^

Monde

colombie

La Colombie et le fil rouge de la révolte en Amérique latine

Dans cet article, Claudia Cinatti revient sur la situation explosive en Colombie, où des manifestations contre la réforme fiscale ont fragilisé le gouvernement en place. Elle remet en perspective une situation qui, bien que présentant des particularité, s'inscrit dans un contexte latino-américain de retour de la lutte des classes que les gouvernements de gauche réformistes arrivent de moins en moins à canaliser.

lundi 10 mai

Contextualisation

« Si un peuple sort pour protester en pleine pandémie, c’est parce que le gouvernement est plus dangereux que le virus ». Cette phrase a été rendue virale par une vidéo du célèbre rappeur portoricain Residente, dans laquelle il exprimait sa solidarité envers le peuple colombien. Mais avant cela, elle avait été lue et vue sur des milliers de banderoles dans les rues de Bogota, Cali, Medellín et des dizaines d’autres villes colombiennes au premier jour de la grève nationale contre la réforme fiscale régressive du président Iván Duque, le 28 avril. Depuis lors, la Colombie est en état de rébellion.

La situation politique nationale et son déchainement actuel a pour origine la crise pandémique, la catastrophe sociale et la crise politique du gouvernement que traverse le président Duque et de son parti d’(extrême) droite le Centro Democrático. Il s’agit du troisième et plus important soulèvement populaire auquel Duque a été confronté depuis son arrivée au pouvoir en 2018, contre l’agenda néolibéral et la répression d’un État policier.

Avec la loi dite de "solidarité durable", Duque a cherché à faire payer aux travailleurs, aux secteurs populaires, aux retraités et aux classes moyennes la facture de la crise économique aggravée par la pandémie. La réforme comprenait la suppression des exemptions et l’augmentation de la TVA sur les produits de première nécessité, l’abaissement du seuil de revenu soumis à impôts à un peu plus de 600 dollars (un peu plus de deux salaires minimums) et une taxe sur les pensions. Ceci alors que les principaux bénéficiaires de l’aide de l’État en 2020 face à la récession causée par la pandémie et les confinements ont été les grands capitalistes comme Avianca (ayant reçu un renflouement de 370 millions de dollars) et le système financier. L’objectif principal du gouvernement était de réduire le déficit, qui s’est élevé à 8 % du PIB l’année dernière, et ainsi de maintenir l’équilibre financier et de se montrer fiable pour le FMI et le capital financier international.

Duque a tenté de faire passer sa (contre)réforme pour un acte altruiste, qui aurait pour objectif d’augmenter les recettes et pouvoir ainsi prolonger de quelques mois les dépenses de l’État en matière de programmes sociaux. Il n’a bien évidemment pas réussi, car quiconque sait additionner deux plus deux comprendra qu’entre 75 et 83% des recettes fiscales seraient apportées par les secteurs populaires, ce qui laisserait intacts les bénéfices des grands capitalistes. Pour ne rien arranger, Duque a choisi le moment le moins opportun pour annoncer une telle attaque : en plein milieu de la troisième vague du Covid 19 et le jour où l’Office national des statistiques signalait que 42% des colombiens se trouvaient en situation de pauvreté, 15% en situation d’extrême pauvreté et que 17% étaient au chômage (sur les 50 millions d’habitants, 21 millions sont pauvres, 7 millions ne mangent qu’une ou deux fois par jour et 4 millions sont au chômage).

Cela explique pourquoi Álvaro Uribe, mentor d’Iván Duque et capitaine de la droite la plus rancunière et de tradition paramilitaire regroupée au sein du Centre démocratique, a pris ses distances avec la réforme fiscale et avec Duque lui-même. Uribe avait vu que cette mesure profondément impopulaire ruinerait au moins les perspectives électorales de son parti pour les élections présidentielles de 2022, qui, pour l’instant, semble largement en faveur de Gustavo Petro, le sénateur du parti de centre-gauche Colombia Humana, ancien membre du mouvement de guérilla M-19, qui se présente pour une large alliance connue sous le nom de « Pacte historique ».

