^

Politique

Crise politique

Démission d’Ismaël Emelien, le « cerveau » du président, impliqué dans l’affaire Benalla

Après la démission de Nicolas Hulot, du conseiller communication Sylvain Fort, c’est au tour de Ismaël Emelien de démissionner. Impliqué dans l’Affaire Benalla, le conseiller spécial, considéré comme le « cerveau » du président prétexte la sortie d’un livre.

lundi 11 février

C’est un nouveau choc pour Emmanuel Macron, alors que de nouvelles révélations concernant l’affaire Benalla continuent d’être régulièrement publiées par Mediapart, démontrant notamment l’implication de l’agent de sécurité dans l’affaire d’obscurs « contrats russes », Ismaël Emelien a annoncé aujourd’hui sa démission au Point, lui aussi touché par l’affaire Benalla.

En effet, les deux affaires ne sont pas distinctes. Le conseiller spécial du président fait partie des proches du président cités par Benalla dans les enregistrements révélés par Mediapart. Ismaël Emelien aurait ainsi conseillé Benalla « sur les médias et compagnie » après le déclenchement de l’affaire, témoignant de la forte proximité entretenue avec l’Elysée au plus fort du scandale.

Le récit que donnent Ariane Chemin et François Krug de cette période donne une idée assez précise du rôle central d’Emelien : « Discret conseiller spécial du président, Ismaël Emelien, l’homme qui a théorisé le macronisme et imaginé la stratégie victorieuse de la présidentielle, est un des principaux interlocuteurs de Benalla durant cette nuit interminable. Au palais, M. Emelien se charge notamment de la veille des médias et de la riposte aux polémiques susceptibles de menacer le chef de l’Etat – ce qu’on appelle la « com’ de crise ». Or, ce 18 juillet, à en juger la salve de coups de téléphone échangés et le vent de panique qui s’installe, crise il y a. »

Si le principal intéressé tente de minimiser l’importance de son départ, évoquant une continuité entre son action aux côtés d’Emmanuel Macron et sa volonté d’accompagner pleinement la parution d’un « manifeste du progressisme », la nouvelle tient donc, en réalité, d’un nouvel élément de crise de l’appareil d’Etat.

Le conseiller spécial est en effet surnommé le « cerveau » du Président, un « stratège » aux côtés d’Emmanuel Macron depuis que celui-ci a été Ministre de l’Economie, considéré comme son conseiller le plus proche. Après les démissions de Nicolas Hulot, de Gérard Collomb, de Sylvain Fort, ce départ exprime une avancée dans le délitement profond du premier cercle macronien, à un moment délicat pour le gouvernement.

Si différentes hypothèses circulent pour expliquer cet événement, la piste la plus probable semble liée à l’Affaire Benalla, dont les révélations continuent d’affluer de semaine en semaine. Ismaël Emelien est notamment suspecté d’avoir participé à récupérer et transmis des vidéos de surveillance de la scène du 1er Mai afin d’aider Benalla à préparer sa défense.

Va-t-on vers de nouvelles informations qui approfondiraient l’implication de l’Elysée dans cette affaire aux ramifications obscures ? Cette démission constitue-t-elle une fuite visant à éviter de sombrer avec le Président ? Quelque soit la réponse, le départ d’un conseiller aussi proche exprime la gravité de la crise qui affecte l’Elysée et qui n’a, semble-t-il, pas fini de s’approfondir.

Crédit photo : F. Klotchkoff/E-PRESS PHOTO




Mots-clés

Affaire Benalla   /    Emmanuel Macron   /    Politique