^

Politique

Islamophobie d’État

Islamophobie. L’Etat va saisir la justice contre l’autorisation du burkini dans les piscines à Grenoble

Le 15 mai, le préfet de l’Isère, suivant les ordres de Darmanin, menaçait le conseil municipal de Grenoble de saisir la justice si celui-ci votait l’autorisation du burkini dans les piscines de la ville. Ce lundi, l'autorisation a finalement été votée.

lundi 16 mai

Crédits photo : AFP

Suite à l’annonce de l’examen et du vote en conseil municipal ce lundi 16 mai du projet de règlement des piscines de Grenoble autorisant le port du burkini, de nombreuses voix réactionnaires se sont élevées ces derniers jours en un concert de propos islamophobes, racistes et sexistes. Finalement, l’autorisation a été votée ce lundi au Conseil municipal par 29 voix contre 27.

Entre temps, c’est l’État et le gouvernement qui ont rejoint le rang des attaques réactionnaires, avec la publication dimanche 15 mai d’un communiqué de presse venant du préfet de l’Isère. Selon les ordres du ministre Darmanin, le préfet condamne le conseil municipal de « céder à des revendications communautaristes à visées religieuses ». Il annonce qu’en cas d’adoption du projet par le conseil municipal en sa séance de ce lundi 16 mai, il saisira le tribunal administratif de Grenoble d’un référé « laïcité » pour faire suspendre la mesure, en plus d’un référé d’annulation du projet.

Alors que l’autorisation du burkini a été adoptée, l’Etat devrait donc attaquer la décision dans les jours qui viennent. Ce positionnement de la préfecture, et plus largement du gouvernement Macron, ouvre la voie à encore plus d’attaques islamophobes, dans un contexte déjà largement décomplexé. Les réactionnaires issus de la gauche institutionnelle ou de la droite s’en donnent déjà à cœur joie pour attaquer ce projet, et, derrière lui, le droit des femmes à s’habiller comme elles le souhaitent.

Cette offensive du gouvernement s’inscrit dans la droite ligne de la politique islamophobe tenue pendant le dernier quinquennat. Les dissolutions d’organisations musulmanes se sont succédées, avec notamment l’organisation humanitaire Baraka City, le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) ou encore la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie (CRI). Plus d’une vingtaine de mosquées ont également été fermées par le ministère de l’Intérieur au cours des cinq dernières années. Une offensive continue vise les femmes voilées, et dont les polémiques sur le burkini sont une émanation, les condamnant chaque fois à la double peine en tant que femmes et musulmanes.

Ces incitations permanentes au rejet et à la haine affirment une nouvelle fois le caractère profondément raciste, sexiste et islamophobe du gouvernement. Face à cela, il est nécessaire créer une alternative pour porter une lutte internationaliste, antiraciste et féministe, capable d’obtenir une égalité réelle par la lutte de tous les opprimés.



Mots-clés

Gérald Darmanin   /    burkini   /    Islamophobie   /    Grenoble   /    Politique