^

Jeunesse

Lycéens en colère

Chambéry. Blocage du lycée Vaugelas contre le bac Blanquer

Mardi 11 mai au matin, les lycéennes et lycéens de Vaugelas ont rejoint l'appel du Mouvement National Lycéen à bloquer leur établissement contre le bac Blanquer.

mercredi 12 mai

Mardi 11 mai matin, malgré une météo capricieuse, le froid et la pluie n’auront pas eu raison de la motivation et de la détermination des lycéen lycéennes de Vaugelas décidés à se faire entendre. Tôt le matin, une vingtaine d’élèves étaient déjà mobilisés pour préparer le blocus de la matinée, très vite rejoints par plusieurs dizaines de leurs camarades, jusqu’à être un peu plus d’une centaine à 8h.

C’est une jeunesse en colère qui a bloqué le lycée historique de la ville, revendiquant, au nom d’une réelle égalité, des aménagements du baccalauréat. Effectivement, depuis plus d’un an maintenant, l’Education nationale repose très largement sur le bricolage local : l’ascenseur social dont l’éducation nationale prétend se porter garante est plus que jamais en panne. Cette jeunesse oubliée refuse de payer le prix fort pour cette crise sanitaire. A Vaugelas, les lycéens et lycéennes mobilisés demandent donc :

⁃ pour l’écrit de français, la prise en compte de la meilleure note entre le contrôle continu et l’épreuve
⁃ pour l’oral de français, son annulation où des aménagements plus conséquents
⁃ pour le grand oral, une seule question au lieu de 2

Plus largement, cette mobilisation s’inscrit dans la lignée de la lutte de nombreux autres lycéens et lyécennes, qui se mobilisent contre un bac inégalitaire et sélectif.

Malgré le mauvais temps, ce fut un moment festif et convivial, rythmé par des prises de paroles fortes, des slogans fédérateurs : « on est jeunes, déters et révolutionnaires », « lycéen.e.s colère, on fera plier Blanquer », « éducation répressive, étudiants dépressifs », de la musique et des chorégraphies joyeuses. La bonne humeur était au rendez-vous. Le rassemblement s’est achevé à 12h, mais la lutte continue. Les lycéennes et les lycéens mobilisés se sont donné pour mission de rédiger une lettre au gouvernement dans les jours à venir, pour se donner le temps de discuter et d’exposer clairement leurs revendications. Au-delà de cette action symbolique, pour gagner contre Blanquer, Vidal, Macron et leur clique, les lycéens et lycéennes auront besoin d’un appel clair à une date de mobilisation, en jonction avec les AED




Mots-clés

Lycéens   /    Chambéry   /    Jean-Michel Blanquer   /    Lycées   /    Jeunesse