^

Débat

Grève à l’Université ? A propos des débats stratégiques dans le mouvement

Aujourd’hui, le monde académique semble loin d’être au diapason d’une grève sans concession. La mobilisation universitaire ressemble, à ce jour, davantage à une mosaïque de débrayages partiels qu’à une grève générale illimitée. Une grève conséquente aurait pourtant pour vertu d'ouvrir une brèche pour une mobilisation étudiante, cruciale pour redonner du souffle à une révolte sociale dont la durée est inédite.

dimanche 26 janvier

À la rentrée 2018, les Gilets jaunes initiaient le soulèvement inédit des salariés les plus subalternisés. Les ronds-points voyaient alors la convergence des chômeurs, précaires, travailleurs pauvres, auto-entrepreneurs, artisans, retraité.e.s démuni.e.s, etc. À la faveur de la « réforme » des retraites, le mouvement social historique qui ébranle le gouvernement français depuis le 5 décembre 2019 a pris le relais. La grève interprofessionnelle mobilise une large base syndicale et les travailleurs statutaires de différents secteurs (transports, énergie, santé, éducation, etc.), mais aussi des avocats, des médecins, des directeurs d’hôpitaux, certains cadres et haut-fonctionnaires, des journalistes de l’audiovisuel, des chercheuses et chercheurs, ou encore des universitaires, bien que l’alma mater, notamment en région parisienne, soit entrée relativement tardivement dans cette grève dont l’ampleur est inégalée depuis 1968. Manifestement, l’inclination des diplômés urbains vers le conformisme, lequel s’est exprimé dans leur vote massif pour Emmanuel Macron au premier et second tour de l’élection présidentielle, est en voie d’effondrement. Le penchant petit-bourgeois à lorgner vers la bourgeoisie parisienne plutôt que de se solidariser avec les classes populaires, semble entrer en crise et le phénomène de se propager également au sein du milieu académique. Pour la première fois, à Paris (dont 12 des 15 députés sont macronistes), les cortèges universitaires auto-organisés étaient très visibles lors de la manifestation intersyndicale du 24 janvier 2020. Intellos, prolos : même combat, alliés dans la grève ?

Pour certains, rien ne semble moins sûr. Le 20 janvier dernier, Ronan de La Lande de Calan et Geoffroy de Lagasnerie publiaient, dans le blog des invités de Mediapart, une tribune intitulée « Une mobilisation impossible ? Quand les universitaires confondent la lutte et l’autopunition ». Les deux signataires commencent par y saluer les divers secteurs en lutte contre la réforme des retraites qui « se sont appuyés sur des formes traditionnelles d’action dont l’efficacité n’est plus à démontrer – débrayages, blocages du système productif et des moyens de transport, manifestations monstres ». Ils soulignent également la créativité du répertoire d’action du mouvement de certaines corporations (avocats, médecins, pompiers, danseurs, etc.). Cet hommage est à l’évidence un soutien au mouvement de grève interprofessionnel, mais le positif du tribut sert surtout, ici, à dénoncer le supposé manque d’imagination du champ universitaire, lequel se contenterait « par défaut » de répliquer mécaniquement des formes de mobilisation parmi les plus traditionnelles et les moins efficaces. Dans le domaine de la conflictualité sociale, ce qui semble utile et efficient pour certains serait donc, pour le monde universitaire, infertile. Au ban des accusés : les assemblées générales, la grève et les blocages. Pour nos deux philosophes, l’Université (personnels et usagers ?) se prendrait pour un secteur productif comme les autres, « comme si le pouvoir allait trembler parce que telle revue ne paraîtrait pas, ou tel séminaire serait annulé ».

Il y a, dans cette dénonciation, une part critique intéressante qui tient au fait de souligner qu’une partie du champ universitaire, peu encline à sortir de sa zone de confort, continue sans aucun doute à entretenir quelque illusion quant à sa magnificence intellectuelle et se plaît à penser que ce sont le(ur)s idées qui mènent le monde et, en l’espèce, feraient les mobilisations. Pourtant, il est patent que les séminaires, journées d’étude, colloques, revues, etc., n’ont pas pour prime vocation à « saisir les masses » (ça se saurait !). Quand, de temps à autre, ces lieux d’élaboration font lien avec d’autres espaces sociaux, il faut bien des médiations pour qu’ils en viennent à participer à des forces matérielles qui soient autre chose qu’un travail intellectuel. Cesser les différentes formes de production symbolique caractéristiques de l’académisme ne dérange guère que l’entre-soi universitaire (et encore !). De même, estimer que la multiplication des motions, tribunes, billets et pétitions (pour le moins mesurées, voire carrément frileuses) ne se diffusant que fort parcimonieusement dans l’espace public dominant puisse avoir quelque effet pratique est sans doute, encore, une concession à un idéalisme qui s’avère d’autant plus vain que les cibles de ses adresses s’avèrent aussi sourdes qu’aveugles.

