^

Société

Un mort et quatorze blessés

Boulogne -Billancourt. Incendie criminel au foyer de travailleurs migrants. Un assassinat xénophobe ?

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un incendie s'est déclaré au foyer de travailleurs migrants de Boulogne-Billancourt. Bilan : un mort et quatorze blessé.

vendredi 16 décembre 2016

C’est le deuxième incendie au foyer de travailleurs migrants de Boulogne-Billancourt en un an et demi. Des combustibles et des accélérateurs de feu, constatés par les pompiers, laissent peu de place au doute, il s’agit d’un incendie criminel. Et le bilan est lourd : quatorze blessés et un mort, un malien d’une quarantaine d’année qui, pris de panique, s’est défenestré du 3ème étage.

Une enquête va être ouverte pour faire la lumière sur cette affaire. Pourtant, le ministère de l’intérieur à d’ors et déjà avancé l’hypothèse d’un "règlement de compte", jugeant peu probable que l’incendie ait été motivé par des intentions "racistes", sans dévoiler les éléments qui permettent, avant toute enquête, d’avancer une telle hypothèse.

Bien entendu, l’hypothèse d’un règlement de compte n’est pas à exclure. Mais la multiplication des attaques racistes sur les CAO (les fameux centres d’hébergement de migrants) ces dernières semaines et les multiples faits avérés d’agression anti-musulmans ces derniers mois laissent à penser que la piste xénophobe n’est pas à exclure. Surtout dans un contexte de glissement de l’ensemble de l’échiquier politique sur un terrain de plus en plus réactionnaire.

Pour l’heure, il s’agit d’exiger la tenue d’une enquête sérieuse et transparente pour faire état de la situation dramatique dans laquelle ont été plongées les quelques 100 personnes évacuées et des circonstances qui ont conduit à la mort de cet homme. De plus, il faut exiger la régularisation de tout les sans papiers et la répartition du temps de travail entre toutes et tous, afin de mettre un terme à ces situations dramatiques d’entassement dans des centres, de vulnérabilité les migrants, qui les mettent à la merci d’actes de xénophobie ou de représailles.




Mots-clés

#AssezDeViesBroyées   /    Immigration   /    Société