^

Monde

Biden et Macron complices !

Impunité coloniale. Israël bombarde les locaux d’Al-Jazira et Associated Press à Gaza

Samedi, l'aviation israélienne a bombardé et détruit la tour qui abritait les locaux d'Al-Jazira et d'Associated Press à Gaza. Une attaque contre la plus importante chaîne d'information du monde arabe pour intimider la presse et l'empêcher de diffuser les crimes de l’État colonial en Palestine.

samedi 15 mai

Crédit photo : MAHMUD HAMS / AFP

Depuis le début de la semaine, l’agression israélienne a fait au moins 139 morts à Gaza et en Cisjordanie. En cause, la répression sanglante par les forces armées sionistes contre les palestiniens en colère suite à l’interdiction d’accéder à la Porte de Damas à Jérusalem et l’expulsion de familles entières dans le quartier de Sheikh Jarrah. Qui plus est, face à la révolte l’armée et la police israélienne aidée par les colons d’extrême-droite pratiquent ainsi politique de punition collective contre l’ensemble du peuple palestinien.

Dans ce contexte, la solidarité internationale s’exprime partout dans le monde. Des manifestants jordaniens bravant l’armée aux frontières pour se rendre en Cisjordanie aux côté des palestiniens, aux manifestations massives à New-York, Londres et Paris qui dénoncent les crimes de l’État colonial et la complicité des gouvernements impérialistes occidentaux, en passant par les dockers de Livourne qui ont empêché une livraison d’arme vers Israël : le régime d’apartheid a mauvaise presse auprès de l’opinion publique, et ses dirigeants savent à quel point le soutien international en faveur du droit à l’auto-détermination du peuple palestinien peut lui être fatal.

C’est la raison pour laquelle l’État israélien a franchi un nouveau cap et s’est attaqué aux organes de presse qui relaient les images des atrocités commises contre les palestiniens. A ce titre, le choix de la cible n’est pas anodine. Al-Jazira est le principal groupe de presse dans le monde arabe, et diffuse de nombreuses d’informations au sujet des exactions des forces armées sionistes. Il n’en fallait pas plus pour que Tsahal se décide à frapper fort en envoyant l’aviation bombarder ses locaux dans la tour Al-Jalaa à Gaza, où se trouvaient également ceux d’Associated Press.

Si les journalistes et pigistes ont réussi à être évacué moins d’une heure avant l’attaque, le signal n’en est pas moins clair : il s’agit d’intimider et faire taire la presse, en l’empêchant de continuer à relayer les images de l’agression israélienne. « Je travaille ici depuis onze ans. J’ai couvert plusieurs événements depuis cet immeuble. Et là, en deux secondes, tout s’est évaporé », a déploré le journaliste Safwat Al-Kahlout, cité sur le compte Twitter d’Al-Jazira. « Le but de ce crime odieux est de faire taire les médias et de cacher le carnage et la souffrance indicibles de la population de Gaza », a ainsi déclaré Mustapha Souag, le directeur général par intérim d’Al-Jazira, selon Le Monde->https://www.lemonde.fr/international/article/2021/05/15/israel-palestine-l-immeuble-des-medias-ap-et-al-jazeera-a-gaza-pulverise-par-une-frappe-israelienne_6080316_3210.html]. « Ils connaissaient depuis longtemps l’emplacement de notre bureau et savaient que des journalistes étaient là  » a de son côté dénoncé l’agence Associated Press dans un communiqué.

Pour justifier l’attaque, l’État israélien a publié un communiqué dans lequel il prétend que « des entités appartenant au renseignement militaire de l’organisation terroriste Hamas » s’y trouvaient. Pourtant c’est bien l’Etat israélien qui répand la terreur en Palestine. En effet, au moins 139 palestiniens sont morts depuis le début de la semaine. Le même jour, le bombardement du camp d’Al-Shati a ainsi décimé une famille de dix personnes dont huit enfants qui fêtait la fin du ramadan dans le camp d’Al-Shati.

L’impunité dont jouit l’État colonial israélien ne peut plus durer. L’ensemble des organisations de gauche et d’extrême-gauche à échelle internationale, se revendiquant du mouvement ouvrier, de la jeunesse et de la défense des droits démocratiques doivent dénoncer cette attaque injustifiable contre la presse ainsi que l’horreur quotidienne vécue par le peuple palestinien et actuellement amplifiée par une agression scandaleuse. Par ailleurs, la complicité des gouvernements occidentaux est claire. A Paris, Macron réprime les manifestations de solidarité. Aux Etats-Unis, Joe Biden cautionne le bombardement de cet immeuble abritant les locaux de deux chaînes d’information en se félicitant par la voie de sa porte-parole Jen Psaki d’avoir « dit directement aux Israéliens que garantir la sécurité des journalistes et des médias indépendants », selon Le Monde. La Maison Blanche laisse ainsi entendre de manière décomplexée qu’elle était au courant de l’attaque et qu’elle a même conseillé l’État sioniste pour la mener à bien.

S’il s’agit donc de construire le font le plus large possible en soutien au peuple palestinien, ce n’est qu’en toute indépendance de ces gouvernements et de leurs institutions, que la solidarité pourra porter ses fruits. A l’instar des jeunes, des travailleurs et des habitants des quartiers populaires qui manifestent partout dans le monde, c’est dans la rue, les lieux de travail et les entreprises, qu’il faut se mobiliser contre la main de l’impérialisme au Moyen-Orient, pour exiger l’arrêt immédiat de l’agression israélienne et soutenir le droit à l’auto-détermination du peuple palestinien.




Mots-clés

liberté de la presse   /    Joe Biden   /    colonisation   /    Impérialisme   /    Israël   /    Palestine   /    Monde