×

International

« Ballon-espion » chinois. Une surenchère dans le conflit sino-américain

L'affaire du ballon chinois abattu par les Etats-Unis au-dessus du sol américain marque une nouvelle dégradation des relations déjà très abîmées entre les deux puissances.

Wolfgang Mandelbaum

8 février 2023

Facebook Twitter

Le ballon chinois qui a survolé la semaine dernière les États-Unis et le Canada a été abattu samedi au large de la Caroline du Sud, après plusieurs jours d’interrogations sur la nature de l’aérostat et des raisons de son survol de l’Amérique du Nord.

Un incident diplomatique inédit entre les deux puissances

On ignore encore si s’agit d’un ballon d’observation militaire comme l’avance l’état-major étasunien ou bien d’un ballon-sonde (météorologique) appartenant à une société privée, comme l’affirme Pékin. Le ballon, d’un diamètre de 27 m, équipé de panneaux solaires et d’un gouvernail permettant de le manœuvrer, flottait dans la stratosphère, à une altitude oscillant entre 17 et 42 km, soit bien plus haut que les vols commerciaux qui ne dépassant généralement pas une altitude de 15 km.

Le ballon a d’abord été repéré au-dessus des îles Aléoutiennes dans la mer de Béring  ; il a survolé l’Alaska et l’ouest du Canada avant de rentrer dans les États-Unis continentaux, où il a survolé plusieurs États. Il a finalement été abattu par un F-22 Raptor au-dessus de l’océan atlantique au large de la Caroline du Sud. Les débris de l’aérostat vont être récupérés afin d’établir sa nature précise et possiblement récupérer les données collectées.

Depuis l’annonce de la présence du ballon, on a pu assister à une frénésie médiatique autour des raisons de sa présence dans le pays et de ce qu’il fallait en faire. Si le ballon a mis plusieurs jours avant d’être abattu, vraisemblablement pour éviter qu’il ne tombe sur des zones habitées, Biden a finalement ordonné qu’il soit mis à bas au-dessus de l’océan. Cette décision a été louée par les Démocrates, tandis que les Républicains, qui depuis le début étaient farouchement en faveur de détruire le ballon, arguent qu’il aurait dû être abattu dès son entrée sur le territoire des États-Unis, voire avant.

Beijing, qui a rapidement admis que l’aéronef était chinois, a annoncé qu’il s’agissait d’un ballon-sonde privé dévié de sa trajectoire par des vents contraires, et que l’abattre serait une escalade inutile, le ballon ne présentant aucun danger pour les États-Unis.

Un contexte de tensions multiples entre les deux pays

Une des conséquences de cet imbroglio diplomatique a été le report sine die de la visite du secrétaire d’État Antony Blinken à Beijing, une visite très anticipée depuis son annonce lors du sommet du G20 à Bali en novembre dernier. Cette décision intervient dans un contexte de relations très dégradées entre les deux pays, notamment en raison de la guerre commerciale qu’ils se livrent, de la question taïwanaise qui devient de plus en plus épineuse, et plus généralement des velléités de la Chine en mer de Chine méridionale.

En effet, la Chine est mise en difficulté par la présence des États-Unis et de ses alliés (Japon, Corée du Sud, Philippines, Indonésie, Malaisie) tout le long de ses côtes, mettant en péril les voies navigables que la Chine emprunte. La présence des États-Unis en mer de Chine, notamment de navires de guerre qui traversent le détroit de Taïwan, est vue comme une intrusion sur leur territoire, Beijing revendiquant Taïwan comme une de ses possessions de jure.

L’usage de ballons de surveillance par un État n’est pas une nouveauté. En vérité, ces aérostats étaient légion lors de la guerre froide  ; parmi les exemples les plus connus étaient les projets Moby Dick et Genetrix ; les États-Unis avaient lancé plusieurs centaines de ballons pour surveiller et prendre des photographies aériennes en URSS et en Chine. L’usage de ces ballons a été rendu caduque par l’arrivée des satellites, bien plus performants et non limités par les règles de souveraineté territoriale. En tout état de cause, c’est la première fois depuis des décennies que les États-Unis ont abattu un aéronef chinois, le dernier incident de ce type ayant eu lieu pendant la guerre du Vietnam, en 1965.

