×

Nos vies valent plus que leurs profits

Débrayage massif à Dassault-Aviation : la direction ferme le site d’Argenteuil

Mardi 17 mars, face au refus de la direction de Dassault-Argenteuil de fermer l’usine pour endiguer l’épidémie de coronavirus, les salariés ont débrayé pour revendiquer la fermeture de l’usine.

Facebook Twitter

Ce n’est pas parce qu’il y a une pandémie qu’il faut arrêter de produire des instruments de mort. C’est ce qu’a expliqué, en substance, la direction du site Dassault-Aviation Argenteuil, un des sites historiques du groupe Dassault, qui y est implanté depuis 1951. Aujourd’hui, le site produit les deux avions emblématiques de l’avionneur : le Rafale, le chasseur à réaction de l’armée de l’air français, et les Falcon, la gamme de jets privé que produit Dassault depuis les années 1960. Près de 1000 salariés, sous-traitants compris, y travaillent, en 2x8, mais alors que de nombreuses usines ferment leurs portes une à une, l’heure n’était pas à l’arrêt de la production pour la direction.

« Les salariés sont révoltés de la décision de la direction de rester ouverts. Ils veulent rester confinés à la maison. Si la famille est confinée chez elle, ça ne sert à rien si les gars continuent de bosser : ils vont rentrer chez eux avec le virus. Tout le monde veut le confinement total, pour un minimum de quinze jours » nous a expliqué Anthony De Castro, délégué syndical CGT à l’usine d’Argenteuil. Lundi matin, un DGI (Danger Grave et Imminent) a été posé, et mardi une réunion extraordinaire du CSE a eu lieu. Face à l’obstination de la direction, qui n’a déployé aucun plan sanitaire, de donnant ni masque ni gants, les syndicats ont appelé à la grève dans l’usine, débrayant les ateliers un à un. Près de 300 employés se sont ainsi mis en grève, qu’ils soient ouvriers ou cadres. Face à la réaction collective des salariés, la direction a finalement plié, fermant l’usine jusqu’à lundi : « la direction a dit « réfléchir » tout en fermant le site jusqu’à lundi, donc évidemment que cela a pesé » se félicite le syndicaliste.

Jusqu’à lundi a minima, les travailleurs pourront donc rester confinés avec leurs familles et limiter au plus les interactions avec leurs collègues. Il aura fallu un débrayage pour faire entendre raison à la direction, comme si l’heure était à la construction d’avions de chasse pour aller bombarder on ne sait quel pays.


Facebook Twitter

Arthur Nicola

Journaliste pour Révolution Permanente.
Suivi des grèves, des luttes contre les licenciements et les plans sociaux et des occupations d’usine.
Twitter : @ArthurNicola_

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

5 jours de mise à pied : la SNCF réprime Marion, cheminote ayant dénoncé une agression sexuelle

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

« Ils veulent museler toute contestation ». La CGT Fleury Michon appelle à la grève contre la répression

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

100€ à débourser pour accéder à son CPF : le gouvernement fait à nouveau payer les travailleurs

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

« Tavares gagne 36,5 millions grâce aux ouvriers sous-payés » Vincent, délégué CGT Stellantis

Toulouse. Marche blanche en mémoire d'Adrien, employé de l'ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Toulouse. Marche blanche en mémoire d’Adrien, employé de l’ATPA-SPA en lutte contre la maltraitance animale

Chambéry. Les parents d'élèves rejoignent la mobilisation en soutien à une enseignante

Chambéry. Les parents d’élèves rejoignent la mobilisation en soutien à une enseignante 

SNCF. Une victime de VSS et le syndicaliste qui la défend convoqués en conseil de discipline

SNCF. Une victime de VSS et le syndicaliste qui la défend convoqués en conseil de discipline

Toulouse. Les travailleurs d'Airbus Defense & Space en grève pour les salaires

Toulouse. Les travailleurs d’Airbus Defense & Space en grève pour les salaires