^

Politique

Expulsion violente

Dijon. Interpellations, gaz lacrymogène : la police réprime les occupants des jardins de l’Engrenage

Depuis mardi, les occupants de la maison des jardins de l’Engrenage à Dijon assistent à la destruction des terres qu’ils occupent depuis près d’un an pour lutter contre le projet immobilier Garden State du groupe Ghitti, qui vise à construire 330 logements. Ces menaces d’expulsion ont mené à une répression violente de la part de la police à l’encontre des personnes présentes sur les lieux.

vendredi 23 avril

Crédits photo : @EngrenageL sur Twitter

Ce mardi, les personnes qui se trouvaient dans la maison occupée des jardins de l’Engrenage à Dijon ont vu plus d’une cinquantaine de policiers, des tractopelles et autres bulldozers tenter d’évacuer le terrain. Entre les tirs de gaz sur les membres du collectif de riverains engagés contre la bétonisation de l’agglomération dijonnaise, les engins de terrassement commençaient à déblayer le terrain et à détruire les terres cultivées.

Alors que le tribunal judiciaire de Dijon a accordé en mars dernier un sursis de 6 mois quant à l’évacuation de la maison, les occupants, dont 6 déjà interpellés, sont parqués derrière des murs qui entourent la maison et sont en proie aux gaz et se retrouvent face à des incendies causés par les tirs de lacrymogènes, difficilement maîtrisables puisque l’eau, au même titre que l’électricité, a été coupé. 

Même si selon Thomas Ghitti, patron du groupe immobilier ayant pour devise “habiter, investir, défiscaliser” et dont est issu le projet Garden State, affirme que le chantier a bel et bien commencé et indique qu’il serait un peu soulagé par le contrôle qu’exerce la police sur le lieu, la lutte menée par les occupants des jardins, malgré la forte répression qui perdure depuis 4 jours, semble porter ses fruits car, comme cela a été relayé par le compte twitter des occupants, : “Les pelleteuses se retirent car "nous perdons trop d’argent, nous mettons le chantier en stand by"

La lutte pour préserver ce terrain continue donc, notamment avec l’appel lancé sur les réseaux sociaux des membres du collectif de riverains afin de venir ce samedi au rassemblement en soutien aux jardins de l’Engrenage.




Mots-clés

Zone à défendre   /    expulsion   /    Répression   /    Politique