Cette situation aiguë de lutte des classes montre que la terreur infligée par l’État et les classes dirigeantes, pendant les décennies de guerre sale contre les FARC pour maintenir l’ordre manu militari, est épuisée. En revanche, la conception guerrière de la protestation sociale est toujours en vigueur, comme l’exprime clairement Álvaro Uribe lorsque, depuis son compte Twitter, il agite l’intervention des Forces armées et parle de résister à la « révolution moléculaire dissipée » . Il s’agit un concept pseudo-ésotérique utilisé par divers fascistes pour tenter de réduire la mobilisation populaire à l’œuvre de quelques infiltrés et justifier ainsi la violence d’État. Seulement depuis la signature des accords de paix avec les FARC en 2016, environ 1100 dirigeants syndicaux, paysans et ouvriers ont été assassinés.

La situation en Colombie est un casse-tête pour l’impérialisme américain, qui a joué un rôle central dans le développement de la guerre sale de l’État colombien par le biais du "Plan Colombie". Ce programme de collaboration militaire sous prétexte de lutter contre le « narcoterrorisme » impliquait un degré d’ingérence sans précédent des États-Unis dans la région. Sous la présidence de Joe Biden (fervent défenseur du « Plan Colombie » ), Iván Duque et l’extrême droite colombienne, qui a milité dans le camp de Donald Trump, continue d’être un allié fondamental dans la politique d’hostilité des États-Unis envers Cuba et le Venezuela.

Le soulèvement et ses perspectives

Bien que Duque ait retiré la réforme le 2 mai et que son auteur, le ministre néolibéral des finances Alberto Carrasquilla, ait démissionné le lendemain - il s’agissait là de deux des principales revendications de l’opposition politique au gouvernement de Duque - les mobilisations, les grèves nationales et les affrontements avec la police et ses escadrons de la mort Esmad (escadron mobile anti-émeute) se sont poursuivis.

Au moment de la rédaction de cet article, en 10 jours de mobilisations et de grèves, il y a déjà eu plus de 30 morts, des centaines de blessés et de disparus. Comme tout processus de lutte des classes qui prend une dimension historique, ce soulèvement du peuple colombien a ses symboles. C’est l’ensemble des personnes assassinées. Il a même sa capitale : Cali, la troisième plus grande ville du pays, a été déclarée « capitale de la résistance ». Cali reste l’épicentre des affrontements les plus radicalisés menés par une jeunesse précaire, sans emploi et informelle. Elle est aussi l’épicentre de l’action des paramilitaires et des tueurs à gages.

Avant d’ouvrir des hypothèses sur les dynamiques possibles que les événements pourraient prendre, nous allons essayer de synthétiser quelques définitions.

A propos du soulèvement. La profondeur du processus est visible dans les analogies que les intellectuels et les analystes commencent à établir avec les grandes rébellions nationales comme le Bogotazo ou la grève civique de 1977. Il s’agit du troisième acte d’un cycle ascendant de la lutte des classes qui a commencé avec la grève nationale du 21 novembre 2019, dans le cadre de la vague de soulèvements et de protestations en Amérique du Sud, qui a connu ses points culminants dans les mouvements au Chili et en Équateur.

Sous le slogan « Arrêter pour avancer », le 21N avait pour moteurs centraux le profond mécontentement face aux mesures d’austérité, la violence étatique et paramilitaire contre les leaders syndicaux, sociaux et paysans, et le boycott permanent par le gouvernement Duque (et Uribe) des accords de paix signés avec les FARC en 2016 par le précédent président Juan Manuel Santos (et revus « à la baisse » après que le « Non » l’ait étonnamment emporté au référendum censé les ratifier). Ce mouvement a vu émerger de nouvelles formes de lutte et d’organisation telles que les assemblées de quartier.

Après un moment d’arrêt dû au début de la pandémie et aux confinements, le deuxième acte de ce processus a eu lieu en septembre 2020. Le déclencheur de ces violentes journées de mobilisation a été le meurtre brutal de Javier Ordoñez par la police nationale, enregistré et diffusé par vidéo.

Nous vivons aujourd’hui un troisième moment de condensation nationale de la colère ouvrière et populaire, catalysée par la réforme fiscale et l’énorme impopularité du gouvernement Duque. Au cours de ce cycle, non seulement les protestations mais aussi la répression de l’État se sont intensifiées : en 2019, on dressait un bilan de quatre morts de la répression, en septembre 2020 il y avait 13 manifestants tués à Bogota. Aujourd’hui, il y en a déjà plus de 30.

