^

Notre classe

La voie à suivre

Grève pour les salaires : au dépôt RATP de Saint-Maur, les grévistes reconduisent jusqu’à mercredi !

Ce jeudi 29 septembre, de nombreux secteurs étaient en grève pour leurs salaires à l’occasion d’une journée de mobilisation interprofessionnelle. Au dépôt RATP bus de Saint-Maur en région parisienne, les grévistes ont décidé de ne pas s’en arrêter là et ont reconduit la grève jusqu’à mercredi.

jeudi 29 septembre

Crédit photo : AFP

A la RATP, la colère est importante face à la dégradation du niveau de vie et des conditions de travail. Non seulement l’inflation grignote petit à petit les bas salaires – avec un taux supérieur à 10% pour les produits alimentaires de première nécessité – mais la dynamique de privatisation entraine des cadences de travail insupportables.

Dans ce cadre, et avec en plus de cela la perspective d’une nouvelle réforme des retraites, les grévistes de la RATP du dépôt de bus de Saint-Maur ont décidé de se mobiliser au-delà de la journée du 29 qui était appelée par les directions syndicales. Dans la matinée, seuls 16 bus sont sortis sur le site, contre 95 prévus pour un trafic complet.

Lors de l’Assemblée générale prévue sur le piquet de grève, une cinquantaine de gréviste a voté la reconduction de la lutte jusqu’à mercredi afin de construire le rapport de force face à la direction. Une des problématiques discutée porte sur le CST, qui constitue pour Yannick, gréviste au dépôt, « une mise au pas pour faciliter la privatisation ».

« Avant on avait une moyenne journalière de 6h38 avec une barrière repas. Maintenant tu peux commencer très tôt le matin et finir à 16h ou 17h. Ça fait qu’on travaille pratiquement gratuitement, parce que ça constitue une perte de 250 euros par mois en moyenne alors qu’on travaille beaucoup plus » explique-t-il à Révolution Permanente.

Dans cette situation, les grévistes exigent l’augmentation de 300 euros de tous les salaires ainsi que le retrait du CST qui constitue une attaque importante sur leurs conditions de travail. Une nouvelle AG est prévue lundi pour faire le point entre grévistes, et aviser de la suite. Celle-ci risque d’être chargée alors que l’exécutif a confirmé sa volonté de passer en force la réforme des retraites.

Mais pour le faire reculer, il faudra se coordonner avec l’ensemble du secteur des transports qui est particulièrement attaqué par les projets de privatisation, et plus généralement l’ensemble du monde du travail pour exiger ensemble 300 euros d’augmentation des salaires et leur indexation sur l’inflation pour ne pas avoir à payer la crise.

Dans les transports, une rencontre de l’ensemble des entreprises des transports est prévue pour le 15 octobre afin de se coordonner et poser les bases d’un vrai plan de bataille.



Mots-clés

Salaires   /    Inflation   /    Mobilisation   /    Privatisation   /    Transport   /    Manifestation   /    Grève   /    RATP   /    Notre classe