Mais La Lande et Lagasnerie vont un cran plus loin. Ils estiment que la grève « ordinaire » signe un renoncement à produire des idées. C’est là que l’interpellation se transforme en leçon ; de celles que Lagasnerie, avec un certain sens du placement public, affectionne de dispenser assez régulièrement à ses « collègues ». L’invective apparaît alors d’une grande prétention, subsumant sous le chapeau de la routine et du suivisme, mille initiatives à la base dont ils semblent tout ignorer. Car c’est bien, là, méconnaître la riche diversité des actions des personnels et des usagers de l’Université, dont la portée souvent assez modeste peut, néanmoins prendre quelque importance, notamment par des formes de répétition persévérante qui ne sauraient seulement être vues comme un rabâchage paresseux et sans issue. Souvenons-nous, en 2009, de la ronde infinie des (universitaires) obstiné.e.s, initiée et votée en AG par des personnels et usagers de l’université Paris 8 qui se relayaient pour tourner jour et nuit devant l’Hôtel de ville (place de la grève). Sans doute est-il utile de repenser « l’imaginaire de la lutte, [et d’]inventer de nouvelles formes de mobilisation et de présence dans l’espace public », mais si tant est que la chose soit une nécessité, celle-ci n’est certainement pas une concession à cette antienne de l’idéologie dominante faisant fatalement de la grève un mode d’action contreproductif. Rien dans la séquence présente ne permet de prendre au sérieux ce type d’anathème, sauf à condescendre à l’éditocratisme crasse des chaînes d’information continue ou au syndicalisme collaborationniste.

Messieurs La Lande et Lagasnerie devraient savoir que tous les grands mouvements de grève interprofessionnels en France (et ailleurs) ont produit des modes d’action créatifs qui ne furent nullement en contradiction avec le répertoire d’action traditionnel du mouvement ouvrier (doléances, pétitions, manifestations de rue, assemblées générales, comités et piquets de grève, etc.). En mai 1968, l’une des plus flamboyantes affiches de l’atelier populaire (fabriquée au sein des Beaux-Arts de Paris en grève) montre une manifestante lançant un pavé. Elle est légendée « La beauté est dans la rue ». Quant à la grève générale de juin 1936, elle fut, par exemple, rythmée par des bals populaires dans les usines occupées, et accompagnée par de fort nombreuses œuvres (photographies, chansons, peintures, etc.). À cette époque, les universitaires marxistes étaient convaincus de la portée d’une alliance de classe entre l’intelligentsia de gauche et les classes populaires.

Aujourd’hui, le monde académique semble loin d’être au diapason d’une grève sans concession. La mobilisation universitaire ressemble, à ce jour, davantage à une mosaïque de débrayages partiels qu’à une grève générale illimitée. Peu de composantes des universités sont concrètement en grève. Si les responsabilités administratives et d’évaluation, prenantes et peu/pas rémunérées, sont des cibles toutes trouvées (et encore !) de ralentissement des missions, les mandats d’enseignement et de recherche font l’objet d’âpres négociations intérieures chez les enseignant.e.s-chercheur.e.s dont une part non négligeable a tendance à considérer que ne pas assurer les activités au fondement de leur métier serait une violence intolérable faite à ce qu’ils sont ou croient être (les lieux de l’autopunition sont d’abord dans les têtes). D’aucun.e.s auraient ainsi l’impression de renoncer à leur singularité sociale durement acquise et à cette position symbolique à laquelle ils.elles tiennent tout particulièrement, parfois jusqu’à la névrose narcissique. Aussi, la tribune de nos deux compères ne s’avère pas d’une grande originalité quand ils affirment que « la ‘‘grève’’ à l’Université, avec cessation de toute activité d’enseignement et de recherche [?], ne correspond qu’à [...] une condamnation des intellectuels au silence ». Comme si les lieux d’élaboration et d’analyse pouvaient n’émerger qu’au sein de l’alma mater. C’est, là, faire montre d’une forme évidente d’épistémocentrisme scolastique. D’ailleurs, il n’est pas très étonnant de constater que le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) dont la vocation est de précariser au maximum l’ESR et de le placer sous la coupe du privé, semble mettre davantage le feu aux poudres académiques que la réforme des retraites. Pourtant, l’un des enjeux majeurs pour le mouvement universitaire tient sans doute à sa capacité à décoller le nez du guidon corporatiste.

