^

Politique

UNIVERSITE DU MIRAIL

Dissolution de Palestine Vaincra : réunion publique unitaire à Toulouse contre l’offensive autoritaire

Ce mardi 12 avril à 18h30, le Comité contre la dissolution du Collectif Palestine Vaincra organise une réunion publique unitaire à l'université du Mirail pour dénoncer et combattre l’offensive autoritaire du gouvernement.

lundi 11 avril

Le 9 mars, Gérald Darmanin annonçait la dissolution du Collectif Palestine Vaincra. Depuis, 32 organisations politiques, syndicales et associatives se sont regroupées dans le Comité contre la dissolution du Collectif Palestine Vaincra pour s’opposer à cette attaque, qui comme le dénonçait le collectif était « une nouvelle étape dans l’escalade autoritaire du gouvernement français qui a déjà dissous, ou menacé de le faire, plusieurs organisations musulmanes, antiracistes ou média de la gauche radicale ». En effet, après la dissolution d’organisations antiracistes et de défense des droits des musulmans comme le CCIF ou BarakaCity ou encore des menaces visant le média Nantes Révoltée, le gouvernement a décidé de s’attaquer au Collectif Palestine Vaincra.

Pour dénoncer et combattre cette offensive, ATTAC Toulouse, BDS Toulouse, CNT 31, CNRR31, ENSEMBLE 31, FSU 31, Mouvement de la Paix 31, NPA 31, POI 31, Révolution Permanente 31, Le Poing Levé, Secours Rouge Toulouse, SOLIDAIRES 31, Sud Education 31-65, Survie Toulouse, et d’autres organisations organisent une réunion publique unitaire ce mardi 12 avril à 18h30 à l’Université du Mirail, Amphi B.

 

Si le gouvernement avait déjà interdit les manifestations en soutien au peuple palestinien en mai 2021 et menacé le collectif de dissolution, l’annonce de ce 9 mars marque un nouveau saut dans l’offensive autoritaire et démontre sa volonté de réduire au silence toute dénonciation de l’apartheid que vivent les palestiniens. La dissolution du collectif intervient en effet après les fortes démonstrations de solidarité qui ont eu lieu en France et à l’international envers les palestiniens qui se révoltaient en mai dernier contre l’offensive coloniale et les bombardements sur Gaza. Au regard des liens qui unissent le gouvernement français à l’État colon d’Israël, une telle décision qui n’a rien d’étonnante. Dans nos colonnes, le porte-parole du collectif expliquait ainsi : « La France est un soutien indéfectible à l’État d’Israël, et ce par sa nature impérialiste, car elle a tout intérêt à ce qu’il y ait un agent stable et fidèle dans la région ».

Mais la dissolution du Collectif Palestine Vaincra s’ancre dans un contexte général d’attaques contre nos droits démocratiques. Avec la Loi sécurité globale, la loi séparatisme, les attaques idéologiques contre « l’islamo-gauchisme » et le « wokisme » dans les universités, l’offensive sécuritaire se renforce, et constitue un saut dans l’appareil répressif de l’État visant à maintenir un ordre social de plus en plus contesté.

Ainsi, la réunion publique unitaire de ce mardi 12 avril sera l’occasion de dénoncer et combattre la dissolution du Collectif Palestine Vaincra, mais plus largement l’ensemble de l’offensive autoritaire du gouvernement et de l’extrême-droite. Continuer à construire cette unité sera déterminant pour préparer les prochaines mobilisations et affronter les attaques démocratiques et sociales du prochain quinquennat.



Mots-clés

Loi sécurité globale   /    Loi séparatisme   /    Gérald Darmanin   /    Mirail   /    Emmanuel Macron   /    Palestine   /    Politique