Sur les forces motrices et leurs directions. Comme en 2019, le soulèvement populaire actuel est mené par une alliance de fait entre les salariés syndiqués, les jeunes précaires des quartiers populaires, les étudiants, les classes moyennes urbaines progressistes, la « minga » indigène, les paysans et les secteurs populaires en général. La direction bureaucratique des confédérations syndicales, la CUT et la CGT, qui composent le « Comité national de grève », a eu pour politique d’appeler à des grèves d’un jour, ce qui coupe l’herbe sous le pied pour l’organisation et la préparation d’une grève générale qui unirait tous les secteurs en lutte derrière l’objectif de renverser le gouvernement Duque. Ce manque d’unité d’objectif expose au risque que la force de la mobilisation s’épuise dans des actions dispersées et des confrontations partielles.

Cependant, comme le souligne le politologue Álvaro Jiménez Millán - ancien porte-parole du M19 lors des négociations de paix avec le gouvernement Betancourt - les bureaucraties syndicales ne dirigent pas le mouvement de bout en bout, il existe une part importante de spontanéité, que l’on retrouve dans les actions d’avant-garde plus radicalisées qui ne tiennent pas compte de l’appel à la conciliation et à la réponse pacifique à la violence de l’État. Cette tension entre les directions bureaucratiques du Comité national de grève et un sujet jeune plus dispersé mais en même temps plus radical s’était déjà manifestée dans les mobilisations de 2019. Ce qui pourrait se reproduire dans une situation de catastrophe sociale et de crise politique exacerbée par la pandémie et ses conséquences.

Bref, si la perspective de la chute du gouvernement ne s’est pas encore clairement ouverte, c’est plus que tout à cause de l’action des directions syndicales et politiques.

Sur la dialectique répression/dialogue. Le gouvernement Duque, qui pendant plusieurs jours ne tenait plus qu’à un fil sans soutien politique clair, pas même de son propre parti, a adopté une double stratégie pour désarticuler le mouvement : répression plus dialogue. Cette formule classique des classes dirigeantes et de leurs États pour démanteler les processus révolutionnaires est la même tactique que Duque a utilisée pour désarticuler la protestation en 2019 : il a installé une « table de dialogue » promue par l’église et les hommes d’affaires avec une stratégie de dispersion des revendications. Dans un sens, c’était aussi la tactique de Lenin Moreno en octobre 2019 en Équateur lorsqu’il a invité la direction de la Conaie à la table du dialogue et qu’entre eux, ils ont fait sortir les masses de la rue. Elle consiste essentiellement à stigmatiser les secteurs les plus radicaux de l’avant-garde, accusés d’être des « vandales », des « pilleurs » et, en particulier en Colombie, des « terroristes », afin de les isoler et de légitimer leur répression, tout en créant un climat propice à la « protestation pacifique ». C’est une autre façon de séparer l’avant-garde et les masses.

Sur l’opposition de centre-gauche à Duque. La Coalition de l’espoir et le Pacte historique de Gustavo Petro ont œuvré au succès de la politique de dialogue. Cette politique a été explicitement formulée par Petro lors d’une réunion avec le Comité de grève ; en leur disant qu’ils auraient dû "crier victoire" après le retrait de la réforme par Duque, et prenant acte de la distance entre les directions syndicales et les jeunes précaires et des quartiers qui continuent à se battre et ne veulent pas rentrer chez eux, en leur conseillant de définir un ou deux objectifs immédiats et de s’asseoir pour dialoguer avec le gouvernement. Ils rendent ainsi un service inestimable à la classe dirigeante, agissant pour sauver le gouvernement Duque, qui est affaibli, pour éviter sa chute révolutionnaire et pour consolider la déviation du processus vers les élections de l’année prochaine. Le processus a toujours une fin annoncée.

Le panorama en Amérique latine

Le soulèvement populaire en Colombie s’inscrit dans une dynamique latino-américaine qui devient explosive. Les moteurs de ce cycle de lutte des classes en Amérique latine sont profonds et précèdent de loin la pandémie. Ils remontent en fait au début des années 2000 et ont abouti aux journées révolutionnaires en Argentine en 2001, ou aux guerres de l’eau et du gaz en Bolivie. Après l’épuisement du premier cycle des « gouvernements post-néolibéraux » avec la fin du boom des matières premières, le retour de certaines de ces variantes après des expériences ratées de la droite, comme le gouvernement d’Alberto Fernández en Argentine ou celui de Luis Arce en Bolivie après la défaite des putschistes, dans des conditions de crise pandémique et économique et d’engagements envers le FMI, ne réussit pas à recréer des illusions dans le mouvement de masse.

