^

Notre classe

Déclaration de guerre

Borne annonce la réquisition des grévistes d’Exxon : nous devons soutenir les raffineurs !

Elisabeth Borne a lancé cet après-midi la procédure de réquisition des grévistes d’Exxon et menacé ceux de Total. Une attaque énorme contre le droit de grève. L’ensemble du mouvement ouvrier doit se solidariser et se mobiliser avec les raffineurs !

mardi 11 octobre 2022

Capture d’écran BFMTV

Alors que la grève se poursuit dans la pétrochimie pour les salaires, le gouvernement a décidé de durcir le ton ces derniers jours. Elisabeth Borne a convoqué en urgence hier soir une réunion de crise du gouvernement à Matignon, à l’issue de laquelle les piliers de la macronie ont agité le spectre des réquisitions toute la matinée.

Après avoir agité la réquisition, Borne a mis ses menaces à exécution en direct à l’Assemblée Nationale ce mardi après-midi, lançant la procédure de réquisition des personnels chez Esso-ExxonMobil. « J’ai demandé au Préfet d’engager (…) la procédure de réquisition des personnels indispensables au fonctionnement des dépôts de cette entreprise », a-t-elle annoncé.

En clair, le gouvernement va imposer la reprise du travail par des mesures administratives, en menaçant de sanctions pénales tout ouvrier réquisitionné de l’entreprise qui refuserait de reprendre. Une procédure qui, dans les faits, peut s’accompagner d’interventions policières sur les piquets de grève pour réprimer les grévistes comme ce fut le cas en 2010.

Une énorme offensive contre la lutte des raffineurs de ExxonMobil et contre le droit de grève, que la Première ministre a justifié en évoquant l’accord traître signé par la CFDT et la CFE-CGC sur le dos de la grève ce lundi après-midi. Après avoir annoncé le lancement de la procédure de réquisition pour les grévistes d’Exxon, Elisabeth Borne a par ailleurs menacé du même sort les grévistes de Total : « J’espère que les organisations saisiront cette main tendue (…) A défaut, le gouvernement agira là encore pour débloquer la situation ». En clair : arrêtez votre grève ou bien nous arrêterons votre grève !

Car quand Elisabeth Borne, au micro de l’Assemblée, déclare : « Une partie des organisations [d’Exxon] veut continuer le mouvement : nous ne pouvons pas l’accepter », ce que le gouvernement et le grand patronat ne peuvent pas accepter, c’est le risque d’une grève pour les salaires qui pourrait s’étendre à d’autres secteurs et mener vers un mouvement d’ensemble pour les salaires.



Mots-clés

ExxonMobil   /    Elisabeth Borne   /    Salaires   /    Droit de grève   /    Grève   /    Grèves raffineries    /    Notre classe   /    Politique