Même au sein de ses espaces censément les plus critiques, l’Université n’est pas ce lieu de résistance dont ses oblats les plus dévoués (i.e. celles et ceux qui en tirent le plus d’avantages) produisent le mythe. Aussi faut-il admettre que les pilotis de la LPPR (Labex, Idex, EUR, etc.) ont été plantés depuis plusieurs années avec l’assentiment du plus grand nombre, de certaines avant-gardes « radical chic » et des Janus Bifrons qui se vivent en pourfendeurs des dominations et en hérauts de l’empowerment, mais sont, dans les faits, les meilleurs suiveurs de l’ordinaire universitaire, prêts à accueillir et examiner toutes les propositions susceptibles de leur apporter quelque avantage. Se déclarant contre la précarité ou le délire évaluatif, certain.e.s n’ont pourtant pas hésité à participer à ces dispositifs « d’excellence ». On voudra bien pardonner ces petits dévoiements « corpo » (la chaire universitaire est faible), s’ils n’étiolent pas, aujourd’hui, les nécessités d’une mobilisation massive et de prendre une pleine part aux dynamiques interprofessionnelles. Car l’Université est frappée des mêmes maux que les secteurs de la santé, de la justice, des transports, de la culture, de l’enseignement, etc. Les « réformes » macronistes sont portées par un projet politique d’ensemble qui ne s’est jamais autant révélé, notamment quant à sa nature butée et autoritaire.

Dans cette perspective, ce sont les étudiant.e.s qui nous semblent devoir jouer un rôle tout à fait primordial. L’expérience montre que ce sont eux.elles – plus dégagé.e.s de l’emprise des identités professionnelles qui brident – qui sont les plus susceptibles d’étendre le mouvement social à l’espace universitaire et qui ont la volonté la plus affirmée de faire se conjoindre les luttes, seule manière d’instaurer, dans la longueur (car ça va durer), un rapport de force qui pourrait s’avérer gagnant. Aussi, considérons-nous qu’il n’y a pas trop de grève, mais, a contrario, pas assez. Penser que la grève est une « condamnation collective à l’impuissance et un maintien de l’ordre universitaire » ; qu’elle est un renoncement aux « conditions de la production d’analyse, de critique et de contre-proposition », c’est faire, malgré soi, le jeu de la macronie et ne pas placer le curseur au bon endroit, surtout à rajouter : « puisqu’à la fin ce sont les professeurs qui décident des modalités de rattrapage des examens et qui très souvent imposent la reprise aux étudiants ». On a, là, un exemple caricatural de la difficulté qu’ont nos intellectuels situés – croyant détenir le seul brevet valable à dire le sens politique – à considérer le mouvement social dans sa globalité et de rabattre des enjeux politiques généraux sur des problèmes de pouvoir internes au monde universitaire. Et même à vouloir se centrer pour l’essentiel sur les difficultés spécifiques à l’université, la grève n’est-elle pas le moyen adéquat pour prendre du temps, discuter franchement de la situation pesant sur l’institution, se donner les moyens de s’organiser en dehors des instances officielles ?

La Lande et Lagasnerie affirment que « le premier point sur lequel la grève pourrait avoir comme telle une réelle efficacité, serait de renoncer à produire des diplômes, qui constituent l’unique produit sur ce qui est devenu un ‘‘marché’’ de l’enseignement supérieur, et l’unique levier d’action sur les pouvoirs publics ». S’agit-il de se mettre en grève pour porter la revendication générale de ne plus avoir à produire de diplômes (perspective radicale qui ne saurait tenir seule), ou bien est-ce, plus modestement, de configurer, pour l’heure, la « grève universitaire » autour de la non délivrance des diplômes attendus (politiques de rétention en février ?) ? On ne saisit pas très bien le sens de la proposition qui, dans un cas comme dans l’autre, nous semble, de toute manière, passer à côté de l’utilité stratégique de la grève. La production d’accréditations et d’évaluations est, certes, un élément important de l’économie politique et symbolique du secteur, à repenser (avec bien d’autres points), mais elle n’est certainement pas la justification première de la grève dont la principale vocation est de dé-cadencer et faire effraction dans les habitudes professionnelles.