L’économie de la région, qui sort déjà de médiocres années de récession et de faible croissance, s’est contractée de 7 % en 2020, soit plus du double de la moyenne mondiale. Selon un rapport de l’OIT, au moins 158 millions de personnes travaillent de manière informelle en Amérique latine et dans les Caraïbes, soit 54 % de la main-d’œuvre.

Malgré la hausse des prix des matières premières et de faibles taux d’intérêt, les perspectives pour 2021 ne sont pas encourageantes. L’émergence de la souche p.1 (Manaus) a déclenché une deuxième (et dans certains pays une troisième) vague beaucoup plus meurtrière que les précédentes, entraînant de nouvelles restrictions et des fermetures partielles, tandis que le processus de vaccination reste lent dans la plupart des pays. Le FMI prévoit que le revenu par habitant ne sera pas rétabli à son niveau d’avant la pandémie avant 2025.

Dans un article publié dans le magazine Foreign Affairs, Luis Alberto Moreno, diplomate du parti conservateur colombien et ancien président de la BID pendant 15 ans (auquel succédera en 2020 le pro-Trump Claver Carone) soutient que l’Amérique latine est à la veille d’une nouvelle décennie perdue, avec une alternance d’épisodes de pics inflationnistes, de crises de la dette et de baisse des revenus. Et il prévient que « si rien n’est fait, l’Amérique latine deviendra une source d’instabilité encore plus grande, dont personne, ni ses élites ni les États-Unis, ne sera à l’abri ».

Dans le même ordre d’idées, un éditorial du Washington Post conseille « aux États-Unis et aux autres nations riches d’étendre rapidement les mesures d’aide de Covid à l’Amérique latine et à d’autres régions pauvres » et conclut que « si le virus n’est pas maîtrisé dans les mois à venir, non seulement la Colombie mais une grande partie de la région pourraient être déstabilisée »".

La carte thermique de la lutte des classes régionale indique qu’avec une intensité variable, avec les gouvernements de la droite néolibérale ou du « centre gauche » progressiste autoproclamé, la tendance à l’action directe est revenue.

Avec les inégalités, les manifestations au Pérou et au Guatemala en novembre 2020 ; le déclenchement de la colère populaire au Paraguay en mars 2021 ; la grève des dockers et la journée de lutte du 30 avril au Chili ; la lutte des travailleurs de la santé de la province de Neuquén en Argentine qui ont bloqué l’accès à Vaca Muerta, principal investissement des capitalistes locaux et étrangers, font partie de cette tendance plus générale.

Dans certains cas, ce retour de la lutte des classes se combine avec des rencontres électorales faibles qui ne parviennent pas à se consolider comme canalisant les aspirations populaires. C’est dans ce contexte qu’il faut lire la crise ouverte au Pérou avec le second tour entre Pedro Castillo et Keiko Fujimori.

La réforme fiscale de Duque, tout comme l’augmentation de 30 centimes (30 clp) du prix du ticket de métro au Chili en 2019, n’a été que le détonateur de l’explosion, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase qui s’est rempli d’indignation et de rage ouvrière et populaire. Ce n’est pas un hasard si c’est en Colombie, au Chili et au Pérou, les pays présentés par les classes dominantes et leur personnel politico-intellectuel comme les exemples brillants d’un « néolibéralisme réussi », que les processus de lutte et la crise politique du régime bourgeois sont les plus aigus.

Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de contre-tendances et de pôles réactionnaires, comme le gouvernement de Jair Bolsonaro au Brésil - bien qu’il soit actuellement en crise -, ou le gouvernement de Nayib Bukele au Salvador, ni que des tendances bonapartistes et autoritaires n’émergent pas. Mais ce sont précisément ces tendances qui, à leur manière, confirment l’ouverture d’une étape d’affrontements plus aigus entre les classes et, en perspective, entre la révolution et la contre-révolution. Une perspective qui renforce la nécessité de construire des partis révolutionnaires et une direction révolutionnaire internationale qui permettra de mener ces luttes à la victoire.




Mots-clés

Crise sanitaire   /    Crise économique   /    Crise sociale   /    Colombie   /    Monde