^

International

Hors de prix

L’enterrement d’Elizabeth II estimé à 35 millions d’euros pendant que les travailleurs subissent l’inflation

Alors que la mort de la reine Elizabeth II retentit dans le monde entier, les travailleurs et classes populaires connaissent une baisse du niveau de vie record, loin des fards de la monarchie.

vendredi 9 septembre

Crédits photo : TOLGA AKMEN / AFP

La mort de la reine Elizabeth II au Royaume-Uni ce jeudi 8 septembre fait l’effet d’une onde de choc dans le monde. Au Royaume-Uni, Charles a décrété une période de deuil à partir de maintenant et pouvant aller jusqu’à sept jours après les funérailles pour la famille royale et un deuil national d’au moins dix jours entre la date du décès et la date des funérailles, suivant le protocole « London Bridge » prévu à cet effet. Les médias britanniques sont largement mobilisés durant cette période et sont même allés jusqu’à préparer par avance des reportages. Les chaînes Sky News et ITN ont conclu des contrats avec des experts de la monarchie pour que ceux-ci s’expriment exclusivement sur leurs chaînes. Le corps de la reine sera d’abord exposé au palais de Holyrood, à Edimbourg puis sera déplacé à Buckingham Palace. Il est également prévu que le pays entier soit plongé dans le silence au début des funérailles, y compris pour les transports comme les bus qui s’arrêteront. Des funérailles dont le coût est estimé à 35 millions d’euros, selon BFMTV ! Alors que le monde s’émeut de la disparition d’une énième monarque dont le règne n’a fait qu’appuyer le régime colonialiste et anti-ouvrier du Royaume-Uni, le protocole prévu pour la mort d’Elisabeth II reflète le fossé incroyable qui sépare la famille royale de la population anglaise.

En 2020-2021, la famille royale a dépensé 102,4 millions de livres, soit plus de 117 millions d’euros selon Statista, dont la majorité pour l’entretien de ses propriétés et le salaire de ses employés. De ces 117 millions d’euros, plus de 99 millions sont financés par les impôts payés par la population. La somme a augmenté de 17% entre 2020 et 2021. Une augmentation des dépenses qui intervient alors même que le Royaume-Uni fait face à une inflation croissante, qui a contraint la Première ministre à plafonner les prix du gaz.

Le secteur associatif anglais s’inquiète de cette hausse du coût de la vie à tel point que des personnes doivent, selon les banques alimentaires, « choisir entre se chauffer et se nourrir cet hiver ». Loin de pallier la hausse des prix, les allocations versées à la population anglaise ne suffisent pas à couvrir l’achat de fournitures scolaires ou d’habits. Les dons aux banques alimentaires ont aussi baissé ces derniers mois. Selon le révérend Mike Long qui est gérant de l’une d’entre elles, la situation est extrêmement grave : « on sait que des gens vont tomber malades, et que certains risquent de mourir parce que leurs conditions de vie auront considérablement empiré. »

Alors que l’inflation connaît un taux record depuis 40 ans – 10,1% en 2022 –, la banque d’Angleterre anticipe déjà une poursuite de l’inflation en octobre prochain de 13%. Or, entre les mois d’avril et de juin, les salaires réels ont perdu 3% selon l’office national des statistiques..

La famille royale, quant à elle, pratique l’évitement fiscal, grâce à des exemptions et des places offshore. De plus, alors même que le moratoire sur les expulsions locatives pour faire face à la crise du Covid-19 a été levé en septembre, menaçant les logements de 55 000 ménages, le contribuable a décidé de verser à la monarchie une compensation partielle des 500 millions de livres de pertes de recettes dans la gestion de son parc immobilier en raison de la pandémie.

Les cadeaux faits à la Couronne par l’État britannique tout comme les 35 millions d’euros investis dans le « London Bridge » sonnent comme un crachat au visage de la population anglaise, rappelant le décalage immense entre une minorité et le reste de la population. Face à l’inflation, qui menace d’étouffer les travailleurs et les classes populaires du Royaume-Uni et de partout ailleurs, il est clair que ces derniers vont devoir prendre leurs affaires en main et arracher les richesses des mains des rois de ce monde.



Mots-clés

Elisabeth II   /    Inflation   /    Prix de l’énergie   /    Crise économique   /    Royaume-Uni   /    International