^

Culture et Sport

Une si longue traversée...

Au centre dramatique national de Normandie, voyage littéraire et musical au coeur de l’histoire des peuples noirs

Mise en scène par l'Afropéenne Eva Doumbia, La Traversée est un voyage littéraire et musical qui parcourt 400 ans d’Histoire sur trois continents. Il plonge le public dans un passé encore très douloureux : celui de la traite des noir-e-s. A voir les 17 et 18 mars au Théâtre de La Foudre à Petit-Quevilly.

mercredi 8 mars 2017

Eva Doumbia, française, malienne et ivoirienne, inscrit sa démarche théâtrale à travers une quête identitaire. Normande, Afropéenne, Malinké, Bambara, née au Havre, elle est le fruit d’une histoire complexe faite de voyages, de mers mouvementées, de fleuves de légendes, d’une terre pluvieuse et d’une autre rouge, de ruptures, de trains (un grand-père cauchois cheminot et un vieil oncle dioula qui a construit les rails de la colonisation), de respect de l’orthographe (une mère institutrice), de gamelles de riz-cassoulet-banane (un père qui travaillait à l’usine), de bateaux, de traversées d’un monde à l’autre.

Son art théâtral, métissé lui aussi, se nourrit d’autres disciplines : la musique, la danse, la photographie, la vidéo, mais également la coiffure, la cuisine, la mode… et de manière essentielle, la littérature. Avec La Traversée, Eva Doumbia poursuit son chemin de découvertes littéraires auprès des Maryse Condé, Jamaïca Kincaid et Fabienne Kanor parce que ces auteurs ont toutes en partage le fait d’être des femmes noires et romancières, descendantes d’esclaves et que leurs écritures sont traversées par tout cela.

La Traversée est un voyage littéraire et musical écrit au féminin, composé de trois parties distinctes. Elle emmène le spectateur de l’empire de Ségou du XVIIIème siècle à la France du XXIème siècle, en passant par les Indépendances Africaines de 1960 et les Caraïbes. Le spectacle est interprété par un chœur de comédien-ne-s et de musicien-ne-s, aux accents et origines divers : Cameroun, Mali, Burkina Faso, France… Le sujet est grave, mais la troupe nous embarque dans une fresque chantée, jouée et dansée, avec légèreté, humour et émotion. La Traversée salue respectueusement trois romancières afrodescendantes qui, toutes, abordent l’histoire des peuples noirs et les conséquences de ces histoires. Les blessures du passé n’éclairent-elles pas celles du présent ?

A voir au Théâtre La Foudre de Petit-Quevilly/Centre dramatique national de Normandie les vendredi 17 mars (à 19h) et samedi 18 mars (à 18h).
Conception, adaptation et mise en scène Eva Doumbia/Compagnie La Part du pauvre-Nana Triban d’après Maryse Condé, Jamaïca Kincaid, Fabienne Kanor. Le spectacle intègre les textes Petite île de Jamaïca Kincaid (30mn), Ségou / La vie sans fards de Maryse Conde (1h30mn), Humus (20mn) et La grande chambre (50mn) de Fabienne Kanor.
Distribution : Clémentine Abéna Ahanda, Maïmouna Coulibaly, Atsama Lafosse, Astrid Bayiha, Edith Mérieau, Dorylia Calmel, Aristide Tarnagda, Akram Manry, Chris Locko et les musiciens Samuel Bobin, Lionel Elian, Lamine Soumano, Becky Beh Mpala sur une musique originale de Lionel Elian.
Une rencontre avec l’équipe artistique est organisée à l’issue de la représentation du samedi.
Tarif plein : 14 €. Tarif réduit : 9 €. Réservations sur http://www.cdn-normandierouen.fr/la-traversee/

A suivre sur la page Facebook La Part du Pauvre/Nana Triban (Eva Doumbia).



Mots-clés

Théâtre   /    Culture et Sport