L’engagement politique des connaissances ne saurait notamment se résumer à une histoire de champ et ne tenir dans les connaissances elles-mêmes, mais dépend des fonctions sociales que celles-ci sont susceptibles d’assurer, notamment dans le cadre de conflits sociaux. Aussi, les sciences s’engagent essentiellement quand elles sont articulées à des espaces et des communautés d’action dont l’université mobilisée n’est qu’une modique fraction. On sait notamment la force qui peut émerger de la jonction du mouvement ouvrier et du mouvement étudiant. Une lecture intéressée avait voulu dépeindre mai 1968 comme une fête étudiante plus ou moins folklorique qui se serait déroulée à l’écart de la grève générale ouvrière de type cégétiste. Les sociologues qui ont développé cette vue culturaliste et générationnelle ont, ensuite, clairement évolué vers la droite, à l’instar d’Alain Touraine qui en est venu à soutenir Alain Juppé et, plus récemment, Emmanuel Macron. En revanche, Henri Lefebvre a écrit, dès 1968, que les affiches colorées, les barricades improvisées et les drapeaux levés lors de l’insurrection étudiante dans le Quartier latin ont joué comme un fanal, comme un signal reçu par les travailleurs que le passage à l’acte était à l’ordre du jour. C’est sans doute une question qui reste actuelle : comment concevoir le passage entre la révolte étudiante et les fonctionnaires en grève qui font habituellement tourner l’Université ? La révolte est autant de nature matérielle (contre la précarité, les bullshit jobs, les stages trop peu rémunérés, les bourses anémiques, les logements pitoyables, la vie chère, etc.) que symbolique (une autre vie doit être possible, plus joyeuse, pleine de sens) et même morale ou éthique (refuser l’inégalité, la sélection, la discrimination des étudiants étrangers, le saccage des droits et la destruction de la planète). C’est en se ressourçant de cette « contre-culture » que les scholars pourront se détourner de l’illusion narcissique qui les poussent à penser qu’ils se doivent de jouer les conseillers du prince et des classes dirigeantes macronistes.

À l’université, une vraie grève aurait notamment pour vertu de permettre une mobilisation d’ampleur des étudiant.e.s, cruciale pour redonner du souffle à une révolte sociale dont la durée est inédite. Parce que son avenir est largement hypothéqué et la misère étudiante renouvelée, la jeunesse a tout intérêt – et ses raisons – à entrer massivement dans la lutte ; mais encore faut-il lui faciliter la chose. Ouvrir une brèche pour le mouvement étudiant, lui donner les moyens de ses ambitions, est plus que jamais essentiel. À cet égard, la grève apparaît comme l’un des leviers essentiels du champ universitaire qui, contrairement à d’autres secteurs pionniers, n’en a fait, jusqu’alors, qu’un usage pour le moins modéré. Plus largement, la grève est également la condition de possibilité pratique pour que puisse précisément s’inventer un espace public oppositionnel porteur de propositions concrètes construites par la documentation, la rencontre, la discussion, l’auto-organisation et l’action. Le projet d’une « Université ouverte à toutes et à tous, tout le temps [...], foyer de la critique » ne doit pas participer à la sanctuarisation de l’institution, mais inviter celle-ci à « sortir sa science » en d’autres lieux et à produire, avec/sur/pour eux, des communs de la connaissance politiques. Aussi, le retrait de la LPPR pour lequel il faut évidemment se battre ne saurait être un but suffisant. La présente séquence doit aussi être un moment d’éducation des éducateurs par l’ouverture aux différents secteurs mobilisés, afin de construire des intellectuels collectifs à même de porter, tant théoriquement que pratiquement, un projet alternatif de société : « Contre les impératifs marchands et les contrôles bureaucratiques, les forces critiques au sein de l’université devraient chercher à se liguer avec tous les foyers de production de connaissance [...] pour coopérer à la reconfiguration d’un espace public laminé par l’horreur économique de la logique néolibérale » (Daniel Bensaïd : « Faut-il défendre l’Université ? »), par la brutalité gouvernementale et par le mensonge institutionnel. Et à prendre au sérieux cette nécessité, parions que se dire ni de droite ni de gauche, répudier les classes populaires – prétendument incultes, sexistes et racistes –, ou encore récuser les formes d’action traditionnelles du mouvement ouvrier, deviendra demain, au sein des universités, aussi ringard que ne le fut, hier, la référence à Marx.




Mots-clés

Université Paris 7   /    Education nationale    /    Grève du bac   /    Université de Nanterre   /    Paris 3   /    Université Paris 1   /    Fusion des universités   /    Paris 8   /    Sélection à l’université   /    Grève   /    Grève générale   /    Université   /    Education