^

Politique

Impunité policière : grosse fête au commissariat d’Aubervilliers en plein couvre-feu

Dans une vidéo, Loopsider révèle qu'une grosse fête a été organisée au commissariat d'Aubervilliers en plein couvre-feu. Réunissant une trentaine de policiers, chargés quotidiennement de réprimer le moindre écart par rapport aux mesures liberticides imposées par le gouvernement, cette anecdote évoque à nouveau le sentiment d'impunité qui caractérise les forces de répression.

mercredi 27 janvier

Depuis le début de la crise sanitaire, le deux poids deux mesures qui structure la société est apparu de façon éclatante. Au point que des figures des classes dominantes se sont inquiétées que les inégalités habituelles ne soient trop mises en lumière par la crise.

Dans un reportage vidéo publié sur Twitter, Loopsider révèle une histoire qui va elle aussi dans le sens de ce deux poids deux mesures. Au commissariat d’Aubervilliers le 22 janvier dernier un pot de départ s’est tenu. Une grosse fête réunissant une trentaine de policiers jusqu’à 3h du matin.

Alors qu’ils ont assuré depuis le début de la crise sanitaire l’imposition à coup d’amendes et de violences des mesures liberticides du gouvernement, prises sous couvert de gestion de l’épidémie, la fête de ces policiers a largement scandalisé. De fait elle rappelle l’impunité de ceux qui composent le bras armé de l’Etat et qui, alors qu’ils répriment durement les quartiers populaires exerçant une violence raciste, s’attribuent des passe-droits.




Mots-clés

Répression policière   /    Aubervilliers   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique