^

Politique

Violences policières

Bordeaux. La police blesse un adolescent par balles au thorax

Touché par des tirs de la police nationale à proximité du pont Chaban Delmas, un adolescent âgé de 16 ans a été pris en charge en urgence au CHU de Bordeaux pour une intervention chirurgicale. L’état du jeune conducteur serait stable, ses accompagnants ont été placés en garde à vue.

mercredi 3 mars

Crédits photo : capture écran/DR

Ce lundi, sur les quais de Bacalan à la hauteur du hangar dix-neuf vers 23 heures, des membres de BST (Brigade Spécialisée du Terrain) ont tiré une dizaine de coups de feu, dans le but de neutraliser un jeune conducteur sur une voiture de location immatriculée en Pologne, suite à un refus d’obtempérer, un des accompagnants âgé d’une vingtaine d’années a été ensuite placé en garde à vue, après une course poursuite à pied.

Le jeune homme aurait refusé de coopérer avec les « forces de l’ordre », s’étant donné la fuite avec voiture de location de la marque Audi RS3. La police a ensuite fait usage des ses armes de feu pour empêcher le jeune d’échapper au contrôle. Par chance il est toujours en vie, malgré sa blessure au niveau du thorax qui aurait pu lui causer la mort.

Selon France 3 Nouvelle Aquitaine, le délégué zonal du syndicat Alliance Police Nationale Eric Marrocq, évoque « le courage, le sang–froid et le grand professionnalisme des policiers bordelais engagés ». Les propos de ce policier interpellent en vue du nombre des coups de feu tirés sur la voiture à seul objet de l’arrêter.

Une dizaine de coups de feux pour arrêter une voiture, dans un quartier résidentiel proche du centre ville où ils auraient pu causer la mort non seulement du conducteur et ses accompagnants mais aussi du voisinage proche au lieu de l’interpellation. C’est cela qu’on appelle du « sang froid ».

Encore une fois les forces de répression démontraient la brutalité de ses méthodes, notre chère justice de classe se chargera de clore l’affaire bien évidemment en faveur des policiers. De même que le non lieu sur les mutilés gilets jaunes, ainsi que les aménagements de peine pour Sarkozy dans le but qu’il puisse purger sa peine pour corruption en tout confort depuis ses propriétés.




Mots-clés

Police   /    impunité policière   /    Bordeaux   /    Violences policières   /    Politique