^

Notre classe

Si l’on touche à l’une, on répond par milliers !

Campagne de solidarité : pour la réintégration des 356 travailleuses licenciées de Latelec Tunisie

Pour aider à médiatiser la lutte des travailleuses de Latécoère Tunisie et les soutenir dans leur bataille pour la réintégration de toutes les travailleuses licenciées, Révolution Permanente lance une campagne de solidarité internationale !

vendredi 26 février

La filiale tunisienne du sous-traitant aéronautique de Latécoère a décidé fin aout de licencier 356 travailleuses des sites de Fouchana et Chargia. Une attaque énorme concernant presque la moitié des effectifs de l’usine et qui est loin d’être une exception. Comme dans beaucoup d’autres entreprises du secteur aéronautique et au-delà, le patronat de Latécoère cherche à décharger le poids de la crise économique et sanitaire sur les travailleuses.

Dans le cas de Latelec Tunisie, comme on l’expliquait dans un article précédent, les travailleuses non seulement se sont fait licencier du jour à l’lendemain, mais elles se sont fait trahir par les syndicats qui étaient censés les représenter. Les délégués du syndicat majoritaire UGTT se sont fait acheter littéralement par la direction pour signer le plan de licenciements. De même, l’inspection du travail, a validé la procédure de licenciement malgré les nombreuses irrégularités dénoncées par les travailleuses.

Malgré l’abandon et la complicité de l’Etat et des directions syndicales avec le patronat, les femmes de Latécoère Tunisie ont décidé d’entamer une lutte pour leur réintégration. Depuis quatre mois elles s’organisent devant l’usine et dénoncent la passivité des syndicats. Récemment leur mobilisation a monté d’un cran. Elles ont envahi le siège de l’UGTT Ben Arous et ont aussi dénoncé la collusion l’inspection du travail locale avec la direction de Latécoère. Pour médiatiser leur lutte et se renforcer elles ont aussi commencé dernièrement à chercher des soutiens, y compris à l’échelle internationale.

Contre la volonté du patronat français et tunisien qui préfèrerait nourrir des divisions artificielles pour mieux régner, les travailleuses Tunisiens ont eu le soutien des salariés brésiliens et français de Latécoère mais pas que. En France des jeunes, des étudiants et de travailleurs d’autres secteurs ont eux aussi commencé à envoyer leur soutien et des preuves de solidarité.

Les premières photos de soutien aux travailleuses licenciées de Latécoère Tunisie !
 
Pour la réintegration des 356 femmes...

Publiée par Révolution Permanente Toulouse sur Vendredi 26 février 2021

Les travailleuses de Latelec Tunisie doivent non seulement se confronter aux méthodes managériales fortement marqués par des violences sexistes, mais aussi aux conditions de travail hautement profitables au patronat français et tunisien : salaires plus bas qu’en France et des droits sociaux moins contraignants.

A l’approche du 8 mars, la journée internationale de la lutte pour les droits de la femme, le combat des travailleuses tunisiens pour l’emploi et la dignité prend une dimension particulière. Elle montre que malgré la volonté du patronat et la complicité des directions syndicales et l’Etat, ce n’est pas aux travailleuses de payer la crise !

Pour aider à médiatiser leur lutte et les soutenir dans leur bataille pour la réintégration de toutes les travailleuses licenciées, toi aussi tu peux te prendre en photo et nous l’envoyer !




Mots-clés

Solidarité internationale   /    Licenciement(s)   /    Latécoère   /    Aéronautique   /    Tunisie   /    Notre classe   /    Monde