^

Culture et Sport

Un nouvel épisode de la saga "La guerre à la FIFA" ?

Blatter contre-attaque !

Karel Venuvitch 12 jours seulement après l'annonce de sa démission du poste de Président de la FIFA, Sepp Blatter envisagerait, selon le quotidien suisse Schweiz am Sonntag, de revenir sur sa décision, et briguerait ainsi son 5ème mandat consécutif (depuis 1998) à la tête de l'instance mondiale. Ce volte-face serait motivée par de nombreux messages de soutien en provenance d'Afrique et d'Asie « touchant » celui qui est toujours, à l'heure actuelle, président de la FIFA.

lundi 15 juin 2015

La rumeur enfle et pourrait bien relancer la polémique autour des affaires de corruption à la FIFA. En effet, un nouveau congrès devrait avoir lieu le 16 décembre afin d’élire son successeur. Particulièrement visé et affaibli par les nombreuses affaires de corruption qui ont éclaté à la FIFA, Blatter amorce donc sa contre-attaque, en s’appuyant sur des soutiens en provenance d’Afrique et d’Asie. Si rien n’est encore officiel, la manoeuvre semble avoir pour but de tater le terrain, et par la même occasion de se reconstruire une légitimité dans le monde du Football.

Un retour est-il encore possible ?

L’annonce de cet hypothétique retour, au-delà du malaise dont l’institution elle-même se serait bien passée, emmène toutefois son lot de questions. Alors que le FBI serait sur ses traces, Blatter a-t-il réellement les moyens de se maintenir à la tête de la FIFA ? Ou s’agit-il d’une simple démonstration de force face à ses détracteurs ? Dans un contexte où Michel Platini, président de l’UEFA, a litteralement descendu son homologue suisse, dans la perspective de s’asseoir sur le très rentable trône, cette rumeur, si elle se confirme, ressemble à un véritable coup de poker de la part du dirigeant helvète.

Si les objectifs d’un retour semblent flous, la marge de manoeuvre de Blatter reste bien mince. En effet, l’opération sauvetage de la FIFA a consisté en une individualisation des fautes, et le Suisse a été particulièrement mis en cause, que cela soit par ses "clones" du microcosme du foot business ou par la presse capitaliste. Tout a été fait pour ne pas remettre en cause le fonctionnement même de l’institution et des logiques libérales qui la traversent, alors que ces mécanismes sont la source même des affaires de corruption qui gangrènent le football.

Quelles conséquences le retour de Blatter aurait-il ?

Nul doute qu’un retour de Blatter au sommet de la pyramide FIFA serait vu d’un mauvais oeil par les autres oligarques de la fédération. Le retour d’un personnage aussi controversé relancerait la polémique autour du fonctionnement même de l’institution. Les projecteurs seraient à nouveau braqués sur des sujets sensibles et alimenteraient plus que jamais un discours du "rien n’a changé", alors que la démission de Blatter a amené des vagues de déclarations espérant plus de démocratie au sein de l’instance.

D’un autre côté, cet hypothétique retour peut avoir pour effet de centraliser l’attention sur le Suisse, et de mettre un peu plus dans l’arrière-cour les véritables causes de la dégénérécence de la FIFA. Quoi qu’il en soit, cette dernière se retrouve sur le fil du rasoir et dans une situation délicate. Aucune des deux solutions – retour ou non de Sepp Blatter - n’apparaît comme une sortie de crise sans danger pour l’institution et les oligarques qui profitent, dans l’ombre, des retombées de son mode de fonctionnement.

14/06/2015.




Mots-clés

FIFA   /    Culture et Sport