Pour quelle raison ce ballon s’est-il retrouvé dans l’espace aérien des États-Unis  ? Il n’est pas impossible qu’il s’agisse simplement d’un ballon-sonde dévié de sa trajectoire, comme l’avance Beijing. Mais le contexte de l’incident – dans une période d’exacerbation de la rivalité entre la puissance hégémonique et la puissance montante, et la veille d’une visite diplomatique programmée depuis des mois – rend l’affirmation douteuse. Il est bien plus probable qu’un jeu géopolitique s’exerce en sous-main. Pour certains, la Chine aurait délibérément envoyé le ballon dans l’espace aérien des États-Unis pour saborder la visite diplomatique dont elle ne veut pas, une explication assez peu crédible : il y a des moyens plus simples d’annuler une visite diplomatique. De plus, la Chine cherche dans une certaine mesure à réparer ses relations avec les États-Unis, dans le but d’annuler les tarifs douaniers imposés par Donald Trump sur certains produits chinois, à un moment de reprise et d’expansion de l’activité commerciale après l’abrogation de la politique de zéro-COVID en Chine.

Une hypothèse un peu plus vraisemblable est que la présence de ballons de ce type dans l’espace aérien des États-Unis soit assez commune, mais que Washington a décidé de publiciser la présence de ce ballon afin de saborder la visite de Blinken en Chine. En effet, l’état-major étasunien a révélé que d’autres ballons ont survolé le pays dans les années précédentes, mais ces incidents n’avaient pas été médiatisés et les ballons n’avaient pas été abattus.

Les raisons pour la présence de ce ballon offre matière à spéculation, mais il est possible qu’il faille attendre longtemps avant de connaître le fin mot de l’histoire. Quoi qu’il en soit, cet accroc accélère encore plus la dégradation des relations entre Washington et Beijing, alors même que les Etats-Unis définissent la Chine comme la principale menace à l’ordre international tel qu’il l’est aujourd’hui. Alors que les incidents de violation de l’intégrité territoriale des pays se multiplient, notamment en mer de Chine, ce ballon abattu n’est certainement pas un épisode isolé, mais au contraire un incident diplomatique important dans le conflit qui oppose les deux pays.


Facebook Twitter
Escalade au Moyen-Orient : Israël et les puissances impérialistes sont les premiers responsables

Escalade au Moyen-Orient : Israël et les puissances impérialistes sont les premiers responsables

Manifestations en Jordanie : Israël menace, le gouvernement réprime

Manifestations en Jordanie : Israël menace, le gouvernement réprime

Iran-Israël. Le Moyen-Orient à la croisée des chemins ?

Iran-Israël. Le Moyen-Orient à la croisée des chemins ?

Interview. Nancy Fraser, virée d'une fac allemande pour avoir soutenu la Palestine

Interview. Nancy Fraser, virée d’une fac allemande pour avoir soutenu la Palestine

La France expulse un militant kurde en Turquie et le livre au régime d'Erdogan

La France expulse un militant kurde en Turquie et le livre au régime d’Erdogan 

Restructuration de l'armée, hausse du budget militaire… l'Allemagne se prépare à la guerre

Restructuration de l’armée, hausse du budget militaire… l’Allemagne se prépare à la guerre

« Projet stratégique de défense européenne » : l'UE propose un plan de militarisation coordonné

« Projet stratégique de défense européenne » : l’UE propose un plan de militarisation coordonné

Albanie : la construction de camps pour enfermer les migrants arrivés en Italie a débuté

Albanie : la construction de camps pour enfermer les migrants arrivés en Italie a débuté