×

États-Unis

États-Unis : chaos à la Chambre des représentants et crise politique chez les Républicains

Quelques semaines après les midterms aux États-Unis, les Républicains peinent à élire leur président à la Chambre des représentants. L'aile la plus extrême du parti refuse de voter pour Kevin McCarthy qui, pourtant soutenu par Trump, a perdu les six scrutins successifs.

Irène Karalis

5 janvier 2023

Facebook Twitter

Ce mardi aux États-Unis, l’élection du président de la Chambre des représentants a été marqué par des secousses importantes. Lors de trois scrutins successifs, l’élection du candidat des Républicains Kevin McCarthy, pourtant attendue en raison de la majorité détenue par le parti dans cette assemblée (avec 222 sièges sur 435) a été empêchée par une vingtaine d’élus trumpistes, et ce malgré l’appel de Trump lui-même de voter en sa faveur. Au lieu des 218 voix nécessaires pour devenir président, McCarthy n’a obtenu que 203 votes aux deux premiers tours, puis a perdu le soutien de 20 élus républicains lors du troisième. Après six tours de scrutin au total, la séance a finalement été levée sans qu’un président de la Chambre (House Speaker) ait été élu.

Ces vingt élus frondeurs, qui s’organisent depuis plusieurs mois, avaient déjà déclaré leur opposition à McCarthy, considérant qu’il n’était pas assez ferme pour affronter les démocrates. Trois autres candidats Républicains se sont présentés au cours de ces deux derniers jours et aucun n’a obtenu plus de 25 voix. En réalité, le but du petit groupe de frondeurs est de montrer qu’avec une majorité de leur parti aussi serrée à la Chambre des représentants, ils seront capable d’exercer un pouvoir de pression conséquent.

Pour gagner leurs faveurs, McCarthy avait cédé sur plusieurs aspects : la facilitation du licenciement des employés fédéraux, la révocation du président de la Chambre et le financement des agences fédérales. Lors des tractations internes aux Républicains, les élus frondeurs seraient en train d’obtenir de se faire accorder un droit de veto par McCarthy permettant à un seul élu de réclamer la destitution de son président, ce qui le placerait sous le contrôle du groupe d’opposition interne.

Une telle situation de blocage ne s’était pas produite depuis cent ans et est d’autant plus inédite que l’élection du président de la Chambre des représentants est censée être une formalité. En l’occurrence, le fonctionnement de la Chambre est empêché et l’assemblée ne peut pas siéger tant qu’elle n’a pas de président. Et même si McCarthy parvient à remporter une victoire, compte tenu de ce précédent il est sensiblement fragilisé et aura du mal à diriger le parti dans cette assemblée.

Quelques semaines après les élections des midterms, la situation illustre la crise que traverse le Parti républicain. L’aile extrême du parti, avec ses figures de proue comme Matt Gaetz et Lauren Boebert, refuse de se ranger du côté de l’etablishment, même si Trump le leur demande, et utilise ses quelques élus pour menacer la faible majorité du parti, afin de se faire une place sur la scène politique. Pour Trump, qui a échoué à concilier les deux parties alors qu’il est censé incarner cette aile droite, l’attitude des frondeurs sonne comme un désaveu.

Du côté des Démocrates en revanche, ces derniers ont affirmé leur soutien à leur nouveau leader, Hakeem Jeffries, et ce à l’unanimité. Il semble que la guerre interne entre l’aile « socialiste démocratique » de DSA et celle de Nancy Pelosi s’est éteinte, l’aile gauche ayant complètement plié le genou devant la droite. Finalement, la crise interne du Parti républicain annonce les difficultés qui attendent le futur président de la Chambre des représentants et constitue un symptôme de la polarisation grandissante dans le pays.


Facebook Twitter
Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l'Iran sur le dos du peuple palestinien

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l’Iran sur le dos du peuple palestinien

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations

Un référendum national pour décider du destin de la Kanaky ? Nouvelle provocation coloniale

Un référendum national pour décider du destin de la Kanaky ? Nouvelle provocation coloniale

Kanaky, quand finira le temps des colonies ?

Kanaky, quand finira le temps des colonies ?


État espagnol : une liste révolutionnaire contre le génocide en Palestine, la guerre et l'Europe forteresse

État espagnol : une liste révolutionnaire contre le génocide en Palestine, la guerre et l’Europe forteresse


Kanaky : la vie chère imposée par les grands groupes attise les révoltes

Kanaky : la vie chère imposée par les grands groupes attise les révoltes