^

Notre classe

Pétrochimie

Grève des raffineurs : les travailleurs des stations essence rejoignent le mouvement !

Alors que la grève des raffineurs pour les salaires a été reconduite lundi, les travailleurs de plusieurs stations essence du réseau Argedis, filiale du groupe Total, ont annoncé rejoindre le mouvement à partir de mardi.

lundi 10 octobre 2022

Crédits photo : AFP

Alors que la grève pour les salaires chez TotalEnergies et Exxon a été massivement reconduite ce lundi, le mouvement va s’étendre ce mardi à une quinzaine de stations essence autoroutières du réseau Argedis, filiale du groupe TotalEnergies.

Alexis Antonioli, secrétaire général du syndicat CGT de la Plate-forme Total Normandie, a en effet annoncé à l’AFP après la reconduction de la grève que « le syndicat CGT Argedis, filiale de Total, appelle à un mouvement de grève à compter de demain dans les stations service Total. Ce sont des salariés maltraités et mal payés. C’est un marqueur fort de la mobilisation. Même ces salariés, isolés dans leur stations-service, s’emparent du mouvement. »

Les stations de Paisy (A6, Rhône), Montluel (Ain), Ceignes (autoroute A40, Ain), Lançon-Provence (A7, Bouches-du-Rhône), seront notamment touchées ainsi que d’autres en région parisienne, près de Rouen et dans la région de Strasbourg. À l’heure où 29,7% des stations-service connaissent des difficultés d’approvisionnement d’au moins un produit dans le pays, et alors que dans certaines régions comme les Hauts-de-France ce sont jusqu’à 54,8% des stations qui sont touchées et 44,9% en Ile-de-France, l’entrée de certaines stations dans la danse va encore augmenter l’impact de la grève.

Ce mouvement montre par ailleurs que la grève des raffineurs peut entraîner dans son sillage d’autres travailleurs, y compris dans des secteurs plus précaires. Alors que Total a engrangé des profits records cette année et a même annoncé le versement exceptionnel de dividendes pour l’année 2022 à la hauteur de 2,62 milliards d’euros à ses actionnaires, les salariés du groupes ne récoltent que des miettes et restent toujours aussi mal payés.

Alors que les salariés d’Argedis emboîtent le pas aux raffineurs, il y a urgence à étendre cette dynamique. Face à la pénurie de carburant, le gouvernement et le patronat essaient d’instaurer la division entre les raffineurs et le reste de la population, nous devons répliquer en clamant haut et fort notre solidarité avec cette lutte, comme l’ont fait les cheminots de SUD Rail, et en commençant à construire un mouvement d’ensemble pour les salaires !



Mots-clés

Pétrochimie   /    Lutte des classes   /    Grèves raffineries    /    Grève générale   /    CGT   /    Notre classe