crédits photo : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Ce mercredi 28 juillet, la mosquée de Bondy en Seine-Saint-Denis a été dégradée par un individu qui a lancé des trophées de sport sur le bâtiment. Trois vitres ont été brisées et une verrière a été endommagée. Cette mosquée, inaugurée en 2005, est d’après le site de l’office du département « la première véritable mosquée construite en Seine-Saint-Denis ». Le parquet de Bobigny indique avoir ouvert une enquête pour ces dégradations, qui a été confiée au commissariat de Bondy.

Le gouvernement orchestre l’offensive réactionnaire

Darmanin n’a pas tardé à réagir, condamnant les actes sur Twitter et envoyant son soutien à la communauté musulmane. Mais son soutien n’est qu’une énième hypocrisie de la part du gouvernement qui multiplie à une vitesse exponentielle les attaques contre les musulman-e-s. Rappelons qu’il y a moins d’une semaine, le ministre de l’Intérieur suspendait de leurs fonctions les imams Mehdi de la mosquée de Gennevilliers et Ahmed de la mosquée de Saint-Chamond, au nom du combat contre « ceux qui bafouent les règles et les valeurs de la République ». Une offensive qui a été saluée par le RN. C’est également Darmanin et sa clique qui étaient à l’origine de la dissolution du CCIF le 2 décembre 2020 seulement quelques semaines après la dissolution de Baraka City. Cette offensive se basait sur une rhétorique truffée de mensonges et dénonçant la soi-disant « propagande islamiste » de l’association. Cela, pour annoncer quelques mois plus tard le contrôle de 89 mosquées soupçonnées de « séparatisme ». Comme nous l’écrivions déjà en décembre, à l’annonce du contrôle de 76 mosquées : « Lorsqu’elles ne sont pas avisées de fermeture, les autres mosquées signalées par le ministère pourraient se voir subir des “contrôles administratifs réguliers”, en d’autres termes être perquisitionnées et surveillées. Des motifs flous et qui laissent toute latitude aux préfets pour effectuer ce type de contrôle pour tout et n’importe quoi. Des pratiques toujours plus arbitraires et discriminatoires ».

Combattre l’islamophobie c’est combattre les politiques racistes du gouvernement

En réponse à cette attaque à la mosquée de Bondy, le maire Stephen Hervé (LR) a demandé à la police municipale de faire plus de rondes autour de la mosquée. Une mesure qui va avoir comme seul résultat effectif celui d’augmenter la répression policière qui vise principalement les personnes racisées des quartiers de banlieue. Toutes les attaques de ce gouvernement qui n’a que la matraque à nous proposer sont responsables des actes de vandalisme islamophobes. Dans un climat où la loi séparatisme vient d’être adoptée définitivement ce 26 juillet et où le discours islamophobe s’institutionnalise de plus en plus rapidement, un véritable boulevard pour l’impunité des actes racistes et haineux a été ouvert.

Nous n’avons rien à attendre d’un gouvernement qui effectue un virage à droite de plus en plus inquiétant et qui mène une offensive sécuritaire au racisme de plus en plus décomplexé. À l’image des manifestations contre l’islamophobie qui avaient été organisées aux mois de novembre et décembre 2020 et de la campagne Twitter #HandsOffMyHijab qui a été lancée en avril depuis les États-Unis en solidarité aux femmes voilées en France, nous devons faire face à cette vague d’actes islamophobes. Il y a urgence à rompre avec la passivité qui a caractérisé la gauche politique et syndicale ces derniers mois et qui fait le lit de l’intensification de ces attaques. L’offensive islamophobe est non seulement une attaque raciste mais une attaque contre les droits démocratiques, elle doit susciter une réponse d’ampleur de l’ensemble de la gauche politique et syndicale, dans laquelle le mouvement ouvrier devrait jouer un rôle central en mettant sa force au service du combat des organisations anti-racistes.




Mots-clés

Loi sécurité globale   /    Racisme d’État   /    Gérald Darmanin   /    Islamophobie   /    Racisme   /    Politique